Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Numéro de soie et distance de lancer


#1

Bonjour à tous,

Une question peut-être naïve : à qualité de lanceur égale (disons : un lanceur moyen) et à type de canne égale, une 9’ soie de 6 (disons) permettra-t-elle de lancer plus facilement loin qu’une 9 pieds soie de 4 (ou 5), ou le poids de la soie n’a-t-il rien à voir avec la facilité à trouver de la longueur ?

Je pose cette question, car un pêcheur expérimenté me conseillait l’autre jour de prendre une canne avec un numéro de soie supérieur pour me permettre d’atteindre plus aisément les gobages sur l’autre bordure (rivière moyenne avec interdiction d’entrer dans l’eau), que j’ai beaucoup de peine à approcher, alors que j’ai plutôt l’impression, de mon côté, que la réponse se trouve dans l’amélioration de ma technique de lancer.

Merci de m’éclairer sur ce point !


#2

Ta question m’a incité à relire la bible du lancer, à savoir “Le lancer de la Mouche” de Joan Wulff, rubrique “Les lancers longs”.
Sans aller jusqu’au record de 241 pieds (environ 80 m) réalisé par Steve Rajeff en 1986.
Elle préconise:

  • une canne longue, sans préciser le n° de soie ( assez lourde à mon avis)
  • la technique de la double traction
    Je rajouterai une bonne osmose entre canne et soie, et…beaucoup d’entrainement comme tu l’exprimes.
    Effectivement une canne de 10’, soie de #7, 8, ou 9, lancera plus loin qu’une canne de 8’ soie de #3. Il suffit de demander à des pêcheurs de saumons…
    En conclusion, à pêcheur égal, il faudrait une canne plus “forte”. CQFD
    Enfin, c’est mon avis, moi qui ne suis pas un champion de la distance. Ni champion du tout…:innocent:

#3

Beaucoup disent que de passer à une soie wf fait gagner de la distance, c’est vrai, mais le lancer reste aléatoire en précision si il y a du vent, donc des fois monter d’un numéro stabilise le vol surtout quand on est au delà d’une distance de posé facile.

Si tu es en dessous de posés à 20 m ça se fait avec une wf 5 ou dt 5, voir même avec une numéro 4 après pour des distance supérieures pour moi il faut une wf6…mais parait qu’il y en a qui y arrive en soie de wf4 !!!Doit pas y avoir de vent!!!
Déjà faut maitriser la double traction, connaitre les aptitudes de déploiement de son bas de ligne à longue distance et maitriser un shooting final précis!
Tu peux feinter en lestant ta soie en partant sur des plus gros diamêtres de nylon voir augmenter la pêche de déploiement avec du fluorocarbone.
Par exemple tu peux déployer 8m50 de queue de ras à plus de 25 m avec une wf 6 mais le départ est en 60/100 et le plus dur c’est de pas faire taper ce gros brin de nylon au posé c’est pour ça que la queue de ras est si longue…
Tu peux faire le même boulot avec un dt5 et un départ en fluoro carbone de 50/100 et une longueur totale de 7m environ.
Si tu descends encore en taille de soie, je suppose qu’avec une wf4 si tu part sur un fluoro en 40/100 ou 45/100 tu vas pas pouvoir déplier plus de 5.5m de queue de rat pointe comprise…

La pêche à longue distance ça fait beaucoup de paramètre à modifier et faut pas hésiter à refaire son bas de ligne à nœud plusieurs fois dans une sortie pour trouver quelque chose qui pêche!

Après la pêche en réservoir avec un streamer c’est bourrin, mais c’est un bon apprentissage de la double traction aussi, pour après sortir 20 m de soie en vol avec une sèche et shooter encore plus loin!

De toute façon finalement il faudra que ta soie ai du poids pour shooter et gagner une dixaine de mètres de plus qui ne sortiront qu’au lancer final donc…


#4

Bonjour,
En plus du poids, la densité et la glisse de la soie ont aussi leur importance. Les soies naturelles sont plus fines et donc plus denses à numéro égal (il faut d’ailleurs les graisser pour qu’elles flottenr) mais je trouve que leur glisse n’est pas aussi bonne mais elles s’améliorent. Cependant de toute façon c’est en améliorant sa technique que les mètres gagnés seront les plus grands. Donc va dans un club où quelques craques du lancer pouront t’enseigner les bons gestes.


