Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Peche mouche - Gobages.com

De l’importance d’insister à l’ouverture


#1

A l’approche de l’ouverture, je reflechissais à quelques stratégies et rêvais déjà du poisson de mes rêves cette année.

Avec l’ouverture dans les eaux basses, cristallines mais très très fraîches, je sais que les poissons sont très peu actifs, ou alors sur certaines heures les plus chaudes. Je sais que les truites sont en réflexion sur le moindre effort sur la nourriture et le gaspillage d’energie pour ce nourrir.

Ainsi je me disais qu’il était certainement hyper important d’insister sur certains spots de tel sorte de présenter au mieux et surtout au plus prêt de la bouche du poisson pour avoir plus de résultats. Est ce que vous êtes d’accord avec cette idée ?

L’ete C’est vrai que je suis plus rapide sur les spots, les poissons étant plus actifs sauf grosses températures.


#2

Une excellente stratégie, il faut être sur du spot c’est plus délicat .:wink:


#3

On peut s’aider des précédentes prises sur les dits spots en question.


#4

Bien sur mais :wink::wink:


#5

Attention en insistant de ne pas caler les poissons. fait des poses régulièrement sur les meilleurs postes pour calmer le jeux. Change de mouche aussi régulièrement, présenter une nouvelle proie remet parfois les poissons en confiance.


#6

Insister sur les postes où on a déjà pris pas mal de poissons, Ok mais il faut aussi prospecter d’autres postes même et surtout si on n’y a pas pris beaucoup de poissons dans le passé. Je me souviens d’une pêche électrique qui avait clairement établi que la plupart des pêcheurs pêchent quasiment tous les mêmes postes alors que la majorité des poissons, surtout les beaux, se tiennent plutôt dans des endroits moins probables ( postes très encombrés ou au contraire, avec peu d’eau, peu de caches visibles…).
Donc insister , oui mais aussi s’obliger à pêcher là où on y croit moins…


#7

Lorsqu’on fait une pêche électrique et qu’il est possible de capturer autour des 4/5 poissons au m2 sur un linéaire de 100m…on vois vite que l’on passe à côté de beaucoup de poissons!!!


#8

La question quand on sait ça c’est : est ce qu’il vaut mieux insister et trouver des solutions ou avancer vers l’amont


#9

ça fait beaucoup Yannick
une densité de 40.000/50.000 ind/ha c’est pas possible :wink:
peut-être voulais-tu parler de 4/5 poissons au mètre linéaire de cours d’eau…


#10

En pêche électrique, on fait sortir les poissons de sous les cailloux, de sous les berges, des caches inaccessibles au pêcheur.

On sort les poissons actifs, en postes mais aussi tous les inactifs.

La problématique du moucheur est de trouver des poissons 1) actifs et 2) accessibles avec une mouche en pointe.

Au final, sur un jour ensoleillé de début mars, c’est pas du tout, mais pas du tout la même mayonnaise.

Fred


#11

Avec de belles surprises a la clef


#12

C’est là que je me dis je c’est peut être une erreur de ne peche qu’avec des pheasant tail. Pour justement chercher d’autres stratégies que rallonger le bas de ligne ou changer de poids/taille de nymphe.


#13

Oui bien sur…:joy:


#14

Surtout si y a du monde partout!!!


#15

Après plus de 30 ouvertures à la mouche, je pense qu’il faut surtout être au bon endroit au bon moment.

Tu peux pêcher des jours, insister tant que tu veux sur un poste, s’il n’y a pas un poisson actif, tu ne prendras rien.

Par contre, le premier couillon qui passe un train de mouches sur un poste où un poisson est actif l’attrapera.

Donc sur un poste occupé, pas la peine d’insister, en trois passages tu as pris les poissons à prendre.

Sur un poste inoccupé, tu peux insister en espérant qu’un poisson s’installe. Mais ça peut être trrrrrrrrrrrès long.

Il y a aussi des moments clés le jours de l’ouverture. Celui qui ne les connaît pas se grille, se fatigue dans l’eau froide à force d’insister et au moment le plus favorable n’aura plus aucune lucidité.

On voit aussi des gens partant au casse croûte quand d’autres arrivent. :wink:

Fred


#16

Ah, les casse-croûtes qui libèrent la rivière à point nommé !
Les poissons ont souvent faim en même temps que les pêcheurs.


#17

Surtout l’hiver puisque c’est là que les températures montent.


#18

Complètement d’accord avec Orpailleur et Truitedu05: décaler son repas est souvent profitable car effectivement les salmonicoles (truites surtout…) semblent manger aux mêmes heures que les humains. Même en plein été, il est possible de toucher de beaux poissons vers 14H soit 12H heure solaire. Bresson le disait déjà avec justesse.


#19

Cela vaut aussi pour les autres repas. :wink:

Fred


#20

Tout à fait. Tous les repas.