Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Gobages

Interdiction de la peche a Paris et ailleurs


#61

Ouaip Alain discutons avec le diable, et surtout faisons ce que nous savons le mieux faire : nous diviser, nous opposer les uns avec les autres, nous affaiblir. => Brillant !

A+
J


#63

Bonsoir,

Rien trouvé sur le site de Podemos, ni ailleurs. Mon navigateur était paramétré pour l’occasion en castillan, comme le contenu de mes recherches …

Aussi, si tu avais quelques liens ce serait sympa.

Merci d’avance.

à +


#64

enlève moi d’un doute “appats vivants” = asticot, vers de terre, ablette, goujon,… ?


#65

le doute est levé, appats vivant = asticot,…


#66

pourquoi nous opposer ? si des pêcheurs ne peuvent pas sur des secteurs ou il n’on pas le droit de consommer le poisson s’empêcher de tuer les poissons pris et s’obliger à pêcher avec un hameçon sans ardillons c’est quand même un problème non? Que la fédé National ou les AAPPMA concernée n’on même pas eu l’idée de coupler ces interdiction de consommer avec un règlement NOKILL sans ardillon c’est quand même bien qu’il y a un problème non ? allors merci à ce Jacques Boultault et si la fédé national ou les AAPPMA de ce secteur ne prenne pas la perche qui leur est tendu juste pour montrer qu’ils en on une plus grosse, ne compte pas sur moi pour etre solidaire !


#67

+1 Alain. Les instances n’ont pas compris grand chose au nokill.

Fred


#68

#69

Bonsoir,

Merci. Entre temps j’avais trouvé entre autres ton lien.

Le texte devait être présenté en janvier et vu que PODEMOS ne fait guère plus de 20% des députés du Congrès …

En plus, la vision de PODEMOS n’est pas unique en son sein : https://pacma.es/el-psoe-y-podemos-apoyan-a-los-cazadores-y-no-a-los-animalistas-en-castilla-la-mancha/

La politique en Espagne, c’est très spécifique à l’Espagne, assez compliqué pour nous et plutôt spécial … Parfois au sein même de certains partis …

Quand on s’intéresse à la saga des espèces invasives (en fait les espèces introduites), au rôle de chacun, leurs motivations, leurs revirements et l’évolution de la question, c’est picaresque …

Pour revenir précisément au sujet, que dire de nos Verts vus par leurs confrères de Europe du Nord ? :smile:

à +


#70

Et ben, on est loin de ma proposition parisienne et il y a comme un “aire du temps” bien préoccupant.
Quel mépris pour le monde rural …


#71

Dans les Pyrénées, je serais pas contre l’interdiction de l’asticot et autres pêches au vairons… :joy::yum:

Mais bon cette proposition, n’est qu’un moyen de monter les pêcheurs les uns contre les autres, pour mieux gagner leur “guerre”…

Après perso, quand je regarde des reportages sur Seasons, sur la pêche du silure (ou autre carnassiers), je trouve bizarre que des pêcheurs prône le no-kill, mais attachent à leur hameçon comme appât un bon gros poissons vivant… Bref tu prône le no-kill, mais tu tue un poisson pour en attraper un autre que tu relâche… Là pour moi, y a un truc qui va pas !!


#72

Complètement d’accord, cette “solution” de sortie ne me pas parait pas judicieuse. D’une part, il s’agirait pour les partisans de l’abolition de la pêche d’un premier pas vers l’interdiction à long terme de tourtes les pratiques de pêche.
D’autre part, notre loisir est déjà “attaqué” ou affaibli par d’autres pressions (prélèvement, hydro-éléc), dont les partisans se servent de nos divergences pour étaler nos contradictions (pêcheurs de bassines Vs pêcheurs sportifs). On a pas besoin de se tirer des balles dans le pied, mais plutôt de se rassembler non ?


#73

Et comment ils vont faire les milliers de pecheurs au coup si on leur interdis l’asticot ? Mais bon dieu sortez de votre bulle moucho-moucheurs, l’objectif c’est juste d’opposer les pecheurs aux leurres contre les pecheurs aux appats et de semer la discorde dans nos rangs ! :grimacing:

L’énorme erreur que vous êtes nombreux a faire ici c’est de penser qu’il s’agit d’une poignée de débiles mentaux, c’est tout le contraire, ils sont tres bien organisé et ont une stratégie affutée par des décénnies de combat écolo en tout genre. Notre force c’est le nombre, il faut rester uni et se coordonner dans nos réponses !

A+
J


#74

-Diviser pour mieux régner.
-L’union fait la force.


#75

Oui mais ce n’est pas parce qu’on est nombreux qu’on a forcément raison ni gain de cause.

Fred


#76

Je pense qu’il faut prendre ces interdictions au sérieux car ce n’est pas seulement sur Paris, il s’agit d’un mouvement qui est national, européen voir mondial
https://www.end-of-fishing.org/fr/


#77

si tu sais encore lire avant de répondre, je n’ai bien parler que du nokill et éventuellement de la pêche au vif sur les secteurs avec interdiction de consommer le poisson ! dire oui à tout et laisser faire des conneries par corporatisme ne me parait pas être une solution d’avenir !
on croirai la fnsea qui dit au agriculteur bio qu’ils divisent !!!

je dit simplement que si on n’est pas capable de mettre en nokill sans ardillon les secteurs ou la consommation de poissons est interdite, on n’est pas crédible

laisser les pêcheurs tuer leur prise pour les laisser sécher sur la berge ou pour les donner au chats on est plus crédible et on s’expose encore plus aux attaque.
Soutenir ce modèle de la pêche juste pour rester uni ? c’est ton plan ? c’est ton espoir ?

il me semble que l’on pourrait rester uni sur le nokill sans ardillon dans les secteurs ou on a pas le droit de consommer le poisson !!! quel intérêt de nier cette évidence ?


#78

Le problème, c’est que le No-kill est perçu par ces mêmes personnes comme de la torture infligée aux animaux. A partir du moment ou tu leur donnes raison sur un point qui te parait particulier, tu ouvres la porte à tout le reste !


#79

Les solutions techniques existent pour remplacer les appâts animaux vivants. Pour les ablettes, le mystic marche très bien.

Sans parler du fromage pour les barbeaux, des graines pour les gardons (blé, chènevis, maïs…).

Se réfugier derrière de petits arguments techniques n’est pas réaliste et sera vite démonté.

Fred


#80

Juste en passant, et c’est déjà valable pour les anti-silures, l’abandon de cadavres au bord de l’eau est interdit (Article L228-5 du Code rural et de la pêche maritime; infraction punie de 3750 € d’amende).


#81

sinon, une excellente analyse de cette affaire et de la suite :
aappma-chidrac.fr/la-peche-de-loisirs-bientot-interdite-a-paris/