Pink salmon invasion en Écosse

Voilà qui bouleverse mes certitudes de pêcheur…

http://www.deadlinenews.co.uk/2017/08/15/invasive-pink-salmon-caught-video-spawning-scottish-waters-first-time/

Je savais que l’on pouvait « ensemencer » une rivière pour que le saumon y fasse souche, comme ce fut le cas sur l’une des Ranga en Islande, mais j’étais persuadé que les saumons revenaient frayer dans les systèmes où ils sont nés, ors dans ce cas il semble que ces Pink venant du nord de la Russie !!! ont choisi de s’installer dans la Ness en Écosse, que pensez vous de cette invasion et de ses potentielles conséquences sur les saumons atlantique ?

Est-ce une conséquence du réchauffement climatique avec la fonte de la banquise dans l’artic et la possibilité du passage des poissons d’un océan à l’autre ? J’ai lu qu’il avait été délibérément introduit en Russie, faudrait voir si là-bas cela a posé des problèmes aux populations de saumon atlantiques. En Alaska il y jusqu’à 5 espèces de Saumons qui cohabitent.

Pas d’explications sur le comment et pkoi ils sont arrivés en Ecosse ds l’article, mais il dénonce clairement une compétition avec les saumons atlantiques concernant la nourriture. Apparament, ces pinks viendraient de Norvège…Même si on les voit en action de repro, rien ne prouve qu’il y aura descendance…

Salut,

Lors de la reproduction, n’y a t il pas une selection des reproducteur par leur taille et force? je veux dire les plus gros males et plus grosses femelles!? Dans ce cas, la taille du pink étant beaucoup plus petite que celle de l’atlantique (qui passe plus d’un an en général en océan, contre un an max pour le Pink) pourrai ton croire a une sélection par la taille/force sur les frayères…
De plus, est ce que les pinks et les atlantiques frayent au même moment? et dans ce cas ne pourrai t on pas croire en une cohabitation des deux espèces puisque le pink a la capacité de frayer en zone intertidale ce que l’atlantique ne peut pas a ma connaissance)…

Je vais essayer de trouver des choses sur la cohabitation des 5 saumons en Alaska… voir si je trouve des infos

A+

Justement faisant parti d’une page sur fb de salmo du sud ouest il y’a un article sur un pink pris sur une rivière française. Info à vérifiée mais en général c un site sérieux…

Bien sûr aucune certitude… Mais il ne sont probablement pas les seuls. J’ignorais que les Pinks avaient dans leur gènes ce coté explorateur.
Je n’imagine pas un seul instant qu’il soit venu seul d’Alaska, voir de Russie ou de Norvège et dans tous les cas “bravo” aux apprentis sorciers qui sont à l’origine de ça !

Je suis curieux de voir ce que tu pourras trouver sur cette cohabitation.

Citent ils la rivière en question ? Par ce que si c’est dans le sud-ouest et sauf ensemencement sauvage ça voudrait dire qu’ils sont descendus par la mer du Nord, la Manche et l’Atlantique :scream:

En Alaska tout va très vite à cause d’un été très court. Les espèces cohabitent depuis des années très bien. Les 1 er sont les Kings puis le reste (pink et sokeyes Cohos et chum en derniers ) sans compter les arc et dolly varden. Tout est affaire de timings

Celon le site c’est la Canche (62) mais d’ici qques temps d’autre certainement

  • Celà fait une dizaine d’année que des captures occasionnelles sont documentées dans les iles britaniques ainsi qu’en Islande. La plupart de ces poissons viennent de tributaires de la mer Blanche et de la mer de Barentz en Russie ou l’espèce a été acclimatée dans les années 80. Elle a ensuite essaimé dans le nord de la Norvège où des populations sont maintenant installées.
  • Le phénomène “d’errance” de ces saumons est mal compris, il est possible que l’espèce ne dispose pas des capacités physiologique de géolocalisation a des basses latitudes, perturbant capacité de homing des poissons.
  • Concernant la compétition interspecifique avec les salmo autochtones, il est un peu tôt pour avoir des certitudes mais celà fait une menace de plus sur une liste déjà longue. On peut craindre une compétition entre les tacons et les inévitables problèmes parasitaires. Je sais que la situation est suivie de très pret en Norvège puisque leurs rivières sont a l’avant poste de l’invasion.
  • Pour la petite histoire, des tentatives d’introduction de saumon pacifique ont déjà eu lieu en France. En Normandie, le coho a été implanté (sans succes) sur l’Arques il y a quelques années. Il y a eu des remontées, et même du recrutement naturel, mais pas suffisamment pour une implantation durable. Les chances de voir du pink s’implanter en France paraisse faible, mais il faut sans doute se garder de toutes certitudes avec les salmonidés qui ont des capacité d’adaptation vraiment stupéfiante.

A+
J

Dans l’Arques il me semble que c’était une pisciculture qui avait perdu un gros stock de smolts de coho, sans implantation pour autant dans les années qui viennent.

Du saumon pink vers chez nous ? remarquez un pépé a fait un pacu dans le canal du ch’nord dans la Somme il y a 3 semaines …

1 Like

“Officiellement” c’était un accident. Ou plutôt 2 “accidents” successifs. Ensuite le pisciculteur qui produisaient les alevins a cessé d’en produire. Mais il y a eu pas mal de capture a la ligne documentée et des tacons produits naturellement plusieurs années apres les “accidents”…
A+
J

Salut,

Pour la compétition interspécifiques des tacon, les jeunes pinks ne restent pas en rivière et dévale des leur éclosion vers l’océan et ne commence a s’alimenter qu’en eau salée. Donc peut être que cette compétition sera limitée…

Des infos ici…

A+

Salut,

Je reviens de Norvège ou dans le finmark ils commencent à bien coloniser les rivières. Pour la première fois ils ont autorisé la pêche dans l’estuaire de la Lakselv afin d’en enlever une bonne partie. ce qu’ils ont pris de mémoire ce compte en tonnes.

D’après les renseignements qu’on m’a donné, ils fraient sur la partie aval des rivières les atlantiques eux sont plus haut. Ce qui pose plutôt problème c’est que ça fait des bouches à nourrir en plus en mer, donc moins pour les autres.

Salut,

j’ai eu l’occasion de discuter le coup avec un biologiste du Fish and Game d’Alaska récemment.

Une première chose, il semblerait la cohabitation entre les 5 saumons en Alaska perdure grâce a l’étalement des période de fraie entre les saumons…(comme le disais @Ben, cela se joue parfois a quelques jours près, mais ce sont les kings dans les plus grosses rivières avec les chums de printemps, puis les sockeyes/pink qui eux sont clairement séparer spatialement dans les rivières, puis les chum d’automne et les cohos de fin d’été/automne.)

De plus il semblerait que les œufs issus de “fécondation” croisée de soient pas viables.

Deuxième chose, en Alaska ils sont confrontes a l’apparition du saumon Atlantique dans les runs des saumons estivaux. Ceux-ci proviennent de fermes aquacoles de la cote ouest des EU et du Canada. Des leur apparition, le fish and Game demande aux très nombreux pêcheur, de les dézingue sans quotas ni taille limites car considérés a juste titre comme invasif. Cependant, ils n’ont que très peu d’informations sur leur effet sur le milieu. et je pense que vu le nombre de personnes qui pêchent le saumon ici, les saumons atlantique qui remontent les rivières ne sont pas nombreux a arriver sur des zones favorables a leur fraie…

Enfin, ils ont une plus grande crainte aujourd’hui, c’est que le gouvernement américain a autoriser la mise en élevage d’un poisson génétiquement modifie issus de gênes de chinook (ou King) et d’atlantique. Plus grande capacité de croissance, mais ils ne savent pas du tout quelles seraient les conséquence sur les souches locales si l’un de ces poissons venaient a être sur les frayères “sauvages”. Attention je parle bien d’OGM et non d’hybridation!
Si quelqu’un a des infos dessus qu’il n’hésite pas!

Voila pour ce que j’ai pu glaner> Mais deja ils ne connaissent pas tout de leur 5 espèces de saumons, donc il leur est difficile d’imaginer l’impact de l’Atlantique sur leur stocks.

A+

Merci @stef43 pour ces infos. Pour le frankenfish, il arrive dans les assiettes au Canada et sans étiquette ce qui fait bondir certaines associations de consommateurs.

À priori, il est stérile comme tout bon OGM qu’on veut faire accepter. Mais bon, les gènes des végétaux transgéniques se promènent dans la nature avec une facilité déconcertante alors pourquoi pas ceux des poissons ?

Fred

Le plus scandaleux c’est qu’il n’y a pas d’étiquettes dessus: produit OGM. Est-ce que l’on nous fait déjà manger des végétaux OGM sans que l’on le sache ? Indirectement c’est sûr car la quasi totalité du soja utilisé dans l’alimentation animale est OGM.

Le seul moyen pour les transgènes d’arriver dans des populations de poissons sauvages c’est par hybridation. En l’occurence une hybridation “TRF x SAT”. Et bien sur, un backcross “F1 hybride X TRF”. C’est envisageable, celà a été réalisé en labo, mais la probabilité que ca arrive en vrai est tres tres faible, ne fut-ce que parceque ces saumons transgéniques sont inadaptés aux milieux naturels. Il faudrait vraiment que le transgène en question donne un avantage sélectif énorme aux poissons qui le possèdent.
Ce qui est donc vrai pour une plante adventice ayant récupéré un gène de résistance a un herbicide n’est pas du tout applicable a un saumon qui a recu un gène codant pour une hormone de croissance particulière…

A+
J

Hormone de croissance et résistance au gel. Ce sont des poissons qui mangent et donc grandissent en toute circonstance. Et il arrive que dans la nature, ceux qui grossissent les plus vite soient aussi,les plus forts et les plus compétitifs.

Après, il faut voir d’où vient leur stérilité. Peut être ont ils manipulé le nombre de chromosomes rendant la méiose et donc la fabrication des gamètes impossible?

Fred