Poignée en fibre de carbone, le coté obscur

Bonjour

Après avoir tourné moult poignées dans des lièges et bois divers et variés , je souhaiterai réaliser une poignée pour canne spey et plusieurs poignées pour canne à une main mais de forme peu conventionnelle…

Afin de mener à bien mes prochains projets de canne ,
je souhaiterai quelques infos sur la création de réalisation en fibre de carbone :
-le poids

  • l’adhérence
  • le prix
    -la difficulté de réalisation (gestion du manchon souple en carbone , application de l’époxy ou autre , choix de la mousse intérieure )

Autre point , j’ai bien du mal à trouver des magasins proposant le matériel et les matériaux pour réaliser mes poignées . Avez vous trouvé une enseigne en Europe qui propose cela … ?
Si non , pour ceux qui ont déja réalisé de tels truc , où vous fournissez vous ?

Merci par avance pour vos infos et vos conseils

Cdlt

Alors l’adhérence, pour avoir résisté très longtemps avant d’y venir, c’est top ça glisse pas du tout mouillé.
Perso les dernières cannes assemblées ‘pour moi’ c’est grip carbone.

C’est pas insurmontable à réaliser, mais ça demande un paquet d’essais (et pas mal de test sur les matériaux) pour arriver à mettre au point un process reproductible permettant d’obtenir un truc bien fini mais surtout pas trop lourd (et en tenant les cotes).
Ou pour être plus précis ça m’a prit pas mal de temps (et beaucoup d’€) pour arriver au résultat que je désirais.

Je n’ai jamais monté ni utilsé de canne avec une poignée en carbone mais cette perspective me séduit.

Surtout la possibilité de faire une poignée personnalisée à ma main. Je trouve en effet les poignées en liège du commerce bien trop fines.

J’en ai fait quelques une de personnalisées le plus souvent en mousse voire en mousse gainée cuir.

J’ai mis plusieurs couches de foam (ou néoprène) sur la poignée liège, j’ai marqué les poins de contact saillants avec la main sur la poignée par décalcomanie avec un feutre noir. J’ai poncé la mousse pour creuser au niveau du pouce, des doigts, de la paume de la main…

Puis j’ai cousu mon cuir dessus (ou mis un grip de poignée de tennis).

Il n’y a pas de raisons qu’on ne puisse pas faire pareil avec le manchon carbone : partir d’un bloc mousse à former en poignée à sa convenance puis enfiler le manchon dessus et le rigidifier à la résine.

La mousse pouvant rester dedans ou se creuser secondairement pour être sortie.

Je suivrai donc ce fil avec attention.

Fred

1 Like

Merci pour ces premiers éléments de réflexion Éric .
J’en arrive donc aux questionnements matériels : ou peut on se procurer les “manchons” en carbone et quelle mousse est la plus appropriée ?
Il y a il une réduction de la matière au séchage …?
Tu écris qu’il t’a fallu plusieurs essais pour arriver à un résultat fiable . Tu peux développer un peu les soucis que tu as rencontrés ?

Pas fiable mais correspondant à mes exigences.
Donc finition me convenant (ça c’est cosmétique) et surtout réussir a contenir la masse (ça c’est technique).
Donc les axes de recherche : les matériaux et la technique de stratification (voir de finition).
Après t’en as qui se cassent pas la nénette, pour qui un grip de 25gr n’est pas un soucis, voir qui stratifient sur de l’EVA ou du liège.
Tout dépend de ce que l’on recherche :slight_smile:

1 Like

Oui il y a encore pas mal de choses à inventer dans la poignée carbone, après deux essais (une par un monteur commercial et une par un copain) ce que je peux dire c’est que cela n’apporte rien de plus à une bonne poignée en liège si ce n’est l’esthétisme et encore cela se discute. J’attends celui qui fera une poignée creuse avec des renforts carbone pour gagner en résonnance…

Ben coté résonance moi j’y trouve un gain, après c’est peut être dans ma tête (et celle de ceux à qui j’en ai monté).
Après c’est pas le jour et la nuit non plus.

Autre gain, un coup de chiffon et c’est comme neuf (on peut aussi aimer la patine que prends le liège).

C’est pas une révolution, c’est un choix de plus, perso j’aime bien.

