Identification poisson

Bonjour
Je pense a un tacon bien sur ,mais les dimensions( presque 25cm) et les coloris me surprennent.
Qu en pensez vous?
Jean luc

3 Likes

Quand on regarde ici les caractéristiques, on dirait un tacon: Comment différencier une truite d’un tacon ? | Vallée de la Dordogne Tourisme - Rocamadour, Padirac, Autoire, Loubressac, Carennac, Collonges-la-Rouge

Un beau MIGADO.

Ces tacons d’élevage sont connu pour avoir une proportion qui ne smoltifie pas, ou très tardivement, et qui reste en eau douce.

A+
J

5 Likes

Il y a encore des lâchés de tacon dans la Dordogne ?

Bein oui… Des emplois en dépendent… :wink:

oh le beau tacon :slight_smile: ça faisait un bout que je n’en avais pas vu un si beau :open_mouth:

Sa coloration est remarquable en effet. On voit bien les digitations dites juvéniles bleutées sur les flancs du poisson.

Cela donne une striation qui donne beaucoup de contraste Ă  cette proie potentielle pour un carnassier.

Ce n’est pas pour rien que les plumes grizzly sont très prisées des monteurs de streamer.

Fred

1 Like

Ailleurs également: sur la Neste, par exemple, ils sont difficiles à éviter sur certains secteurs. De l’argent bien employé, preuve de gestion éclairée, alors qu’il est certain qu’ils n’atteindront jamais l’océan, et quand bien même un seul le ferait, jamais il ne reviendra à Montoussé!.

1 Like

Le cycle du saumon est très long. Il s’étale sur plusieurs années et concerne de nombreux milieux dont chacun doit être fonctionnel.

Le taux de retour est minime certes mais sur des dizaines de milliers d’oeufs, il suffit que seulement deux arrivent à fournir deux adultes de sexe opposé de retour pour que cela fonctionne.

Après il faut mesurer tous les bénéfices du classement à cours d’eau à grand migrateur. Ces petits saumons détestés par certains permettent de financer des passes à poisson dont bénéficient aussi les autres espèces dont les truites, de protéger les milieux aquatiques en tant qu’espèce parapluie et d’éviter la construction de nouveaux barrages sur les cours d’eau concernés.

C’est déjà énorme. Et accessoirement, ils constituent un met de choix pour les grosses truites.

Fred

4 Likes

tout ce binz pour servir de poisson-fourrage :upside_down_face:

Quand on voit la « protection » dont bénéficie la Neste depuis des années (pour ne parler que cette rivière très en souffrance) et ce qu’elle est devenue, on peut douter de la pertinence des arguments avancés par les fédés et que vous rappelez ici.
Bien sûr, il n’est pas question de détester ces pauvres bêtes qui ne sont pour rien dans le fait d’être là où elles n’ont rien à faire. C’est aux « gestionnaires », -ou apprentis sorciers?- de s’interroger.

Le saumon n’est absolument pour rien dans la dégradation de l’état de la Neste. Et ça serait peut être pire sans sa présence.

MiGaDo est une instance cogérée par les fédérations de pêche dont la fédération des Hautes Pyrénées. Libre à vous de faire entendre votre point de vue en prenant des responsabilités dans ces structures associatives.

Il faudra un jour tirer les conclusions de cette tentative de réintroduction de l’espèce dans les cours d’eau où elle était présente originellement.

Fred

2 Likes

A l’heure actuelle sur la Dordogne il faut relâcher entre 5000 et 10 000 tacons pour avoir 1 saumon comptabilisé a Tuilière quelques années plus tard. Ce ratio est, de plus, en baisse constante. « L’effet levier » que décris @fly.only existe, c’est incontestable. Mais jusqu’à quand ?

A+
J

Bien sûr que le saumon n’est pas responsable de l’état lamentable de la Neste. Je dis simplement que les arguments présentés pour justifier l’introduction des tacons à grands frais (le classement en cours d’eau migrateurs) ne tiennent pas: le saumon n’a pas sauvé la Neste et ne la sauvera pas.
Les responsables, on les connait; la plaquette de la FDP65 est Ă©difiante, parmi les partenaires, on retrouve EDF et la SHEM!
Quant à prendre des responsabilités, il faut en démocratie être majoritaire, les minorités ont juste droit à l’indifférence.

Jusqu’à jamais @John78 , on est bien d’accord. Si le plan saumon avait dû marcher, depuis 1975 date de son lancement, on aurait d’autres résultats que ceux qu’on observe.

Cette année est catastrophique en terme de remontées, toutes espèces confondues.

Cela ne concerne pas que le saumon. Il y a un problème global de milieu. Il faudra être lucide au moment de l’évaluation des résultats. Mais ça aussi, si on avait dû l’être depuis 1975, on ne serait pas là au commenter la photo d’un tacon.

Fred

2 Likes

Certes mais un moment on est rattrapé par le principe de réalité. Quand il y aura a Tuillière 0 alose, 0 lamproie et 0 saumon -on en est très proche cette année- se posera la question de l’existence de structure comme MIGADO. C’est l’histoire du ministère des anciens combattants quand il y a plus aucun ancien combattant en vie…

A+
J

2 Likes

Pour les migrateurs, le souci c’est que nous ne maitrisons pas assez ce qui se passe en mer ! Les milieux marins sont probablement bien plus impactés de nos jours que les milieux terrestres.
Nous ne maitrisons pas suffisamment la pêche industrielle et les dégât qu’elle peut causer à la fois sur les adultes mais aussi sur les juvéniles !
Pour les aloses par exemple, la pêche côtière au filet est sans aucun doute très préjudiciable que ce soit pour les adultes mais aussi sur les alosons qui ne sont pas distingué d’autre petit poisson et qui pour la plupart finisse en farine !

Pour les Tacons, il y a tout de même une bonne réussite de développement sur la Neste et Garonne amont (aflt compris) puisque au piégeage 2020 à Pointis et Camon plus de 27000 smolt on été pris.

Pour l’état des Neste, le très mauvais état. Oui les producteurs d’électricité n’y sont pas pour rien mais les élus et les collectivité ainsi que le préfet y sont pour bien plus ! Après les grandes crues si on avait laissé un peu tranquille ces pauvres Neste plutôt que d’y envoyer des armée de buldozer et de pelles, on aurait peut être conserver un peu d’habitat !

Heureusement que la SHEM et EDF sont des partenaires des Fédé. c’est aussi un moyen de sensibiliser ces grosses structures et d’essayer dans le temps d’améliorer les pratiques pour aller de l’avant. Dans de nombreux département les partenariats fédé et hydroélectricité ont permis de modifier les régimes d’éclusées (les atténuer), augmenter les débits réservé de certain tronçon, travailler sur les continuités.
Ce n’est pas parfait mais je ne pense pas qu’il faille taper à bouler rouge ni sur les fédé et ni sur Migado. Ils font se qu’ils peuvent avec les moyens qu’ils ont et il est difficile de corriger un siècle et demi de mauvaise gestion et mauvais aménagement de 3 décennie.
Par contre, quand on voit encore des département, mairie, collectivité, syndicat, dézinguer des berges voir des cours d’eau pour soit la sécurité d’une route, soit pour des soit disant risque de crue et autres … Là y a du travail ! sur les travaux en cours d’eau, la gestion ou aménagement de berges, on a 30 ans de retard dans les Pyrénées !
a+

2 Likes

J’admire votre optimisme. Il en faut des tonnes pour imaginer que ces entreprises (on peut ajouter la CACG) sont sensibles à la sauvegarde de nos cours d’eau et de leurs occupants. Ils ne sont sensibles qu’aux profits engrangés, passés, présents et à venir.
Et je suis bien d’accord avec vous, ce n’est rendu possible que par des décisions administratives produites par des volontés politiques.

1 Like

Mieux vaut travailler avec eux plutôt que contre eux … dire qu ils sont responsables de tous les maux des rivières ne fait pas avancer les choses …

Impossible de travailler avec eux, ils nous ignorent malgré les beaux discours et les « partenariats », et de plus avec la bénédiction des pouvoirs publics. Donc il faut dénoncer et montrer que nous ne sommes pas dupes.
Qui peut penser que les rivières, les poissons, les invertébrés et autres espèces dépendantes d’une eau aussi pure que possible, et accessoirement les pêcheurs, ont un poids quelconque face à des structures dont le seul objectif est le profit rapide à tout prix par tous les moyens, même les plus dégueulasses?

1 Like