#5

…mais lancer n’est pas pêcher …:wink:


#6

Et pêcher loin est bien moins rentable en terme de poissons qui montent / poissons ferrés que de pêcher à courte distance.

Il n’y a guère qu’au stream où lancer loin est avantageux si on prend la précaution de pêcher avec une soie avec une âme non élastique.

Fred


#7

Bonjour

Habitué des pêches tropicales, et donc de la double traction, je ne suis pas certain qu’on lance plus loin avec une canne " plus forte et ou un numéro de soie de plus". J’utilise en fonction des circonstances des cannes ( presque toujours de 9 pieds en moyenne) de 8 à 12. Et j’avoue lancer aussi loin, sinon plus avec une canne de 8 qu’avec une canne de 10 ou de 12.
Effectuant un retour en arrière, alors que je pêchais surtout truites et ombres sur de grandes rivières françaises et autrichiennes, j’utilisais comme canne de prédilection une 9p6 américaine d’action de pointe et une soie naturelle wf3 de chez Dubos, le tout prolongé de bas de ligne 75% en nylon hard + une interminable pointe en nylon dit soft en 12 100 ème. Je dois reconnaître que j’atteignais des distances que je n’ai presque jamais atteintes avec du matériel dit " tropical". En effet, la WF3 naturelle mesurait une trentaine de mètres et il m’est parfois arrivé de voir le noeud du backing apparaître au delà de mon anneau de pointe lorsque je m’escrimais à atteindre des poissons gobant hors de portée… Lorsqu’on imagine ajouté à celle de la soie la longueur du bas de ligne, de la canne, et du bras conjugués, les performances possibles avec cet ensemble peuvent laisser songeur. Je pense qu’il s’agit d’un problème d’équilibre et d’harmonie matérielle, combinée bien entendu à une grande habitude de la double traction. Il est par contre certain qu’on lance plus loin avec une canne plus longue, ainsi qu’avec les soies/projectile, sortes de " shooting heads" que sont les outbonds et autres produits similaires destinés à expédier en orbite tout ce qui est non volant.

à+

Flymazon


#8

Bien d’accord, equilibre et harmonie font plus que force et que rage…:smiley:


#9

Merci à tous pour vos réponses riches et précises et pour vos formules toujours bien trouvées, c’est un plaisir de les lire !

Bien sûr, l’objectif pour moi n’est pas de pêcher à tout prix le plus loin possible : au contraire, je pratique en général une pêche à courte distance où, en soignant l’approche et la présentation, je n’ai pas de problème à me faire plaisir, et où ma technique rudimentaire suffit à répondre à la majorité des situations.

Mais lors de mes deux dernières sorties, je me suis cassé les dents sur des gobages situés dans le quart le plus lointain de la rivière (qui n’est pourtant pas si large). La difficulté, pour moi, vient surtout de l’environnement : pas de possibilité d’entrer dans l’eau, rivière entourée de talus souvent assez élevés et surtout bordée de hautes herbes arrivant presque à hauteur d’épaule. Il faut pêcher la lune, ou être au moins assez sûr de son geste pour fouetter arrière au raz des herbes, sans s’accrocher, ni à l’aller, ni au retour (plus facile avec une 11’ qu’avec une 9’, tout de même). Au moindre relâchement ou à la moindre hésitation du poignet (souvent lors du lancer final), je finis avec ma pointe irrémédiablement emmêlée dans un fatras d’herbes hautes. Le piège est derrière, mais devant aussi : il m’est déjà difficile de sortir mon seul bas de ligne sans m’accrocher dans les herbes qui me séparent de l’eau, bdl qui en l’occurrence est peut-être trop long (à l’origine un bdl à noeuds Devaux-Boyko 4,9 m, mais je l’ai un peu raccourci et il doit tourner autour des 4,3 m, auquel j’ajoute une pointe d’environ 2 mètres).

Le moucheur dont je parlais plus haut pêche avec une 10’ (voire 11’) soie de 7, avec un bas de ligne court de 2,7 m maximum, et une pointe qui dépasse tout juste le mètre et demi ! En un arraché et un faux lancer maximum, il redépose sa mouche le long de la berge opposée et n’y rate pratiquement aucune truite (oui : la présentation !), quand je m’échine avec ma 9’ soie wf5 (ou ma 8,6’ soie de 4) à atteindre les trois-quarts de la rivière quand gobage intéressant il y a. Bien sûr, il maîtrise le lancer beaucoup mieux que moi, et l’essentiel de la solution se trouve là, aucun doute.

Je me dis aussi qu’une canne aussi puissante (soie de 7) est quand même un peu disproportionnée et doit enlever quelques sensations et de la finesse dans le combat de poissons dont la taille habituelle, sur ce secteur, se situe entre 25 et 40 cm, non ?

A part la technique, que je vais travailler à affiner par un cours de perfectionnement, je m’interroge aussi sur d’autres pistes qui peut-être entrent également en ligne de compte :

  • bas de ligne inadapté ? (pour ce type précis de situation : je précise que je ne pêche pas toujours dans cette configuration)
  • longueur et puissance de la canne ? Vous avez tous déjà répondu plus ou moins à cette question, et sans doute qu’une canne plus longue, sinon plus puissante, faciliterait le lancer par dessus les talus (quoique j’aimerais bien, si possible, ne pas devoir racheter une nouvelle canne plus longue)
  • poids spécifique de la tête de ma soie, qui ne me permet peut-être pas de charger assez rapidement ma canne ?

Voyez-vous d’autres solutions ?

“Lancer n’est pas pêcher”, bien sûr, et pêcher loin n’est pas la panacée ni le graal que je poursuis : cela dit, j’aimerais bien pouvoir titiller, quand l’occasion se présente, les quelques truitelles de la rive d’en face, sachant qu’il ne s’agit pas d’une grande rivière.

Merci d’avance encore une fois !


#10

Pour vous faire une idée des lieux.

ça ne se voit pas très bien sur la photo (les herbes sont plus hautes que ce qu’on peut penser), mais lorsque vous êtes sur la rive à droite par exemple, en bas du talus à un mètre de l’eau, le talus derrière vous vous surplombe de 2 mètres environ


#11

Essaye déjà une 10 pieds soie de 6 même si une 7 lance normalement un peu plus loin, c’est quand même surpuissant pour pêcher en sèche en rivière.


#12

La rivière n’est pas large . A vue de nez je dirais…15m max… La puissance de la canne n’amènera pas grand chose mais la longueur aidera. Avec un peu de technique , en un arraché / posé tu es sur la berge d’en face.
Il faut t’entrainer à garder ta soie haute sur les lancers arrières. Tu démarres scion pointé vers l’eau et tu essaies sur ton lancer arrière de monter ta main de canne vers le haut en bloquant bien à 1h. Si tu dois faire un ou 2 faux lancer , il faut garder ta trajectoire de scion du bas vers le haut et aussi rectiligne que possible.


#13

Bonjour
Tu as quelques solutions sur ce type de poste y compris avec une soie de 5.

En numéro un je dirai pêche depuis la berge haute.
En deuxième le roulé trop souvent négligé ce lancer technique permet de pêcher loin sans pour autant demander bcp de recul.

En troisième solution si tu peux faire un faux lancer ça doit passer avec un long bas de ligne.

15 m c’est une distance assez facile a atteindre avec des bas de ligne long. Si tu as 7 m de bdl il ne te manquera que 8 m de soie a sortir. :sunglasses:

Bon entraînement


#14

Salut,

Une canne switch par exemple :wink:

C’est typiquement le poste pour :slight_smile: . Je suis sûr que @Djof, @renorenoreno, @friedrick et @cabot seront d’accord avec moi (et d’autres aussi certainement) :rofl:

A plus,

Patrick


#15

Avec le scion tu pourras toucher la berge d’en face. Mais pkoi pas. Sinon avec une 10’ on sait faire de jolis roulés.


#16

Là c’est qu’une question technique finalement, mets toi dans un champs avec un talus de 4 m derrière toi et trouve le geste pour faire monter ta soie sans bas de ligne, puis avec une queue de rat + mouche, puis avec un streamer pas trop lourd!
La longueur du bas de ligne à rien a voir dans ce cas.
Penses a ramener le plus de soie possible avant de relancer pour être à l’aise dans ton mouvement et après avec une double traction tu montes ton bras pendant le mouvement ta soie monte en diagonale vers le ciel, si sa suffit pas tu peux désaxer ta canne légèrement sur le côté extérieur avant de faire ce mouvement d’ascension.
Une fois le talus passé sur le lancer avant fait gaffe de pas taper l’eau en tirant trop bas et au cas ou vise 3 à 4 m au dessus de l’eau.
J’en convient le shooting final ne devra pas être aplatit et c’est difficile a maitriser mais avec une longue queue de rat atypique par exemple: 1m de 45 , 90 de 40, 80 de 35/100 …a toi de voir ton aptitude, mais ce long bas de ligne se déplie lentement dans le ciel à 2 m au dessus de l’eau même si il mets un peu de temps ce qui te permettra d’attendre le posé de la pointe et au cas où ça fait splash ta soie est à 6 m de ta mouche…
Bonne chance, pour tes cours de lancer! Car à cette distance même avec une numéro 4 tu peux y arriver même si le poids d’une 5 te permettra de stabiliser ton mouvement sans forcer…
Par contre une canne 9.6 pied ou 10 pied t’aidera c’est vraiment le jour et la nuit pour ce type de problème.


#17

si tu peux descendre du talus, essaye le roulé.
C’est parfois la seule solution et c’est agréable à exécuter.
La soie peut être un problème : certaines roulent très mal.


#18

Bonjour ,
qu’importe la puissance de la canne , si tu veux vraiment gagner en distance , tu as une solution qui consiste à monter les 15 premiers m d’une soie wf avec un running line . Cela marche très bien avec des petites soies , et tu gagneras en discrétion comparé à une canne soie de 7 . Reste plus qu’à trouver l’équilibre parfait …


#19

Salut

Si tu n as pas le soleil dans le dos, monte sur le talus et lancé depuis le haut du talus en imaginant que tu poses à la surface de l eau et que celle ci est au même niveau que tes pieds (donc quelques mètres plus haut que la surface réelle)… tu vas te surprendre toi même…!

A+


#20

À tous, un très grand merci pour le temps que vous avez accordé à ma question : c’est agréable et précieux d’avoir des retours aussi riches, variés et précis !

Voici où j’en suis : j’ai pu trouver, en prêt, une 10,6 pieds soie de 6, qui me permettra d’expérimenter dans un premier temps les avantages d’un plus grand dégagement à l’arrière, et avec laquelle je pourrai voir si le geste du roulé, notamment, est moins entravé par les hautes herbes qui me séparent de l’eau. Si l’essai est concluant, je pourrai alors m’orienter vers une 10’ soie de 5, histoire de gagner un peu en finesse et discrétion, et de ne pas avoir l’air de pêcher le black bass. Je testerai tout cela également avec un plus long bas de ligne.
Et puis, comme je reste convaincu que la limite est aussi (ou surtout) technique : j’insisterai également à nouveau avec ma 9’ soie de 5, pour continuer d’entraîner le lancer arrière soie haute et voir si, en faisant bien attention à mes trajectoires et au blocage arrière, j’arrive peu à peu à me rapprocher de l’objectif.
A l’évidence cependant, une 10 pieds minimum semble comporter bien des avances sur cette rivière puisque la plupart des moucheurs croisés sur le parcours pêchent avec cette longueur, voire avec une 11’.

Je vous tiens au courant, ce sera sans doute pour la fin de la semaine prochaine !

Merci encore.