Moulinet Danielsson Original Dry Fly ou F3W 4seven ? Mouche noyée ... avec ou sans frein ?

J’ai acquis il y a quelques mois un Danielsson Original Nymph W et je suis pour le moment très satisfait de ce moulinet . Au passage je souligne le bon contact avec Danielsson et le respect des délais de livraisons annoncés.

Je projette maintenant l’achat d’un modèle de taille au dessus que j’utiliserais avec une 10 pieds # 4-5 et j’hésite entre le Dry Fly et le F3W 4seven.

La différence essentielle est la présence d’un frein sur le F3.
Il y a aussi une légère différence de poids (je ne pense pas qu’un écart de 18 g soit vraiment significatif) et aussi un écart de prix (si on ajoute 1 ou 2 bobines supplémentaires la différence commence à être conséquente).

J’ai un faible pour l’esthétique et la simplicité de la série Original. Mais avec ce nouveau moulinet je devrais être plus souvent amené à rencontrer des beaux poissons susceptibles de prendre un peu de soie, donc je me pose la question du frein.
Mais surtout, avec ce moulinet je pêcherais souvent en noyée, technique où le frein a son importance au moment de la touche. Je pense que le système anti emballement du Dry Fly qui se règle assez finement devrait faire le boulot, mais je m’interroge. Le frein du F3W 4seven peut il apporter un plus ?

Si quelques spécialistes de la noyée passent par là … quel est votre avis, expérience en la matière ?

Enfin, quelque soit la marque du moulinet, même si en France on ne croise pas souvent des poissons capables de sortir de la soie, vous êtes plutôt frein ou paume de la main sur la bobine ?

Merci

Je possède le LW4seven (Danielsson) et le dry fly (Loop). Pour la noyée en rivière frein ou pas frein ça ne change pas grand chose , par contre en réservoir sur des grosses arcs je préfère avec frein

2 Likes

Super, merci pour ton retour.
Donc selon ton expérience, en noyée le système anti emballement du Dry Fly encaisse bien les touches les plus violentes ?

Le moulin ne sert pas pour encaisser les touches sauf si ta canne est dans l’alignement de ta soie, sert toi plutôt du ressort de ta canne et utilise du 20% pour évité la casse a la touche et pour avoir moins d’emmêlage dans ton bas de ligne.

pour prendre des poissons (pas des salmonidés) de tailles consequentes en riviere, sincerement, un frein reste peu utile.

Par contre en reservoir, quand une arc de belle taille à le champ libre devant elle, la, oui, je trouve que le frein a une grande utilité.

3 Likes

Je pêche aussi en noyée avec mon Dry Fly en rivière. Canne basse, touche ressentie au moulinet. Pas de problème de mon côté. Le frein oui sûrement plus utile face aux grosses arcs, j’en sais rien, je pratique pas.

A+

1 Like

Merci à tous pour vos réponses.

Effectivement pour éviter une touche directe sur le moulinet on peut plutôt solliciter le ressort de la canne ou l’inertie de la soie légèrement détendue, mais dans certaines configurations de courant, ou en cas de légère déconcentration (la touche inattendue après plusieurs heures de pêche), ou encore compte tenu des “châtaignes” que nous mettent dans la soie certains ombres et truites, le moulinet est assez souvent sollicité à la touche.

Manifestement le système d’anti emballement du Dry Fly fait le boulot. Je m’en doutais mais avant de faire mon choix c’est mieux d’avoir des retours d’expériences concrètes, merci le forum !

Bonjour,

J’ai des Dry Fly et des FW 4seven (ancien modèle - loop) depuis des années.
Le frein n’est effectivement pas ce qui pour moi fait la différence entre ces moulinets.
La principale différence vient du principe de rotation.
Les FW tournent “classiquement” autour d’un axe et des roulement à bille, le DryFly lui utilise une bande de roulement et des galets exposés aux “grains de sable”.
Cette exposition peut générer une usure de la bande de roulement assez rapide en milieu hostile (plus rapide d’ailleurs sur les dernières versions que sur les versions d’origine ???). Je parle d’un usage intensif sur plusieurs années.
Ceci étant c’est des très bon moulinets avec un avantage prix pour le DryFly et sans doute durabilité pour le FW.

