Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Slovénie, Croatie et Bosnie


#105

Bien sûr que les rivière Autichienne sont empoissonnées, même la Salza le joyau… j’y ai pris un après-midi des truites avec 3 robes totalement différentes. Quand à l’Ybbs n’en parlons pas c’est mon personal best sur une journée : plus de 100 poissons, ombres, arcs et farios confondus dont des arcs de 50 à 60cm :scream:


#106

Attention Ianvollon, tu risques d’être repris de volée en annonçant des scores pareils :wink:


#107

Même pas peur et en plus ce n’est que la vérité :wink:

Par contre je ne me souviens plus si c’était en 14 ou 16 centièmes, sinon je t’explique pas :rofl:

L’Ybbs à Gostling sur les parcours de l’IFG en juillet 2013


#108

T’inquiète, pour ma part je te crois volontiers, j’ai fait des scores similaires sur la Lammer :rofl:


#109

Par contre je n’aurais pas le front de dire que c’était des poissons sauvages :smirk:

Un peu d’humilité quand même :laughing:


#110

Je preferrerais toujours mille fois devoir aligner 10 sorties de rang sur la Dordogne pour faire 1 seul beau poisson né dans la rivière et dont les ancêtres y ont toujours vécu qu’aligner 100 cochoneries débiles a la journée sur une rivière des Balkans ou d’Autriche. Pourvu qu’on en vienne jamais a un gestion a la Slovène en France !

A+
J


#111

D’accord avec toi, mais malheureusement vu la gestion en France, peut être qu’un jour il faudra forcément voyager pour continuer à pêcher des salmonidés à la mouche !


#112

En effet entre ce que l’on préférerait et ce que l’on a, il faut bien souvent se contenter de peu.

Après sur le mode de gestion, tout est question de savoir où l’on place le curseur.

On s’en tient à une gestion patrimoniale avec un prélèvement limité (celle que je préfère, moi aussi) mais là c’est difficile de trouver un compromis (entre le viandard et le puriste) et de demander au pêcheur d’y mettre le prix et de ne pas y trouver son compte.

Mais la réalité c’est, si tu veux attirer du monde (et donc des retombées économiques), il faut beaucoup de poissons et de la surveillance.


#113

Maintenant en ce qui concerne l’ombre issu d’une pisciculture ou sauvage ce qui va faire la difficulté de la prise c’est l’éducation du poisson pas sa provenance.

Par exemple :

Sur la Chuluut en Mongolie, bas de ligne 18% hameçon de 12 sans bouger de place en à peine plus de deux heures, 52 poissons dont 7 lenoks. Le reste des ombres (taille entre 30 et 33 cm pas plus) , ils sont sauvages mais n’ont jamais vu une artificielle.

Sur la Lammer en Autriche, beaucoup d’ombres (taille entre 35 et 45 en moyenne) sans doute pour une bonne partie provenant d’un apport. Les jours après une légère crue en nymphe au fil, tu peux prendre une centaine de poissons. Les jours où l’eau est limpide, difficile de faire 30 poissons toutes techniques confondues.


#114

Bon et bien je crois que vous avez fini par me convaincre…

j’irai sans doute pas dans les balkans…

Et pour l’Italie dans les Dolomites c’est la même histoire??


#115

Pour l’Italie, c’est pareil plus ou moins mais cela n’enlève rien à la pêche.

Même sur la Dordogne, tu as des aappma qui mettent de la truite et cela ne nous empêche pas de prendre un pied phénoménal à traquer une grosse bête.

Nut ne te fie pas à ce que l’on raconte et fais toi ton expérience. Tout n’est pas forcément noir ou blanc.


#116

Après c’est à toi de choisir, je ne condamne pas les Slovènes, Croates, Serbes, Autrichiens ou autres de soutenir les cheptels de leurs rivières, en tous cas moins que ceux qui laissent crever les rivières françaises pour des raisons parfois obscures ou de petits potentats locaux.
La seule chose que je demande, c’est savoir ce que je pêche et qu’on essaie pas de me faire prendre des vessies pour des lanternes.
Je pense qu’un ombre même s’il n’est pas de “race pure” peut être aussi “chiant” qu’un poisson autochtone depuis 100 générations.
Sinon, il te reste l’Alaska, l’Islande, le Groenland, le nord de la Scandinavie… mais c’est pas le même tarif :wink:


#117

Ca c’est une erreur à mon sens , il y a la beauté des rivières que tu ne pêchera pas ici. après la pêche est loin d’être facile.

