Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Gobages

Mettre au point une mouche


#21

Merci fred pour tes réponses ainsi que les avis de certains.
Je suis un peu désolé par contre que ma question qui était là pour faire profiter tout le monde de ta vision de cerques ou non sur une mouche et leur raison d’être, au final t’oblige encore a te justifier sur telle ou telle mouche.
La prochaine fois pour ne pas déclencher de polémique je la poserai en MP.
Encore désolé
sylvain


#22

Un de mes amis, monteur connu et reconnu à l’international et éminent entomologiste m’a dit à peu près ceci il y a quelques temps :
" vois-tu, cela fait 50 ans que je monte des milliers et des milliers de mouches et j’en suis rendu à faire le constat suivant : j’ai toujours l’impression de débuter et j’ai le sentiment qu’il me reste encore tout à apprendre. Je pense qu’il me faudrait 5 vies pour commencer à comprendre pourquoi le poisson monte sur mon artificielle ou pourquoi il la refuse … "


#23

je ne prendrais pas parti pour un camp ou un autre,le débat serai interminable ,chacun campant sur ses positions.
ce qui est sur, j’aime bien étudié certains catalogue de mouches,ou les pages " gobages" ,et adapté a ma sauce les modeles qui me plaisent
,une fois cela fait je propose aux poissons qui valident ,ou pas. si oui je fais un compte -rendu détaillé de la bestiole, photos, formule de montage etc et je classe dans mes archives. point.
ce sont mes mouches, elles ne plairait pas a tous, mais j’ai pris du plaisir a faire cette démarche.
pour moi les stimulis sont le plus important,la forme générale, la couleur ensuite et la taille.
le reste pour moi ,poésie!!
pour ceux qui possèdent cet ouvrage"guide des mouches pour la pêche" delachaux et niestlé,je vous renvoie a la page 15. de ce tres bon livre.
imaginer si tous les grands cuisiniers appliquait la meme strictement la même recette pour un plat défini.
qui serait le champion, le maitre? personne évidemment.
heureusement la pêche n’a pour moi pas besoin de champions
la ou les mouches miracles ,ya des décennies que je n’y crois plus, le miracle d’aujourd’hui devient banal demain.
a chacun sa ou ses théories,l’essentiel est de croire dans son savoir faire ,prendre l’avis des autres et l’adapté au besoin,mais ne surtout pas vouloir imposer sa méthode ce qui serait pour le moins présomptueux.
prendre un poisson difficile avec un montage sorti de notre cerveau et de nos mains est un plaisir incomparable pour moi.
kenavo.


#24

Tout à fait d’accord avec toi,j’ajouterai seulement ,même aprés avoir fait monter et piquer des poissons difficiles,éduqués,compliqués il faut rester humble et modeste


#25

C’est une des raisons pour lesquelles j’aime tant ce passe-temps, j’apprends quelque chose de nouveau chaque jour sur la rivière. J’observe, apprends et applique mais, finalement, je ne comprends jamais tout. J’aime que la nature soit plus intelligente que moi … :hugs:


#26

cest bien pour ça que tu peux lire mon texte “prendre l’avis des autres” ont est parfaitement d’accord.
d’ailleurs si ont me demande mon avis je le donne avec plaisir, sinon je reste tranquille dans mon coin.


#27

…en gros, à part la question pertinante de @LSD et l’apport consistant de @fly.only, qui partage une vraie réflexion sur la conception d’une mouche ( quelque soit la forme), d’après les réponses qui ont suivi les qualités nécessaires pour « mettre au point » une mouche sont l’humilité et la modestie…
C’est toute la différence entre le fond et la forme :grin:
C’est bien sympa de renvoyer à la page 15 d’un livre improbable…que seulement certains possèdent; mais n’ayant pas ce livre je ne vois pas de quel texte tu parles @norman, si c’est juste pour se perdre dans la forme et oublier le fond pour moi le propos n’a pas d’intérêt…

par ailleurs il ne faudrait pas oublier que très peux partent de zéro, qu.il y a très peu de « créateurs » vièrges, qu’il y a eu toujours des précurseurs qui ont partagé ou « imposé » une « vision » à partir de laquelle d’autres sont partis - c’est toute l’histoire de l’évolution : « on ne se pose qu’en s’opposant » c’est pourquoi la Querelle des Anciens et des Modernes a également eu son importance…

Pour revenir à la mise au point d’une mouche, j’aimerais pourvoir aider ceux qui débutent, cependant je n’ai pas encore réussi à mettre au point « Ma mouche »:blush:, je vous dirai même que je n’y ai pas encore songé…- celle que j’utilise le plus souvent et le « moucheron CDC » présent dans les fiches de montage de Gobages - très simple et efficace!

En gros je choisis un modèle existant qui me plaît selon ce seul critère : simplicité ( dans son Précis Henry Pethe insiste sur le fait qu’il faut réduire au maximum les enroulements et les noeuds « inutiles » et j’ai adopté son conseil :wink:) - il faudrait sans doute que j’y rajoute un second : solidité… et que je poursuive la réflexion à partir de là…

Bref, j’aimerais en savoir plus sur le choix des matériaux et de leurs caractéristiques pour la mise au point - quels sont les critères de ces choix? Et quelles sont selon vous les caractéristiques à privilégier?:pray::four_leaf_clover:


#28

je m’interroge surtout à comment @fly.only est arrivé à ce constat. Quand tu es au bord de l’eau comment tu peux arriver à voir quel insecte précis et surtout à qu’elle stade il le prend, pour ensuite monté et choisir l’imitation qui va le mieux. Personnellement quand je suis au bord de l’eau je suis incapable de dire avec précision quel insecte viens de prendre le poisson, à quel stade et surtout quel poisson viens de gober.


#29

Bonjour ,
De très belles plumes de coq , un montage très serré et de l’observation au bord de l’eau …


#30

Oui, j’ai un copain qui n’arrivait pas à prendre les truites qui nymphaient devant lui. L’après-midi suivant il l’a passer à plat ventre à regarder ce qui se passait dans l’eau, et il a trouvé la nymphe cqfd!


#31

Et vous trouvé ça drôle !!!


#32

pompe stomacale, bistouri, masque et tuba ? Choisis ton outil camarade :grin:
Les deux premiers sont barbares.


#33

Bonjour, ça parraît simple formulé ainsi :sweat_smile: mais que signifie « un montage très serré » @jac ?
D’avance merci pour votre réponse


#34

.ben dis marius , mouille le maillot cherche le livre, si je l’ai cité en exemple c’est qu’il n’est pas i improblable comme tu le dis, j’ai dut le lire avant.
contact en mail privé et ont verra.


#35

ben surtout a 10 metres!


#36

C’est parce qu’on ne sait pas grand chose sur les insectes pris par les poissons qu’il vaut mieux privilégier les mouches d’ensemble les plus simples. Elles ne sont jamais très proches de la réalité mais n’en sont pas trop éloignées non plus…alors qu’une imitation réaliste n’imite qu’un seul insecte…et s’éloigne de tous les autres.


#37

Avec quelle mouche d’ensemble imites-tu des insectes comme les chiros, Caenis et autres fourmis ?


#38

je ne peux qu’abonder dans ton sens, il y a des mouches meilleures que d’autres mais une mouche qui prend du poisson c’est déjà une mouche qui pêche, parce que dans la boîte elle prendra pas grand chose et jusqu’à présent je pensait qu’on accordait bcp trop d’importance à l’ “intelligence” du poisson, les modèles basiques font tout aussi bien l’affaire que les imitations exactes. Je dis jusqu’à présent parce que je me suis récemment mis à la pêche du bar à vue, avec des leurres qui ont tous fait leur preuve et j’ai halluciné de voir la méfiance de ces poissons , sur du 6lb en fluoro, dans une eau teintée, ils trouvent le moyen de “voir” qq chose d’anormal, j’ai été scié de voir des poissons se barrer avant même que le leurre touche l’eau, alors que j’étais dans leur dos à 20m et qu’il était impossible qu’ils me voient, le seul truc : le passage du fil et leurre au lancé…


#39

Un moucheron Griffiths serait un bon début :wink:


#40

Si c’était facile on serait moi nombreux à pêcher et à ce prendre le choux pour comprendre ce qu’ils gobent aujourd’hui et plus le lendemain. Une de mes grosse difficulté est de pouvoir avoir les mêmes conditions plusieurs jours de suite.Mon job ne permet pas de pouvoir mettre les pieds dans l’eau autant que je le voudrai et donc à plusieurs jours ou semaines les conditions peuvent radicalement changer.Débit température éclosion vent c’est dure alors d’avoir une répétabilité pour faire des mises au point.
Exemple faut il que je vernisse mes corps ou pas ? J’en sais foutre rien j’ai abandonné l’idée de faire des essais. Aujourd’hui je me contente de passer du muscilin ou non pour rentrer plus ou moins dans la pelicule d’eau.