1 Like

Comment optimiser la résonance et le poids en terme de matériaux et d’assemblage ?
Moi j’étais parti sur l’idée de trouver une
mousse assez dure , de la tourner, d’y enfiler une chaussette en fibre de carbonne , d’enduire l’ensemble de polyuréthane ,de le faire tourner lentement jusqu’au séchage puis de le polir jusqu’à ce que ça brille …
J’ai tout faux ou quoi ?
Si certains ont des tutos je suis preneur :wink:
Cdlt

voilà un kit vendu par Mudhole aux états Unis … http://www.mudhole.com/CFX-Custom-Carbon-Fiber-Grip-Kit
On doit pouvoir trouver ça en europe également …

Pour fabriquer des pales ou manche de pagaie carbone on travaille en sous vide.
Peut être la solution la plus simple, tu shapes ta poignée en mousse comme une poignée liège, un tout petit peux plus petites (épaisseur carbone) tu stratifies, tu clamps les bouts de la poignée car le tissu carbone est un peu rigide, ensuite tu emballes la poignée dans un sac à vide, avec une pompe à faire le vide et tu aspires en lissant ton plastique ( pour effacer les plis)…
J’essayerai comme ça mais je ne fais qu’importer nos techniques de stratifications de pales de pagaie kayak, on utilise aussi des moules à vide rigide… j’ai jamais fait une poignée carbone :wink:
après pourquoi pas stratifier et faire un vernis epoxy comme sur une ligature… il doit falloir une epoxy avec une fluidité parfaite et sur une grande surface comme ça… C’est de l’art !
A merdre je viens de voir qu’il y avait un tuto video sur le site de Mudhole :laughing:
@EM_ANR tu as un procédé différent, si c’est secret je comprends :wink:

J’ai du mal a comprendre l’intérêt de la résonance pour une canne a mouche car la plupart du temps le fil est détendu (sèche nymphe) et même en noyée ou la touche est suffisamment franche pour ne pas la manquer et de plus les soies sont plus ou moins élastiques
Par contre pour certaines pêches en spinning (leurres souples a gratter) elle est très importante ne serait-ce que pour le ressenti du fond et même de certaines touches en poussant des plus discrètes.
Je pense que pour avoir une bonne résonance il faudrait que le blanck ne soit pas isolé par des matériaux trop tendres (mousse) même si recouvert par du carbone.
L’idéal serait de crée des contacts ajustés blanck- couverture carbone a l’aide de plusieurs rondelles rigides.

1 Like

Je n’ai jamais fabriqué de poignet carbone, par contre j’ai fabriqué beaucoup de kayaks en fibre (verre, carbone et kevlar).

Ce qui pèse lourd c’est essentiellement la résine, il y en a toujours trop ! Une presse et des plaques près imprégnées permettent de réduire considérablement la quantité de résine. Mais c’est très difficile artisanalement…

J’utilisais un moule à 2 faces avec une bande de soudure entre les 2 moitiés. Le moule était donc à l’extérieur de la forme.
Dans les cas que vous décrivez, vous appliquez la fibre sur le moule. Une fois la poignée terminée, retirer la mousse à l’intérieur ne rendrait pas la poignée (creuse) plus légère et éventuellement plus raisonnante?

+1, pour optimiser la résonance, il ne faudra pas laisser la mousse car c’est un excellent isolant.

J’y pense pour la pêche au stream. Avec un peu d’habitude, on sent son stream sous l’eau, voire on sent les poissons suivre.

D’où l’importance d’avoir une poignée qui transmet tous les vibrations.

Fred

Très intéressant cette réflexion sur la raisonnance . Donc dans l’idéal il faudrait presque vider l’intérieur de la poignée ?
Et une mousse dure type mousse expansive, ca pourrait être envisageable ?

Pour ce qui est des touches , autant sur des dérives en noyée avec des cannes à 1 main à des distances normales ,il est évident que la violence de la touche ne nécessite pas plus de raisonnance que ça . Déjà éviter de casser c’est chouette .
Par contre ,avec une canne de 13 pieds et des dérives lointaines (+ 20 m) les touches ont toujours une certaine latence : même avec des mendings, une dérive de qualité et une faible bannière (polyleader ,fluoro , pointe de soie plongeante ) il y a souvent le "attend ca tape là où pas ? … mais on dirait quand même … mais OUI C’est pendu !!!"
Je me dis qu’avec ne poignée carbone ça fera pareil … mais ça ne sera pas la faute de la poignée et la canne sera originale :wink:

1 Like

avec une matrice epoxy, le polystyrène extrudé peut faire une forme facile à shaper et à stratifier.
Il est raisonnablement peu amortissant (bien moins que le liège) et peut être détruit facilement avec un peu d’acétone après stratification.
on pourrait aussi utiliser une mousse de polyuréthane d’isolation ou mieux de blank de surf… un peu moins d’amortissement, mais plus difficile à enlever.

pour la résine, surfclear de sicomin composites c’est assez top, mais je ne sais pas si ils font des petits conditionnements.

alf, nouveau posteur, ancien shaper :wink:

Je me garderai bien de te dire ce qu’il FAUT faire pour une poignée. :wink:

Je peux te dire qu’un kayak en fibre, c’est creux et ça raisone du tonnerre. Le carbone est plus léger et plus rigide que le verre et le kevlar mais plus cassant, surtout quand c’est creux derrière… Et l’excès de résine rend la chose encore plus cassante. Pour la solidité il vaut toujours mieux plusieurs couches fines qu’une seule épaisse.

Dans mon cas il était très simple d’avoir un objet final creux. Pour une poignée ça ne va pas être simple. Gratter la mousse à l’intérieur me paraît bien compliqué. Peut-être essayer de la dissoudre ? Une mousse dense je n’y crois pas trop et puis elle risque d’alourdir ta poignée ou d’être difficile à travailler.

Je pense que Eric utilise un manchon de carbone pour recouvrir sa forme en mousse puis imprégne ? Mono couche de carbone ?
Même si je n’ai pas réalisé de poignée, je pense qu’avec cette technique il va falloir trouver le bon manchon (épaisseur, souplesse…) et être délicat pour éviter les plis disgracieux. Éric peut peut-être confirmer ?
Ensuite tu verras que la selon le mode de construction la résine et le mélange résine/dursisseur que tu vas utiliser va beaucoup changer ta facilité de travail et le rendu.

Donc je pense que soit tu vas arriver à trouver quelqu’un qui te donne sa combinaison gagnante qui te servira de base. Soit comme dit plus haut il va falloir faire des essais et là…

Et puis une dernière remarque, le manche des pagaies de kayak son en carbone et ça ne glisse absolument pas même sous l’eau ! :wink:

Je ne crois pas qu’il faudrait vider la mousse mais plutôt alterner mousse en rondins de 2/3 cm et rondelles plastique .
Avant de positionner la gaine, le tournage de la mousse et des rondelles devrait être parfait, autrement vagues assurées c’est là la difficulté.

Ça mouline sec sur ce sujet et nombre d’entre vous démontrent de sacrées compétences dont il est très plaisant de paratager la teneur . Merci pour ces retours , je pensais que le sujet n’inspirerait personne …

Au retour des fêtes je vais faire des essais : j’ai 5 litres de polyuréthane que j’avais achetés pour fabriquer des flight case en résine pour du matériel de musique en tournée …
Je vais donc me lancer dans des expériences …

pour supprimer la mousse et faire des ponts vibratiles, je ferais une forme en mousse de PS, à la forme moins l’épaisseur de strat.
ensuite des trous genre diam 8 dans la mousse,profonds de façon a laisser le passage du blanc de la canne (va falloir ruser)
remplissage des trous à la résine chargée de silice colloidale (proprement, à la seringue, en essuyant le surplus)
statification, demi finition à la résine,
ponçage,
destruction mousse,
finition polissage collage

Hyper bonne idée pour la raisonnance et sans doute aussi pour la rigidité ! Après sur une si courte distance je ne sais pas si ça sera vraiment utile ces ponts poignée/blank ? Peut-être sur la poignée longue d’ une canne deux mains ? Et dur à tourner ? Ou bien faire les trou et les remplir une fois la forme tournée ? Mais alors finition extérieure doit être bien propre.

Et du coup tu imagines conserver ta mousse dans la poignée ? Parce que rimer proprement c’est petits piliers sans mousse, pour qu’ils s’ajustent nikel au blank, ni trop ni trop peu… effectivement va falloir ruser !

D’autant que le blank travail à l’intérieur de la poignée.

par ruser j’entendais:
faire la forme en mousse avec l’alésage pour le blank déjà inséré dedans, puis sortir le blank, le revêtir de démoulant cireux ou filmeux, percer les trous de 8 pour les ponts que personne sait si ça sert a qque chose, tant qu’il est dans sa loge, remettre le blank avant d’envoyer la purée de silice et le reste de l’acte deux

2 Likes