Recherche info Italie Trentin

Bonjour a tous,

Je recherche quelques infos sur la pêche de la région du Trentin en Italie, notamment la zone no-kill de la haute Sarca, pour le mois de Juin.
J’ai fait quelques recherche sur le site dédié de la région avec la possibilité d’achat des permis en ligne.

Y a t’il des particularités dans cette région sur les permis, ou avec la simple licence achetée en ligne on peut pêcher ?
A cette période (juin) la haute Sarca est elle en ordre pour la pratique de la sèche et nymphe?

Si parmi vous, quelqu’un pêche cette région je suis preneur d’info :innocent: (Nom d’un guide pour découverte de la région sur 1 journée)

Merci a vous
Julien

Salut Julien
Le permis journalier qui est en vente en ligne suffis, bien faire attention a quel permis tu prends (le permis NK ou le permis normal). Le permis NK te permet d’acceder aux différents parcours NK (il y en 8 de mémoires), ils sont théoriquement contingenté et bien balisé, et aux parcours normaux.
En juin, tu auras du débit, et probablement de l’eau grise issue des glaciers si il fait chaud, mais la partie principale du Sarca etant essentiellement en débit réservé, c’est toujours + ou - péchable en nymphe. La partie haute se divise en deux bras qui sont en plein débit et qui sont a mon avis les vrai joyaux de ce secteur même si la taille des poissons est plus réduite, et encore…
Je connais pas de guide, mais a mon avis, se n’est pas indispensable.

A+
J

1 Like

Merci a tous les 2 pour ces premiers éléments de réponses.

Si j’y vais je pense partir sur les no-kill.

Julien

Bonjour,

J’y ai passé 1 semaine en juin avec un pote. J’étais passé par un voyagiste, ce qui présente l’avantage de disposer d’un tout en un, mais c’est une destination qui est très certainement faisable en autonomie.

je compte faire un article sur le blog qu’on tient avec des copains mais voici quelques infos :

Déjà le cadre : dans une vallée des Dolomites, avec des 3 000 tout autour. Une vallée riante, vivante et habitée, avec de jolis petits villages encore dynamiques (par rapport à la plupart de nos villages ruraux). Sur la haute vallée il y a un parc naturel où vivent une centaine d’ours bruns (oui oui tu as bien lu), donc il est fort probable d’en croiser (j’ai vu pas mal de photos et vidéos sur le portable de notre guide).

Pour la pêche :
rivière alpine, avec de nombreux ouvrages hydrauliques, du coup entre fonte et lâchers, la rivière fait très souvent le yoyo ce qui n’est pas évident. pas mal de dénivelés, rivière souvent aménagée donc assez canalisée, avec de gros blocs, les truites sont planquées dessous (c’est du scoop de première ça tu vas me dire…).

L’asso que tu cites gère un très important linéaire, en une semaine tu n’en feras dans doute pas le tour.
Il y a plusieurs types de parcours, qu’on peut localiser surla carte en lien.

Les secteurs violet sont des secteurs bassinés, pour touristes. Je m’y suis retrouvé en confondant l’amont et l’aval d’un pont pour un nk, les truites sont pas affreuses mais c’est pas trop ce qu’on va chercher.
Les secteurs en jaune sont en nk.
Les secteurs à trophées sont des secteurs où les vieux géniteurs (il y a un soutien de population, notamment des marmoratas) sont reversés. Le nombre de pêcheurs sur les nk et trophée est limité, parfois à seulement 2 par jour. Les permis sont de l’ordre de 35€/jour, contre la moitié pour le permis classique journalier.

La pêche est une pêche de montagne, sur les spots les plus à l’aval et les plus en amont on trouve des secteurs propices à la pêche en sèche, soit en aval de type pêche de grande rivière, soit en amont de type pêche fine de montagne (les guides te parlent de terrestres et autres mais honnêtement vu la clarté des eaux on est resté sur des petites mouches et longues pointes).
Sur tout le reste, nymphe sous la canne, et streamer qui marche très très bien et que pour ma part j’ai totalement découvert comme pêche.

Attention, les poissons peuvent être énormes, même si la taille moyenne est plutôt autour de 30… J’ai pêté ma 9,6 pieds soie de 6 en ferrant sur une poutre jaillie de dessous un rocher.

Voilà ce que je peux en dire

1 Like

Salut Alx,

Merci pour ton retour sur cette destination.
J’ai parcouru ton blog qui est fort sympathique.

Fait signe lorsque tu mettras en ligne l’article sur ce sujet :wink:

Julien

C’est un coin sur lequel je louche depuis l’an dernier… pas de soucis d’eau de fonte en juin ?

C’est quasiment que des débits réservés partout sauf tête de bassin, c’est pechable quasiment tout le temps sauf crue majeure (+ ou - hein)

A+
J

C’était plus que limite… C’est en ça que j’en veux un peu au voyagiste qui avait un discours très positif. Dans les faits il y avait énormément d’eau en amont, et du coup les lâchers étaient très fréquents. Quand ça lâche, la rivière monte d’un mètre et devient toute grise.
Ces variations perpétuelles n’ont pas permis de voir les poissons bien installés en surface. On a eu le droit à une demi heure de gobages d’exception puis on a du se barrer en urgence de la rivière qui est montée à une vitesse hallucinante, je me suis fait une petite peur cette fois là.
Deux nuances toutefois :

  • Il existe en amont un secteur où la rivière se rapproche plus d’un shalk stream (les eaux bleues ça s’appelle), en passant dans des sables. Outre que c’est féerique comme coin, les conditions de pêche y sont beaucoup plus régulières mais les poissons plus modestes. Au premier affluent de régime nival croisé, l’eau devient vite laiteuse.
  • l’hiver et le printemps 2018 ont été très arrosés avec beaucoup de neige dans les alpes italiennes, sans doute que ça a joué aussi.

On trouve sans problème même en juin des coins à pêcher, mais sur le secteur central / aval de la rivière, le plus intéressant pour les beaux poissons, c’est plus aléatoire.

et oui les voyagistes vendent souvent du rêve !!
C’est ce que je craignais, du coup juillet doit être pas mal à mon avis…

Salut, bon ben un an après j’ai enfin fini l’article :grinning:
Je ne sais pas si du coup ce projet est toujours d’actualité chez toi, en tout cas voici notre ressenti sur cette destination.
les marbrées des Dolomites

3 Likes

merci pour les infos détaillées, je vais bien finir par y faire un tour, en fin de saison…
tu sais si ça pêche en sèche un en septembre ?

si j’ai bien compris l’anglais parlé par un italien, oui, deux fois oui, les rivières sont hyper stables, plutôt basses, et il y a beaucoup d’éclosions.
Franchement, c’est le seul vrai point frustrant lors de notre séjour, n’avoir pu profité (hors secteur des eaux bleues) que de quelques minutes de vraie pêche en sèche.

ok, à voir en septembre alors…

franchement avec deux ans de recul c’est une destination que je recommande vraiment, c’était pas parfait mais qu’est ce qui est parfait en ce bas monde…

1 Like

Très intéressant ton reportage, sans langue de bois ou retour dithyrambique comme parfois, ça fait envie de pêcher dans un tel cadre.

j’y suis allé l’année dernière et mi-mai nous avons fait de gros coup du soir sur des march brown …

1 Like

Et dire qu’il y a 15 ans de ça on ne trouvait presque que des fario sauvages sur ce BV, quand je vois ces photos, j’ai envie de pleurer. Le tourisme c’est vraiment une calamité, et le pire c’est que ça marche, plein d’autres associations s’y mettent. :nauseated_face:

A+
J

C’est vrai que si j’y vais ce sera un peu 'honteux ', j’ai jamais pêché ce genre de parcours et d’habitude ça ne m’attire pas du tout… mais là j’ai envie de faire le mauvais garçon :sweat_smile:

j’espère que l’article a su le mettre en exergue, il y a de tout sur un linéaire extrêmement important et varié. Pour ma part, c’était également une première sur ce type de parcours qui a une position un peu le cul entre deux chaises, d’un côté il s’assume touristique, de l’autre il revendique une dimension patrimoniale dont nous avons parfois eu du mal à saisir la réalité. L’approche compartimentée entre zones plus touristiques et zones préservées parait un peu naïve face à des poissons qui font peu cas de ces limites artificielles !

1 Like

C’est l’esprit qu’on essaye de donner à notre blog, éviter le flutiau, et puis c’est une réalité, nos voyages de pêche n’ont jamais été à la hauteur de toutes les espérances que nous y avons placé :smile:
Dans les faits, que ce soit dans des coins hyper sauvages (Laponie) ou hyper réputés (Delaware), on fantasme tellement nos séjours qu’on est toujours un peu déçus ou bien qu’on apprend aussi à nuancer… Bref c’est la pêche, et ce genre de voyage permet de se rendre compte qu’un trip en Lozère comme on le relatait récemment c’est aussi vachement bien parce que là le poisson il est sauvage !