SI tu regardes bien les plus critiques sont ceux qui n’y ont jamais peché ou presque. Après les trucs de génétique ca tue la poésie de la pêche, l’amour de la pêche au fouet.

De toute façon dès qu’il y a un fil de discussion qui parle de pêche john et consort débarquent pour le flinguer en nous parlant de choses fortes intéressantes mais qui cassent l’ambiance. ils n’ont pas encore trouvé le bouton pour ouvrir un nouveau sujet pour aller discuter des trucs moroses ailleurs et c’est fort désagréable.

Au final pour l’expérience pêche il faut se la faire soit même car il y a tellement de gens qui pratiquent différemment.

A chacun sa vision de la pêche, mais globalement ceux qui y sont allés en sont revenus enchantés avec bien sûr des nuances. ma rivière préférée pour le moment c’est l’idrijca , mais il faut voir une fois la vallée de la socca c’est un paysage a se taper le cul par terre.


#118

Autant je ne suis pas toujours d’accord avec toi Jean-Yves (mais je m’abstiens, parfois mieux vaut), autant là MERCI pour cette mise au point car là ça devenait franchement agaçant.

A en écouter certains, la Slovénie est un territoire bien uniforme , avec une seule rivière gérée de la même façon tout du long, c’est ridicule. Sans nier les déversements qui sont évidents, j’ai pu en à peine 15 jours sur place et seulement quelques uns de pêche me rendre compte que c’était bien plus complexe que ça.

J’étais parti pour écrire un pavé mais je vais m’abstenir là aussi, car de toutes les façons ceux à qui il s’adresserait sont tellement ouverts à la discussion…

Je préfère dire à ceux qui hésitent à sauter le pas:

Allez y! De toutes les façons c’est un beau voyage, prenez également le temps de découvrir le pays car il est magnifique, tant pour la nature que pour ses villages et ses habitants. Vous pourrez ainsi vous faire votre propre idée, non vue à travers le prisme de données scientifiques bien au chaud devant un écran. Au moins vous pourrez envisager la chose dans sa globalité, ce qui à mes yeux est bien plus juste. Et si jamais cela ne vous plaît pas niveau pêche et bien vous vous en serez au moins mis plein les yeux, parce ça c’est garanti :heart_eyes:

Florent


#119

Mon intervention était dans ce sens…
Bien sûr qu’il faut y aller pour connaître des conditions de pêche que nous aimerions avoir chez nous. L’Autriche, la Slovénie, la Tchéquie, la Croatie, l’Allemagne offrent des qualités de pêche bien supérieures aux nôtres qui ont tendance à se limiter de plus en plus. Mais ne parlons pas de poissons intégralement sauvages, c’est tout! Ce qui ne retire rien à leur difficulté de capture, le no kill les éduquant rapidement. Chez nous, leur éducation s’arrête généralement assez vite et brutalement en direction de la poêle…


#120

On est bien d’accord, le voyage vaut la peine (comme tous les voyages), mais il faut bien être conscient du type de poissons qui peuplent les rivières les plus fréquentées.


#121

Bien sûr mais chez nous également bien souvent nous n’avons rien d’intégralement sauvage et très souvent rien du tout ou presque.

Le pire serait de critiquer les initiatives étrangères alors que le leitmotiv de nos aappma pendant des lustres et encore pour la majorité a été le bassinage pour espérer vendre des cartes.


#122

On n’a qu’une vie, je pense que, malheureusement, pour pouvoir se faire plaisir, en une période donnée (par notre patron ou quand on peut !) et programmé un voyage pêche, il vaut mieux sortir de nos frontières, ou avoir le c** bordé de nouille et bien tombé sur la semaine en Dordogne, Jura ou ailleurs… Si les Balkans nous font pianotés sur les claviers et sont populaires en Europe du Sud (et du Nord, beaucoup de suédois partent en Bosnie par exemple) ce n’est pas pour rien. On adhère ou pas au type de gestion/pêche. Reste, que, après un voyage à l’étranger, ce sentiment de “réalité” amer au retour en France (halieutiquement parlant)


#123

ça n’en prend de toute façon pas le chemin John… mais celui du désert oui (ce n’est pas un jugement de valeur, juste la réalité)


#124

J’ai ce même sentiment à chaque retour d’un voyage de pêche :wink: