Le rempoissonnement ? Et si on cherchait le véritable impact

http://www.fishfinder.ch/deutsch/news/2012/fauna%20vs/article_peche_info_20.pdf?fbclid=IwAR3aBb1cmJDAH-p7wLkpGWVxPjhju3HCgtP6HGTt4Xva3G_GFxN07_aJa5g

@+

4 Likes

Si dans les cours d’eau les poissons déversés faisaient souche et avaient une descendance, cela se saurait, et toutes les études sont unanimes : non seulement cela ne sert à rien, mais de plus il y a concurrence alimentaire avec les poissons « natifs », sans parler des dérives génétiques lors des croisements, et des maladies introduites. Un poisson sauvage, c’est un poisson né dans la rivière de parents nés dans la rivière. Arrêtons la « pensée magique » (« n’y en a pus, faut n’y en remet’ »). Ras le bol des « maisons closes de la pêche » !

5 Likes

Bonjour,
Je partage globalement parfaitement ton message:
Mais quid des exemples Carpes/Silures/un exemple d’AEC-Bouillouse/(+Autres…) ?
Il y a donc plein d’exemples, ainsi que d’autres qui n’ont pas fonctionné,( j’allais dire"tant mieux" mais pas forcément sans conséquences)
Attention, je ne défends aucunement la chose, bien au contraire.

Ah les maisons closes de la pêche… L’Autriche, la Slovénie par exemple, tant de Pays où les gens vont pêcher, y font des films, des photos pour des articles…

Puis ils reviennent en France et crachent sur les empoissonnements.

Il vaut mieux en rire.

Fred

3 Likes

Personnellement je n’y ai jamais pêché, et c’est bien pour cette raison .

Bonjour,

Est-ce que tu sais à quoi ça tient que les AEC se reproduisent naturellement aux Bouillouses, mais quasiment nulle part ailleurs en France, alors que les empoissonnements ont été (et sont toujours) très largement répandus avec ce même type de poissons ? (qualité particulière de l’eau… spécificité du régime des températures…???)

oui je sais à priori, mais je ne vois pas ce que çà change

C’est juste que ça m’intéresserait de le savoir…

Soit un loupé… soit une intro’ volontaire(en AEC non stériles)… et des conditions qui leur ont plu

Tu as raison josselin, voilà les 2 mamelles de la pêche de demain, des bassines dans des no kill, on en à rien à cirer du milieu !
Il faut juste trouver la bonne épingle à linge pour ne pas être incommodé par les odeurs,de lisier ou de step.

Je te comprends.
Mais P.S.
Une step moderne et qui fonctionne bien ne sent rien.

Voilà ce que je retrouve dans deux ruisseaux différents cette année!!!
Lâcher, échapper de lacs???
Seule remontée possible naturelle la Dordogne.
Ça doit en prélever des truitelles en une année.
image

1 Like
1 Like

Le rempoissonnement pas besoins ou sauf dans les rivières dévasté par les crues comme dans le sud est. Le seul besoin c’est d’avoir des pêcheurs responsables et des parcours No-kill dans les têtes de bassin. Il n’y a pas plus dangereux que l’introductions d’espèces prédatrices ou qui peuvent nuire aux espèces locale comme l’hybridation.

Justement l’étude montre que si même l’alevinage dans une rivière avec une bonne population déjà en place est inefficace il est aussi inoffensif. C’est justement sur les rivières dévastées où il faut faire attention à la souche réintroduite car là il n’y a plus de concurrence de la souche originelle. C’est comme cela qu’on se retrouve avec des populations de souche atlantique sur le BV méditerranéen. Je connais une rivière comme cela en Haute-Saône.

1 Like

Oui c’est des études qui doivent être effectué avant un repeuplement pour éviter l’hybridation. C est le triste résultat que je vois en corse avec la souche macrostigma.

Plus je lis plus je conclu à la plus grande prudence sur les lâchers de truites et leur impact sur la vie piscicole et autres.

Outre les maladies, je penses que l’on a pas étudier suffisant les risques liés à l’introgession.

De plus, pour moi cela dénote du même état d’esprit qui est d’adapter la nature aux envies des pêcheurs, bref on façonne la nature à ses besoins, alors que l’on devrait faire l’inverse. Les ressorts économiques sont encore à la manoeuvre au détriment d’une gestion durable. L’article suisse illustre bien cette dichotomie.

@+

1 Like

La conclusion est page 85