Noyée en montagne

Bonjour à tous

Je m’intéresse de plus en plus à la noyée et des vidéos que j’ai vues sur le net, j’ai observé que la plupart du temps, il s’agit de rivières granitiques ou rivières au fond sombre et chargé. Dordogne, allier, glomma et autres pays scandinave idem Ecosse pays de galles et US.

Ma question est : est ce que cette technique peut fonctionner aussi sur des rivières à profil calcaire ou rivières de montagne ?

Bonjour,
Cela marche mais moins bien, dans les eaux très claires des rivières calcaires les poissons détectent plus facilement la supercherie et sont moins en clin à se déplacer pour venir chercher les noyées, il faut pêcher plus fin en général. En rivière de montagne c’est plus simple. Une technique qui marche bien c’est la noyée amont, tu lances en amont et ramène les mouches juste un peu plus vite que le courant pour garder la tension. Bas de ligne plongeant ou soie intermédiaire facilite les mouches à descendre dans la colonne d’eau.
Bons essais!

1 Like

Bonjour,
cela marche en montagne.
sur la Clarée c’est sûr,
sur la Durance et la Gyronde je n’ai pas eu de bons résultats
pas de résultats aussi en début de saison sur ces rivières.
Noyée classique avale, j’utilise une (très vieille) soie flottante et un bas de ligne plongeant (Guy Plas).
je ne sais pêcher que la zone courante.
sur l’Huisne (rivière calcaire?) j’avais eu des résultats.
Cela qq annéem

Bonjour,
Super ce sujet ! Je me posais la même question pour une rivière petite/moyenne (5m de large en général) assez encaissée avec alternance de courants de de plats. Les veines d’eau sont bien marquées et étroites. J’aimerais bien trouver une méthode de prospection aval (en amont je vois bien de quoi parle Yannick).
Est-ce que j’ai une chance d’arriver à pêcher en aval en petite rivière en noyée ? J’ai déjà essayé mais le temps que la mouche traverse la veine d’eau dure à peine quelques secondes et mes microdérives ne sont pas très productives. En plus j’ai tendance à faire déjà fuir tout le monde avant même de commencer parce que je n’arrive pas trop à pêcher loin. Est-ce que j’aurais meilleure façon de conduire la ligne pour pêcher un peu plus en distance et allonger un peu les dérives, ou il faut que je trouve une autre technique ?
Merci,
marc

Je vais essayer en noyée amont voir ce que ça donne. Merci Yannick !

1 Like

Hello Winston

En clarée l’eau y est cristalline je suis content de lire que tu as fait du poisson. Tu étais plutôt canne 1 main ? Plutôt 2 ou 3 Noyée ?

une main, 3 noyées (bibi/phryganymphe GP en pointe); canne 10’ soie 4 mais avec une vielle iwf5 orvis.
bas de ligne maxima je crois que je dois être en 17% en pointe
le parcours habituel rien de secret basse clarée le long du camping et bengalow au dessus de la Vachette
je dois pas être le seul à y pêcher! pêche aval en descendant.
la noyée peut être intéressante pour explorer du terrain en l’absence de gobage mais en montagne j’ai pris aussi des truites qui gobaient
sinon je trouve que les ombres réagissent souvent mieux que les truites (mais dans le 05 y en a pas à ma connaissance).

1 Like

Merci Winston
Je vais faire quelques lancers je pense la saison prochaine. En seconde catégorie y’a aussi de beaux spots à noyée !

Aucun problème sur des rivières moyenne pour la noyé aval.
Je dirait qu’il faut un minimum de 6/7 me de large pour pouvoir arrivé à faire une dérive.

Si tu as mal de courant, une noyé avec bille tungstène en pointe et hop sa coule rapidement.
Quelques ancien pèche comme ça.

Daniel

Bonjour,
Je vois bien le type de rivière. Effectivement la noyée traditionnelle aval n’y est pas aisée.
Si vous voulez pêcher aval vous pouvez pêcher aval (travers aval) en sèche ? Vous n’avez pas de résultats en sèche sur cette rivière ?
Cordialement

