Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Gobages

Defense du marais et des zones humides


#1

l échéance approche, la préfète après de pseudo négociations avec les associations et le lobby agricole, va bientot rendre sa copie, on peut craindre le pire…
nous allons dans les deux sevres, etre un test pour le national.si les bassines sont acceptées, c’est 200 nouvelles bassines dans le grand ouest.et vraisemblablement beaucoup plus au national.
mobilisation generale le 11novembre 14h.


#2

Oui, les chiffres des derniers inventaires sont impitoyables. On est entrain de finir le sale boulot de destruction des milieux aquatiques.

Libération: Les animaux d’eau douce disparaissent en silence.

Fred


#3

ce qui m’inquiete, c’est la passivité de la population,notamment des jeunes
pour la defense de l’environnement. il y a partout des noyaux durs, toujours les mêmes pour toutes les actions engagées pour sauver nos milieux….
mais des que nous essayons de recruter , c’est la chute libre….avec toujours les memes remarques: on est pas" au courant",le projet est déjà" plié",j’ai foot , peche,etc….
nous allons avoir la pêche que l’on merite.

il va falloir abandonner le titre de justicier devant un ecran,pour aller s’investir sur le terrain.


#4

Si vrai, dans le monde occidental, la population en général (et pas seulement les jeunes) est généralement très égoïste et égocentrique. Tout tourne autour de moi et de ce que je veux maintenant … peu d’attention ou de réflexion pour les générations futures et ce que nous laissons derrière nous. C’était rafraîchissant d’avoir vécu au Japon où les choses sont si différentes …


#5

Bonsoir,

Pas que, tout le monde est touché, mais ne le sait pas : dans mon département avec 1999 et cette année, on a en a vu l’impact !

Jusqu’au milieu du 19 ème siècle le fleuve Aude entre Carcassonne et son embouchure serpentait entre des étangs plus ou moins temporaires (une bonne demi-douzaine) avec lequel il était relié. Les plus grands étant ceux de Marseillette et Capestang (autour de 5 000 ha chacun). Il y avait du brochet servi dans les relais de diligence.

Drainés, asséchés, les communications avec le fleuve bouchés, avec juste des petits canaux sous contrôle pour amener et évacuer l’eau, ils ont été mis en culture. Le fleuve, lui même, a été “fixé” et est donc descendu de plusieurs mètres au point que, souvent, il est plus bas que la nappe (phénomène des rives qui “suent” en été). La “Narbonnaise”, grenier à blé réputé pour la qualité de ses blés est devenu une terre juste bonne aux vignes. Ceux qui, avec la crise viticole de la décennie 2000, avaient arraché leurs vignes pour faire des céréales ont vite arrêté Et le brochet a bien sûr disparu et ne se maintien que par alevinage !

On y attend l’arrivée de l’eau du Rhône …

Pour protéger la ville la plus touchée par les inondations de 1999 (5 ou 6 morts), il a été prévu de rendre à l’Etang de Foncouverte sa fonction initiale périodique ; projet pris en compte pour la délivrance de documents d’urbanisme depuis au moins 10 ans. Mais, entre budgets, agriculteurs pas chauds de voir leurs terres inondés de temps en temps, complexité administrative typiquement française, rien n’avance ….

La ville la plus touchée par les récentes inondations (6 morts) a, à sa sortie aval sur l’Aude, le barrage d’une micro-centrale d’une hauteur de 4m qui doit probablement remonter le niveau de l’eau, aussi en cas de crues ( ? ) … De même que le village suivant en aval (1 mort) … Visiblement ça ne tracasse personne …

Pour l’affluent Orbiel qui a eu sa crue du siècle ou plus (500 m3/s pour un débit moyen de moins de 2 m3/s), son rapport débit/précipitations est très très important (hydraulicité ?). Sa pente moyenne 17 m /km n’explique certainement pas tout … C’est lui qui a fait pencher la balance dans le mauvais sens sur son cours aval et sur l’Aude en aval de son confluent.

Mais nous sommes un pays qui n’a pas la culture de l’eau et, quand il l’avait un peu, l’a en général perdu. Il suffit de voir le nombre d’habitats construits dans le lit majeur des cours d’eau et qui ceux qui essayent encore de se construire …. Inutile bien sûr de prévenir ces candidats à la construction, toujours plus forts que les autres, sauf à passer pour un idiot perturbateur …

Je suppose que c’est partout pareil …

à +


#6

C’est vrai que notre monde est dingue. On défonce tout au nom du progrès, de l’économie, de la fainéantise, et personne ne bouge un orteil. Où sont-ils passés, les insectes (https://www.huffingtonpost.fr/2017/10/19/les-chiffres-alarmants-de-cette-etude-sur-la-disparition-des-insectes-volants_a_23248522/) ? Où sont-ils passés, les oiseaux (https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/20/les-oiseaux-disparaissent-des-campagnes-francaises-a-une-vitesse-vertigineuse_5273420_1652692.html) ? Et les poissons ? Les amphibiens ? Les hérissons ?
J’ai eu 18 ans le mois dernier, et quand je vois le monde qui se prépare, je ne peux que frémir. Un monde sans gazouillis de chardonnerets, sans bourdonnements de libellules, sans marsouinages de nos belles mouchetées…
Que nous soyons assez cons pour nous bousiller nous-mêmes (et c’est un fait : des scientifiques prévoient la disparition de l’humanité pour la fin de notre siècle, ce qui, au vu des catastrophes qui vont nous tomber sur la gueule - et qui commencent déjà -, ne paraît pas si zinzin), soit. Mais nous n’avons pas le droit de prendre en otage les 8 millions d’espèces que notre Terre abrite à nos côtés. Car nous ne sommes pas des dieux.


#7

Re,

Je pense que l’économie et le progrès y perdront aussi à plus ou moins court terme !

D’ailleurs, c’est déjà le cas dans mon département …

à +


#8

Ça, c’est certain ! Chez moi aussi…


#9

L’explication consistant a dire que le peuple est débile et s’en fout de tout a quand même ses limites. Je pense que la mouvance écolo au sens le plus large (big ONG, parti politique, asso locale etc…) devrait aussi s’interroger sur sa part de responsabilité la dedans. Ces mouvements sont minés de contradictions et tellement imprégné d’une idéologie de gauche radicale que par nature ils sont incapables de fédérer et de rassembler. A quoi sont venu s’ajouter un tas de gourous et de charlatans en tout genre qui ont bien compris comment surfer sur la vague.
=> On ne réussira en matière de combat environnemental qu’en dépassant les clivages idéologiques et au contraire en mettant au centre de toutes réflexions des constats scientifiques quantifiables. On en est encore tres tres loin…

A+
J


#10

Quel que soit son bord politique, les chiffres sont les chiffres. Et quand on voit ça, on se dit qu’on n’a pas le cul sorti des ronces.

Les Échos: En France, l’usage de pesticides est reparti à la hausse en 2017.

Fred


#11

Et oui, et quand on voit passer les analyses de flotte, au droit des stations de prélèvement EPm,ême après filière de traitement dernier cri, ça craint. On trouve plein de nouvelles molécules, puisqu’on les cherche, et de métabolites issus de la dégradation de ces dernières…de jolis cocktails. Les autorités sanitaires se voilent encore la face sur certains secteurs, ça fait vraiment flipper :fearful:


#12

l’homme est fou
il adore un dieu invisible et
détruit une nature visible.
inconscient que la nature qu’il détruit
est le dieu qu’il vénere.
Hubert Reeves.


#13

je suis complètement d’accord. l’homme est une espèce toxique. il est juste souhaitable qu’elle disparaisse avant d’avoir tout anéanti…


#14

On commence par qui? :roll_eyes: