Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Avis canne en bambou


#21

Belle canne construite aujourd’hui dans la région de Toulouse…


#22

Il est bien à Cazeres sur garonne


#23

Merci à vous,c’est dommage,c’est juste à dix heures de route de chez moi !!!
J’aime bien ses viroles en carbone :stuck_out_tongue_winking_eye:


#24

Quand tu vois le travail d’Eric :star_struck:et une fois ses cannes en mains c’est extraordinaire, certes cela un coût :slight_smile: mais quel beau matos :wink:

@+jl


#25

C’est sure je l’ai déjà rencontré c’est du beau boulot !!


#26

Là, je te rejoins ainsi qu’Arnaud, mais il est nécessaire d’effectuer une démarche particulière, pour bénéficier de ces cannes, plus légères, avec une action particulière, qui, en plus, sont de très beaux objets.
Les cannes en bambou ne tolèrent que le haut de gamme.
Sans oublier: “Objet inanimés, avez vous donc une âme qui s’attache à notre âme, et la force d’aimer ?”


#27

En moins de 7 pieds 1/2 un bambou bien réalisé est super agréable et presque aussi réactif qu’un carbone…j’ai eu une 6’6 italienne qui m’a laissé d’excellents souvenirs.
Le seul défaut c’est le prix qui s’explique par le temps de réalisation de ces petites merveilles.
Pour avoir aussi pêcher avec une 8’6 suprême normale parabolique, c’est sûr que c’est un vrai voyage dans le temps…mais ça a aussi son charme et la lenteur permet de ne jamais rater le ferrage !:grinning:


#28

Du coup, pour revenir à la question initiale : à un pêcheur habitué, sur une rivière telle que la Dordogne (et, pourquoi pas également : en moyenne rivière), à pêcher en 9’-10’ pieds avec une canne moderne, que conseilleriez-vous pour se faire plaisir en refendu ? Quelle longueur, quel type d’action ?

Et une question subsidiaire : de telles cannes permettent-elles de pêcher indifféremment en sèche et en nymphe à vue, par exemple ?

Merci d’avance, le sujet m’intéresse également.


#29

Pour la longueur, 8,6p maximum. A réserver à mon avis à la pêche en noyée ou au streamer car, avec ce matériau plus lent, on rate moins de touches et on décroche moins de poissons qu’avec du carbone.


#30

il y a une belle Hardy 9" soie 5/6 à 150 euros sur Lbc, mieux vaut s’abstenir pour pêcher en sèche sur la Dordogne?


#31

Si la pêche à la nymphe à vue consiste à présenter amont une " mouche" sous la surface à un poison repéré, la différence avec la " sèche" ne me semble pas justifier un matériel spécifique comme
" au fil ".
J’ai souvenir d’un catalogue de Pezon ou les PPP étaient présentées avec les distances de pêche ou elles pouvaient être utilisées qui allaient de quelques 17 m à plus de 22 m. Il est vrai que les concepteurs ( Ritz & Creusevault ) savaient lancer.


#32

Merci beaucoup pour cette réponse !
Je soulevais la question car il arrive parfois tout de même, en NAV, de devoir poser amont une nymphe plus lourde qu’une sèche, selon la veine et la couche d’eau visée, et là certaines cannes répondent comparativement de façon un peu différente. J’ai des cannes qui lancent pratiquement pareillement une sèche, mais qui, quand il s’agit de lancer tel ou tel genre de nymphe, ne font pas du tout le même boulot quand on les compare (je parle toujours de nymphe à vue, et pas à l’arbalète).
Intéressant ce repère des distances de pêche, une info qu’on aimerait bien avoir aujourd’hui encore.


#33

Personnellement, quand je m’offre le grand plaisir de pêcher en refendu, je privilégie

  1. une longueur de canne n’excédant pas 8,6 pieds
  2. des pêches aval où on ne lance pas trop souvent ( noyée et dans une moindre mesure streamer).
    En fait, il n’y a qu’en nymphe -et encore PIAM pêchait à vue avec des cannes courtes…mais lui savait pêcher…- qu’une canne longue est vraiment utile.

#34

il sait toujours pêcher :wink:

Pourquoi en nymphe on aurait besoin d’une canne plus longue qu’en sèche (ps je parle de pêche en nymphe fouettée pas au toc)


#35

C’est pas à moi qu’il faut le dire car je ne dépasse jamais 9 pieds. Par ailleurs pour en avoir parlé avec PIAM en août, en Mongolie, je sais bien qu’il sait encore pêcher…


#36

Salut à tous,

<bouteille à la mer> : Au sanama 2013 ou 2015 j’ai essayé des refendus sur un tout petit stand d’un monsieur accompagné de son épouse. Je n’arrive pas à retrouver son nom et sa carte de visite…
Des cannes incroyables qui lancent à 20m sans difficultés à des prix tout à fait abordables.

Si l’on retrouve le nom de cette personne, je vous encourage à essayer ses cannes !


#37

La lenteur du Bambou est un peu un mythe. Certes la majorité des cannes du passé étaient lentes, certainement car c est ce qui convenait aux pêcheurs de l époque.
Cela dit aujourd’hui il existe des cannes en bambou rapides, voire très très très rapides.

J ai un petit bijou de Massimo Tirocchi qui est aussi rapide que mes bonnes vieilles NTi/GLX. Avec le bambou creusé+la virole bambou la canne n est pas lourde du tout et je lance sans soucis avec toute la journée (c est une 7’9”).
Je pense qu avec ce type de montage, jusqu’à 9’ pas de soucis de poids si 2 brins.

Après avec un montage plus classique avec des viroles en metal et 3 où 4 brins ça doit sûrement faire lourd…

A+


#38

Au salon de Muret, Moreno Borriero présentait ses cannes en refendu alvéolé.En bambou flambé, elles sont magnifiques de sobriété et surprenantes quand on les a en main, comparées à la Pezon et la Miwards que je connais. Elles sont garanties à vie et on les retrouve sur le site du Moulin des Gémages. Reste plus qu’à remplir la tirelire.


#39

OSalut

Oui les Cannes de Moreno sont très belles aussi et il a quelques modèles avec une action rapide qui n ont rien à envier aux actions rapides de cannes carbone modernes.
Je m étais pas mal renseigné à l époque et j avais était séduit par ces cannes au moulin de Gemages. J avais au final choisi Massimo Tirrochi sur conseils de spécialistes du bambou sur le forum de Gillum et d autres forums européens et américains de passionnés du bambou! Je souhaitais absolument une virole en bambou car c est un peu l’element ultime à mes yeux car les viroles en métal créent nécessairement un point dur.
Je ne voulais cependant pas un emmanchement type splice car même si je comprends la logique du concept pour la continuité de l action de la canne, devoir scotcher les brins à chaque sortie m ennuyait…Il me semble que Josselin de Lespinay fréquentait gobages s il est encore sur le forum, il est reconnu comme un des maîtres de l emmanchement type splice donc il pourrait en dire bien plus…
Du coup je me suis orienté vers les viroles en bambou et même si je ne me souviens plus des détails, tous les « fadas » du refendu avec qui j ai pu discuter à l époque par mail/forum s accordaient (et ce sans etre en relations les uns avec les autres) sur le fait que les viroles en bambou de Massimo Tirrochi étaient ce qu il se faisait de mieux. Ensuite lorsque j ai contacté Massimo, au bout de 5 minutes au téléphone j ai compris qu il fabriquerait ma canne: un passionné avec une obsession contagieuse pour l artisanat du bambou et la recherche permanente de la qualité absolue et des meilleures méthodes ! J ai passé des heures au téléphone et sur Skype avec lui et j ai encore les yeux qui pétillent en pensant à la passion qu il avait pour m expliquer en détail le pourquoi du comment de chacun de ses choix de conception/fabrication pour atteindre l action que je recherchait. Un processus fascinant ou au final j ai certes payé une somme conséquente mais pour finalement à peine un peu plus que le prix des « meilleures » cannes carbone d aujourd’hui, j ai eu pour mon argent bien plus qu une canne extraordinaire !

A+


#40

Extrait du catalogue de Guy Plas des années 70, qui s’applique sans réserve à toutes ces cannes en refendu " modernes", qui sont sublimes. Pour moi ce ne pourrait être que la " ultima ".