Bonjour,
Je comprends que vous voulez pratiquez la noyée type « noyée traditionnelle aval ».
Sur certaines rivières calcaires avec des « bonnes veines » elle peut s’avérer payante. Ou à certain moment comme lors de certaines éclosion de tricopteres. Mais je rejoins globalement les remarques de « Yannick », ça n’est pas la technique la plus productive et il faut la pratiquer plus « finement » sur ce type de rivière.
Pour les rivières de montagne elle peut se pratiquer des lors que vous arrivez à faire de bonnes dérives. Ce qui implique une certaine taille et configuration. Certaines rivières au eaux claires des Alpes s’y prêtent bien. Elles ont beau être claire, il y a du courant. Plus il y a de courant moins le poisson a le temps de réfléchir…
Cette pêche est un bon moyen de prospecter en l’absence d’activité de surface. Ce qui de mon constat est relativement rare puisque je repasse assez vite en sèche à chaque fois que je démarre en noyée (aux saisons auquel j’ai pratiqué en tout cas).
J’utilise une nymphe non plombée (lestage cuivre) ou une noyée assez lourde en pointe, une noyée classique type phrygane en intermédiaire et une sèche en sauteuse. Faut juste pas mettre une enclume en pointe car tu pourras plus lancer et alors tu vas passer en mode pêche au toc fil tendu. Par contre je démarre plutôt en 16 et fini en 13’8 à la pointe. Je n’ai pas eu de gros problèmes de casses jusqu’à présent mais il ne faut pas rater ses nœuds de connexion entre les différents étages de noyés.
Pour la pêche l’important effectivement est que la mouche de pointe dérive proprement au fond aux bons endroits et la mouche intermédiaire juste au dessus. Tout est dans l’identification des bonnes veines et la derive.
Après la noyée amont ça marche très bien aussi c’est sur. La difficulté réside dans la capacité à lancer une noyée qui s’immerge et pêche rapidement. Donc effectivement avoir un bdl qui s’immerge avec une noyée qui coule bien (pas une enclume que vous ne pourrez pas lancer). Également la visualisation de la touche qui peut passer inaperçu si vous n’avez pas assez le contact (

2 Likes

Désolé fausse manipulation je n’avais pas fini.
En noyée amont j’utilise max 2 mouches.
Après pour être honnête mon expérience reste relativement faible dans la pratique de la noyée comparativement à ma pratique en sèche et NAV. Il existe des livres ou sites bien détaillé sur le sujet écrits par des gens expérimentés.
Mais oui cette pratique fonctionne partout où il ya des truites du moment qu’elle est pratiqué comme il faut dans la bonne veille au bon moment (ce qui est toute la difficulté bien sûr mais ça serait pas marrant sinon).
Cordialement

2 Likes

Efficace sur les yeux légèrement tendues, après un coup d’eau, un orage lorsque est encore légèrement mâchée ( expérience sur la Clarée en dessous de Névache) qui se teinte très vite.

2 Likes

Merci pour les réponses ! C’est un no kill, donc passé un stade dans la saison, la sèche devient compliquée, en particulier vers l’aval… J’essaierai de m’acharner en noyée pour voir si je m’en sors mieux la prochaine fois.

Je souscris à cette remarque. Un bon coup d’eau (pas déluge) qui teinte et charge un peu l’eau et les poissons sont bien actifs dans les veines et le dans les postes. En noyée surtout mais aussi en sèche. Idéal pour une pratique en noyée avec sauteuse.

1 Like

OK je comprends.
Je partirais plutôt sur un perfectionnement de la sèche amont.
Même si votre question de base parle de pêche aval.
Après je ne connais pas la rivière donc je peux me tromper. Néanmoins mon expérience m’a montré qu’il y a toujours quelques poissons à faire en sèche, mais cela peut être difficile. C’est en forgeant qu’on devient forgerons :wink:.
Votre question initial ne parlait pas de pêche en nymphe donc je n’ai pas abordé le sujet.

En torrents, ruisseaux ou petites rivières, voici une technique un peu particulière.
Noyée aval à 1 seule mouche non plombée.
Matériel: soie WF5 ou 6, canne 10" soie 4 (la canne est un peu surchargée mais on pêche à courte distance), bas de ligne tressé ou poly fast sinking de 90 à 110 cm permettant à la mouche d’être rapidement en bonne profondeur, pointe 1m en 16/100, mouche H10 ou 12.
Ainsi on pêche rapidement, précis, sans emmêlage puisque pas de potences, sans qu’une bille frappe le scion, canne relativement longue (sous la canne possible si postes encombrés…), changement de bas de ligne rapide permettant de passer en sèche si nécessaire. :wink:
Perso je pratique avec polyleader fast sinking 90cm.
Merci pour ce très intéressant sujet

3 Likes

Merci pour l’idée, ça paraît assez adapté à ma situation !
Je pratique déjà pas mal en sèche et en nymphe amont, j’aimerais bien me diversifier un peu et trouver une pratique efficace en travaillant vers l’aval :wink:

Bonjour,

Là comme ailleurs, aller du général au particulier (et non l’inverse comme dans notre société de l’immédiateté) pour acquérir le socle des fondamentaux, s’impose.

Pour ce faire la lecture et les relectures multiples de l’ouvrage de Jean-Louis Pelletier « Pêche moderne de la truite de rivière à la mouche noyée » est indispensable.
Tout y est, y compris la noyée amont.
Un bon investissement qui garde sa valeur à des prix raisonnables sur Gobages.

Perso, je fais à partir de trois mètres de large, voire moins, avec débit normal ou un peu haut. L’eau un peu teintée est pour moi un plus.
J’ai tendance à pécher «creux » et méthodiquement.
Plus compliqué par eaux basses où je passe à une mouche. Encore plus compliqué quand le courant est faible.
Techniquement, forcément je ne pêche pas pareil un ruisseau de trois mètres de large et une rivière de trente mètres.
Pour le substrat, vu que la plupart des cours où je pêche sont calcaires ….
Ma technique privilégiée pour globalement explorer un nouveau parcours où là je pêche forcément plus vite.

à +

1 Like

++++ :innocent: :hugs: Ben oui…

1 Like