Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Slovénie début septembre en dehors des sentiers battus


#63

Pas vu ça pour ma part, et les poissons semblent bouger dans la saison en fonction du débit donc de l’habitat disponible…
Pour les truites je les ai trouvées moches mais semblables.


#64

rassure toi je ne suis pas de celui qui s’enflamme aussi rapidement:rofl:

@+jl


#65

Moi je les avais trouvés jolies mais différentes. Si j’ai un moment je mettrai des photos.ba l’occase fais en autant ça peut être drôle.


#66

La gestion slovène, on est pour ou contre, c’est un vaste débat…Par contre, je constate qu’il y a quand même une population conséquente de pêcheur français à passer des vacances de pêche là bas.
C’est peut être dommage de ne pas disposer de ce genre de parcours en France à mon avis. Surement pas sur toutes les rivières mais sur des bassins choisis. Celà permettrait le développement d’une micro économie pêche locale (Flyshop, Hotel, Guide…) et je pense que même des étrangers seraient attiré par ce genre de séjour.


#67

Bonjour @vincent50 c’est un avis que je partage. Chez nous il y a des micro nokill qui sont pillés. Il y a des parcours sans tuer a surdensitaires qui sont pillés aussi. Bref tant qu’on coupera pas un bras a celui qui vole le poisson de ces parcours cela ne s’arrêtera pas.

Les parcours Slovéne ne sont pas non plus les parcours poubelle que l’ont nous laisse en France. Du nokill par centaine de km des rivières magnifique et du poisson… Quoi d’autre pour le bonheur des pêcheurs et une économie locale basée sur la pêche.


#68

En y réfléchissant bien, c’est vrai que durant ma petite semaine en juin, on a pris des truite avec des robes vraiment différentes… à qques mètres d’écart.

J’essairais de remettre qques photos si je les retrouvent ! en voici une en attendant.

P6260266

Si vous avez des photos de truite de la Ribnik, n’hésitez pas à les poster on verra la différence (ou pas !)


#69

un reportage (vu/revu) sur seasons cet aprem 17h20 sur la slovénie :wink:

@+jl


#70

La meilleure façon d’évaluer l’origine d’un cheptel c’est pas de regarder les robes (fiabilité = 0) mais tenter d’évaluer la présence de toutes les classes d’ages. Sur ces parcours-types d’Europe centrale et des Balkans (autrefois dans les Pyr. Espagnoles) , l’abondance de truites ou d’ombres de grandes tailles et la rareté (ou l’absence) des tailles intermédiaires est un bon indicateur du bassinage. Et inversément l’abondance de juvéniles et de poissons de toutes tailles est un bon indicateurs de peuplement naturel. A moduler en fonction des conditions locales bien sur…

A+
J


#71

J’ai pêché deux fois (un jour chaque fois) la Gacka quand l’eau était trop haute et teintée ailleurs…En effet son eau reste limpide même après de fortes pluies mais c’est effectivement un “canal sur-aleviné”. En revanche, je n’y ai pas trouvé la pêche en sèche difficile car il suffisait de faire draguer son sedge pour faire monter le poisson.
Pour la Ribnik, j’y ai pêché une semaine il y a 7 ou 8 ans. A l’époque, le poisson y semblait “naturel”, représenté dans toutes les classes de taille et d’âge et j’y ai pris au moins autant de truites que d’ombres. Les coups du soir y étaient très marqués en juin.
Pour la Slovénie, effectivement le poisson y est majoritairement artificiel mais, pour autant, prendre une AEC de 80 cms (sur la Savinja) sur une sèche H22 et en 14/100éme, quel plaisir…


#72

Je suis complétement d’accord sur le fait que se qui se fait en Slovenie devrait se faire en France. De telles adaptations permettent une veritable économie touristique, avec tout les avantages qui en découle : de l’argent pour les commerçants vivant du tourisme et pour la gestion des cours d’eau…et en plus un vrai poids sur les services publiques afin de mieux faire respecter un milieu qui aurait sa propre économie. Depuis des années que je pêche, je ne me suis jamais fait contrôler ma carte : pourquoi ? Par manque de moyen pour se payer des gardes ? Si la pêche payée, il aurait plus de garde, et donc surement moins d’abus dans les rivières. Combien de gens pèchent sans carte ou braconne…
2 jours de peches en Slovenie = 1 controle…
Je pense que nous sommes dans un système qui se mort la queue ( de poisson) :

  • pas d’argent donc pas de garde
  • pas de garde donc abus
  • pillage des rivières, pollution, prélévement abusif pour irrigation… donc moins de pécheur
  • moins de pecheur donc moins d’argent
    J’entend tout le monde craché sur la Slovenie, mais sommes-nous mieux ici, avec nos poissons de souches, mais en voie de disparition, et nos pecheurs de plus en plus rares ?
    Toutes especes doit s’adapter à son environnement, mais le pecheur semble en etre incapable.
    On aura de nouveaux pecheurs dans les AAPPMA que si ils prennent du poissons, et pour un novice, faire du fish en France est un parcours du combattant et de patience…

#73

Vos sentiments me touchent mais la France est déjà la première destination touristique au monde (je rappelle plus de 80 millions de visiteurs par an?). Je doute fort que la qualité de la pêche à la mouche va faire beaucoup pour renforcer cela… Je partage vos frustrations, mais nous sommes une minorité insignifiante, je crains :cry:


#74

Niveau économie locale, ça me fait un peu rire car en étant dans la haute vallée de la Soca, j’ai du aller jusqu’à Tolmin (1h de route aller) pour acheter quelques mouches! Mais effectivement, il semble qu’il y ait un certain nombre de guides qui se partagent le gâteau.
Quand j’ai vu le tarif des permis, ça m’a également fait réfléchir sur notre gestion de la pêche. Il est aberrant de penser que 95€ le permis annuel en France c’est cher. En Slovénie, pour une partie de la Soca, c’est 1700€ de mémoire!
Alors je ne prône pas un permis aussi cher, mais je serais prêt à payer jusqu’à 300€ un permis annuel, à condition que cela finance des gardes! Mais bon, c’est un autre sujet :slight_smile:


#75

C’est en effet un autre sujet mais potentiellement un sujet important. Sans exception, mes amis étrangers ne peuvent pas croire le prix très bas de nos permis de pêche. Lorsque vous comparez au prix du matériel de pêche à la mouche, il semble encore plus déséquilibré. Mais, je suis immigrant ici, alors ne devrais peut-être pas en dire plus :wink:


#76

J’ai l’impression qu’il n’y a pas de corrélation entre prix de carte et qualité de pêche.
Ca semble juste un piège à pigeon.
Regardez l’Islande, est-ce le coût de la carte qui rend la pêche si fabuleuse ?
Et en Nouvelle Zélande pour une poignée de dollar vous pouvez y pêcher toute l’année…

Des problèmes de gestion oui c’est sûr, mais le problème n’est surement pas l’argent en France.


#77

AU camping a l’embouchure de la Lepena dans la soca ils en vendent en plus des permis il me semble, passe y sur le coup de midi, la terrasse du bar est souvent prisée des pecheurs.


#78

Il faut savoir qu’aujourd’hui il n’y a plus de garde fédéraux, mais uniquement des gardes particuliers appartement aux AAPPMA.

Ce sont tous des bénévoles qui font ce qui peuvent sur leur temps libre.

Ces très dur pour une AAPPMA d’avoir un garde salarié (et oui sa coûte cher).

Daniel.


#79

Quand tu dis aujourd’hui, sais-tu depuis quand cette situation existe et pourquoi ?

Je demande parce que chez moi il y a un endroit qui rapporte de la carte et là les gardes fédéraux et non bénévoles sont très présents, contrairement aux rivières proches où là on ne les voit jamais.


#80

J’ai mis quelques photos sur les-truites.com et un sujet est ouvert ici Truites de la Ribnik (Bosnie) pour pas trop faire dévier le sujet original.


#81

bonjour,
Pour l’Islande, ce n’est pas le prix de la carte qui rend la pêche fabuleuse mais par contre c’est la pêche fabuleuse qui rend le prix de carte très cher.


#82

Dans ce cas pourquoi est-ce que la Nouvelle Zélande ne fait pas pareil ?

Le rinçage du touriste c’est une politique peu morale qui est appliquée par endroit suivant la politique locale plus ou moins libérale et plus ou moins nécessaire suivant la diversité des richesses.

En tout cas ce n’est pas la carte de pêche qui permet d’avoir des rivières propres et protégés. Or c’est par là que commence la qualité de la pêche.