Cordialement
Fred

2 Likes

Salut et merci pour ton retour.
Je n’ai pas encore acheté le moulin, je n’en ai finalement pas besoin aussi vite que je pensais, mais mon choix est fait, ça sera un DryFly, sauf si je change d’avis d’ici là …
C’est vrai qu’avec les Danielsson Original il faut de temps en temps vérifier qu’il n’y a pas de petits graviers ou autres sur les galets et à l’intérieur de la bobine. L’opération est simple et rapide à réaliser et jusqu’à maintenant aucun problème avec mon NymphW, mais je fais attention de ne pas le poser dans le sable …

1 Like

C’est bien le seul défaut que je trouve a ce moulinet. Ne pas oublier de le desserrer en fin de pêche.
Par contre j’ai aussi un ancien LW 4 seven qui correspond au F3W 4seven et là pas de merdouille qui passent dans les mollettes mais environ 70€ et 18grammes de plus ainsi qu’un vrai frein performant.

2 Likes

J’ai les deux aussi, l’ancienne version du FW2 4 seven, c’est mon meilleur moulin, pas d’entretien, toujours régulier, frein vraiment étanche, beaucoup plus fiable à mon avis que le DF (qui par contre est superbe).
Choix difficile mais comme cela est dit plus haut si tu fais un voyage de pêche dans un pays où tu tomberas sur des mémères tu ne regretteras pas ton choix… Sans compter le réservoir! Pour 70 euros de plus tu t’ouvres des horizons, mais c’est mon humble avis :slight_smile:

1 Like

Salut et merci pour ton retour.
Vous avez donc décidé de me faire changer d’avis … :stuck_out_tongue_winking_eye:
Mais tu as raison, si je fréquentais les réservoirs (ce n’est pas le cas) et si j’avais de réels projets de voyages pêche à l’étranger (ce n’est pas le cas non plus), il est évident que F3W s’imposerait. Mais peut être que dans le futur …
Bref, comme je n’en ai finalement pas besoin rapidement je vais encore réfléchir, mais le DryFly est toujours en tête de la course !

Salut,

Pour te donner mon avis sur la noyée que je pratique à 80% du temps et fréquentant la même rivière que toi apparemment.

Pour la noyée, j’ai commencé par un Vivarelli mais abandonné surtout pour son frein.
Je suis équipé d’un GALVAN dont le frein est des plus progressif que j’ai testé et je ne changerais pour rien au monde.
Pourquoi le choix d’un bon frein en noyée ?

  1. Je règle mon frein aux petits oignons pour que le ferrage naturel se fasse lors de la touche. Le poisson se ferre tout seul sur le frein et non sur la canne avec la soie bloquée par un doigt.
  2. Grosse sécurité sur les poissons combatifs dans la puissance de cette rivière par endroit.

J’ai le souvenir très cuisant de ce qui aurait pu être mon record, évaluée à 60 cm à 50 cm de mes pieds, m’avoir mis la misère sur deux démarrages et malheureusement c’est mon nœud qui à glisser et donc mon record s’est envolé. :worried:

Je fus très intéressé à un moment donné par le Dry Fly et j’ai failli franchir le pas.
Un ami en avait un à vendre et après discussion, il ne me l’a pas conseillé justement pour la Dordogne alors que lui même fait de beaux poissons de 45 à 50 mais sur une autre rivière.

Voilà pour mon avis. A toi de faire de ton choix. :slight_smile:

1 Like

Merci pour ce très intéressant retour d’expérience.

Effectivement sur la Dordogne un frein peut rendre de réels services et comme toi en noyée je me fais souvent sérieusement secoué le moulinet (et pas uniquement par des gros poissons).
Mais le système anti emballement de la série Original se règle finement donc ça devrait aussi faire le boulot à la touche.
Reste le combat, au cours duquel nombreux sont ceux qui utilisent la paume de la main, qu’ils aient un frein ou pas, certains déconseillant même de toucher au frein pendant le combat, or s’il est réglé doux pour la touche …

Bref, chacun a ses habitudes, ses préférences …
Merci beaucoup pour ton avis qui va alimenter ma réflexion.

Qui peut le plus peut le moins, le bon sens devrait donc me faire choisir le F3W pour son frein, mais la différence de prix (surtout si on ajoute 2 ou 3 bobines) avec le Dry Fly n’est pas négligeable.

En tous cas, merci à tous pour votre partage d’expériences :grinning: