Site gobages .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. carte Nokill et réservoir .:. Vidéos

Peche mouche - Gobages.com

Légende halieutique et piscicole & co

Bonjour à Tous,

Je voulais aborder ici le thème des légendes plus ou moins fondées, sur la pêche et les poissons, que l’on a tous entendu ou cru et continu de divaguer au gré des AG, rencontre pêcheur,…

Pour ouvrir les hostilités je vous parle du brochet en 1er catégorie, y parait que sa présence en trop grand nombre peut-être l’une des causes du déclin des truites et ombres, car c’est bien connu le brochet mangent que des salmonidaé … De plus comme, le dise les anciens et moins vieux « il a pas le droit d’être en 1er caté, c’est pas ça place, c’est un nuisible… » :wink:

Y a t’il des données à ce sujet ?

Merci

@+

Dans quelques années la chaine alimentaire de 1 ère catégorie aura bien évoluée
Le brochet mange les truites. Mais plus tard, se sera le silure qui bouffera le brochet, à moins que tout ce petit monde soit bouffé avant par le pêcheur

3 J'aime

Pour quoi faire des données? le brochet était la bien avant que l’on réfléchissent à la gestion des salmonidés, on ne devrai pas avoir besoin de données pour comprendre ça…
Les données ne permettrons pas de persuader ceux qui estime que l’homme à vocation à essayer d’anéantir tous ce qui lui parait desservir ces intérêts, et même si tu as des données pour prouver que le conccurent ne dessert pas ses intérèts sur le long terme, ça reste plus que galère à faire rentrer dans le cerveaux de beaucoup…
De toutes façon, la seul façons d’empêcher les autres carnassiers d’investire les milieux 100% salmonicole est de luter contre le réchauffement de l’eau…

5 J'aime

pour le brochet,
ce n’est pas toujours une légende:
sur un affluent du Rhin ou est fait un suivi de la descente des smolts, il y avait une perte très importante de ces smolts en aval d’un barrage, après analyse les scientifiques se sont aperçu qu’un nombre important était capté par un brochet situé juste à la sortie du dispositif de dévalaison

Tout à fait d’accord avec toi et je suis sur que tu as toi aussi dans ton aappma certains, voir même beaucoup, qui sont restés bloqué sur cette idée. J’ai du mal à les convaincre, et cela se termine toujours par brochet pris, brochet fri ou laissé sur la berge.

Je pense qu’il a un rôle de régulateur de plus en plus important.

@+

1 J'aime

Tout comme le silure, le brochet est opportuniste. Le problème reste le barrage qui canalise le déplacement, sans barrage le trajet est bien moins dangereux pour les smolts, truite,… Et les barbeaux mais tout le monde s’en fou ceux là…

@+

2 J'aime

c’est pour cela que dans le cas particulier du barrage une régulation ciblé serait sans doute utile.
pour le silure je crois que le problème n’est pas uniquement lié a la vulnaribilté des migrateurs à proximité des barrages

J’ai pas compris le raisonnement. Des rivières a truites devenues des rivières a blancs et a brochet (et a silure tres bientôt) ne sont plus des rivières de première catégorie. Il faut donc les reclasser en seconde catégorie et la situation du brochet sera clarifiée très simplement. La tentation d’encore une fois rajouter de la réglementation et des restrictions était hélas bien trop forte… :pensive:

A+
J

Mon raisonnement, que j’ai certainement encore un fois mal expliqué c’est que le brochet est bien la ou il arrive à s’installer, je ne vois pas l’intérèt de le classer par endroit nuisible et à d’autre protègé .
De toute façon la capacité de l’homme à éliminer les « nuisibles » est à peut prés aussi importante que sa capacité à protéger les espèces sensibles…

5 J'aime

Là je t’ai compris. :slightly_smiling_face:
En fait sur la capacité a éliminer « les nuisibles » c’est surtout une question de volonté et de moyen, on est arrivé par le passé a en éliminer beaucoup justement…

A+
J

La seule façon d’éliminer les nuisibles, c’est d’arrêter les déversements :zipper_mouth_face:

2 J'aime

Je rejoins le point de vue d’alain, si il est là c’est qu’il a sa place et je penses pas qu’il plus d’impact que cela sur une population de truite ?
Certain le considère encore comme nuisible car ils le rendent responsable d’une baisse potentielle des truites dans une 1er caté. D’ou l’idée de nuisible encore très répandu dans l’espèce de certains pêcheurs.
Pour moi, l’histoire des 1er et 2de caté n’a pas trop de sens. Chacun trouve sa place, dans l’écosystème qui lui convient et en général ces poissons n’ont pas la même zone de vie.

John pourra surement nous le dire mais je ne pense pas qu’un surpopulation de brochet soit la cause d’une baisse conséquence de la population de truite ?

@+

les nuisibles à 2 pattes et une canne ? :rofl: :rofl:

@+

Mais en fait le brochet n’est pas sous nos latitudes une espèce élective des rivières a salmonidé dominant, donc en trouver dans des rivières a truite, c’est forcément la traduction de gros problèmes environnementaux. Donc dire « il a sa place » c’est subjectif, on devrait plutôt dire « l’homme lui a fait de la place », se serait plus judicieux.

A+
J

3 J'aime

Ce fonctionnement altéré des milieux aquatiques est surtout un formidable échec des politiques de l’eau en France. Présenté comme un modèle de gouvernance, notre système de comité de Bassin n’a pas su ne serait ce qu’atteindre des objectifs peu ambitieux qu’il s’était lui même fixé.

Systématiquement les dates d’atteinte des objectifs sont repoussées de derogation en derogation, dès que les objectifs sont impossibles à atteindre on en exempte le cours d’eau et quand on a échoué au bout de X derogation, on abaisse les objectifs.

Bref, c’est un échec sur toute la ligne. Nos milieux aquatiques se sont effondrés. Et le carnage continue faute de baisser la culotte devant le lobby agricole ou celui de l’hydro-electricité.

Fred

6 J'aime

Bonjour,

Je pense, au contraire, qu’il y a un réel besoin de données.

Même si elles ne servent pas à elles seules à convaincre, comme tu l’écris, il faut bien se baser sur des mesures qui permettent d’établir un constat, conduisant ensuite à une prise de décision.

J’imagine, par contre, que sur la base des mêmes données, l’ingénieur concepteur de centrales hydroélectriques et l’halieute de la fédération de pêche du coin ne seront peut-être pas d’accord sur les choses qu’il conviendrait de faire…

Ce qui est assez étonnant, c’est que ces deux types de personnes sont souvent tout autant passionnés par leurs jobs, les rivières et la pêche…

Salut,

L’ingénieur concepteur de centrales hydroélectriques a une approche utilitariste de la rivière, l’énergie hydraulique l’intéresse sans doute plus que les ressources vivantes des milieux aquatiques…

1 J'aime

Oui, bien sûr. Ce que je voulais dire c’est que, bien que travaillant sur des centrales hydroélectriques, ce sont souvent des personnes qui aiment la pêche, alors que l’impact de ces ouvrages sur le milieu est majeur.

J’ai longtemps pêché dans le Lévézou, pile au milieu de barrages hydroélectriques importants dans l’Aveyron. Et, au bord de l’eau, je rencontrais régulièrement des agents « EDF », employés à la surveillance du réseau assez complexe de lacs qui s’y trouvent… et c’était souvent des passionnés de pêche (surtout à la mouche). Alors que leur activité professionnelle pourrait laisser penser qu’ils s’en moquent, vu les dégâts qu’engendrent les centrales sur l’environnement.

Sans réel donnée, j’ai quand même la sensation que ces éliminations n’ont pas eu une efficacité strictement ciblée et on rendu le résultat douteux du point de vue globale de la sauvegarde des espèces …

1 J'aime

Belle image :+1: Notre espèce compte effectivement des nuisibles.

Par contre, je n’aime pas trop cette étiquette de « nuisible » pour certaines espèces animales.

Je préfère de loin celle de « dérangeant pour l’humain » :smirk: