Rencontres au bord de l'eau,

Que ce soit en voyage de pêche, ou en action de pêche, on a parfois l’occasion, ou la surprise, d’effectuer des rencontres, intéressantes, enrichissantes, ou étonnantes.
Ce peut être des personnages hauts en couleur, des personnalités, de futurs copains ou amis, des célébrités, ou même des animaux, des objets anachroniques, des lieux bizarres, ou dans des circonstances extraordinaires, ou incongrues.
On est curieux, et impatient de les découvrir

2 Likes

En attendant de vous bassiner avec des photos de cincles plongeurs mon oiseaux fétiche, je vais remettre une photo que j’ai surement déjà partagé ici avec cette aigrette croisée le long d’une rivière d’Ardèche…

12 Likes

ben moi lors de ma dernière sortie j ai un gros blaireau de pêcheur qui ma grillé la politesse a fait fuir les rares poissons qui gobaient devant moi sans s excuser et qui m est passé devant . en plus il a été surpris de mon mécontentement .
ah qu il est bon de faire se type de rencontres quand on vient chercher un moment de calme et de convivialité .
bien sur vous n aurez pas de photo de ce rustre personnage .

désolé pour ce moment de mauvaise humeur je me rattraperai au prochain message

Bonsoir,
C’est vrai la pêche à la mouche permet de se fondre dans le paysage et de tomber sur des animaux aussi surpris que nous. Chevreuil, renard, hermine, vison (d’Amérique je pense), rats musqué… pour les rencontres humaines quelques nudistes mais le plus surprenant une grand mère en jupe pieds nus qui faisait du faucardage dans la ribnik!

1 Like

De retour de migration ce grand amateur de lingot d’or, dont j’ai pu prendre une photo a peine posé spécimem plutôt rare il passe l’été en NZ de retour en “pleine forme” on le reconnait notamment aux deux taches de couleur blanche qui entour ses yeux .

Download-2

Il a l’air en bonne forme en effet. Salut Compère !

1 Like

Pour répondre moi-même, à mes questions,

  • une rencontre avec Coluche et Rufus qui discutaient en arpentant le chemin de halage, en bas des Sept Ecluses, à Rogny.
  • une rencontre avec deux petites loutres qui jouaient sur les bords du canal de Marans à La Rochelle, vers Andilly.
5 Likes

Une rencontre au bout du monde, entouré d’eau de partout…
Le titre pourrait être “Physionomiste”…

A la fin de l’année 1980, Arnaud de Rosnais avait fait part de son intention d’effectuer un nouveau record en planche à voile, naviguer en solitaire des Marquises à Tahiti …
Cela lui avait été interdit.
Dans la nuit du 31 décembre, en toute discrétion, il avait quitté Nuku Hiva sur sa planche… En laissant une lettre spécifiant qu’il ne fallait pas le rechercher…
Deux jours plus tard, l’alerte était donnée et de très gros moyens mis en œuvre pour le retrouver, avions et bateaux, militaires et civils commençaient les recherches…
Chercher une planche à voile au milieu du Pacifique n’est pas une mince affaire…
Comme beaucoup d’autres, je participais à ces recherches avec l’avion du Haut-Commissaire.
Des centaines d’heures de vol et de navigation ont été effectuées par un grand nombre d’avions et de bateaux de toutes tailles… En vain!
Dans la nuit du 11 janvier, j’ai été réveillé par le directeur de cabinet du Haut-Commissaire.
Arnaud de Rosnais était arrivé à Ahé, petit atoll des Tuamotu, et il fallait aller le récupérer.
Quelques heures plus tard, je décollais avec un médecin, du matériel médical, la belle Jenna de Rosnais et Jean-Pierre Marquant un ami du couple.
A l’époque il n’y avait pas d’aérodrome à Ahé, mais l’on pouvait se poser sur l’atoll de Manihi distant d’une vingtaine de kilomètres.
Très peu d’infrastructure sur ces atolls à l’époque.
Il n’y avait pas de ligne régulière et l’arrivée d’un avion suscitait toujours beaucoup de curiosité, d’autant plus que là on venait secourir Arnaud de Rosnais!
Tout le village était là pour nous accueillir.
Le matériel médical et mes passagers débarqués ont continués le voyage vers l’atoll voisin en speeboats (petits bateaux à moteur de quelques mètres de long).
Ils sont tous repartis vers Ahé au secours du navigateur.
Moi, je suis resté sur le parking, pour refaire les pleins de mon avion (environ 300 litres tirés de fûts a l’aide d’une pompe Japy manuelle délivrant environ un quart de litre à chaque mouvement…)
Lorsque j’ai commencé à rouler mon premier fut, un homme s’est avancé vers moi sourire aux lèvres en me proposant son aide… Je ne les avais pas remarqués mais au milieu de la petite foule il y avait cet homme accompagné de sa femme et de leurs enfants, des touristes venus de métropole pour goûter au paradis! (a L’ époque c’était encore très rare)…
Il fallait du temps pour transvaser les 300 litres en filtrant à travers une peau de chamois…
Nous avons eu le loisir de discuter, il avait un accent toulousain marqué mais s’exprimait dans un très bon français et paraissait très cultivé sans en faire étalage… Tout en pompant et discutant, je cherchais où j’avais déjà rencontré cet homme!
Les pleins terminés, ils m’ont proposé de partager leur repas, ce que j’ai accepté volontiers!
Ils étaient bien sûr en paréo et tee-shirt, et ils s’amusaient, gentiment, de me voir en uniforme…
J’ai apprécié les poissons que mon hôte grillait devant le faré.
Au cours du repas, j’ai fini par lui avouer que j’étais persuadé de l’avoir déjà rencontré …
Il m’a répondu, avec un large sourire, que c’était fort possible, et que j’allais trouver…
Les bateaux partis chercher le naufragé en avaient bien pour quatre heures pour faire l’aller retour…
Il m’a proposé une partie de pêche en les attendants, c’est avec grand plaisir que j’ai accepté.
Je me suis donc retrouvé, moi aussi en paréo, sur le récif, à pêcher les carangues…
Le problème n’était pas de les attraper, elles mordaient facilement, mais, c’était de les ramener avant que les petits requins de lagon ne nous les volent…
Les bonnes choses ayant une fin, nous avons vu les bateaux revenir, je me suis changé, j’ai fait mes adieux à sa femme et ses enfants, et il m’a raccompagné jusqu’à la piste.
Nous n’avons pas traîné pour embarquer, Arnaud de Rosnais était sur la civière, perfusé et bien brûlé par le soleil et le sel…
Je continuais de chercher dans ma tête où j’avais rencontré mon ami du jour…
Lorsque je me suis approché de lui pour lui dire au revoir, il m’a attrapé par le cou pour me chanter à l’oreille “Les jolies colonies de vacances”…
C’était Pierre Perret!

16 Likes

Une bien belle histoire de rencontre… @ICARE
Et quelle humilité de Pierre Perret face à toi, c’est d’ailleur un mordu de la Palm pour avoir vu un docu sur ses pérégrinations en Pays d’outre manche.
Merci d’avoir partagé ces bons moments…

1 Like

Hello,

allez je vais faire mon bougon par rapport à Pierre Perret…
Rien à voir avec la pêche.

Il y a un paquet d’années, à Villeurbanne (banlieue de lyon), tous les mois de juin il y avait les fêtes de Villeurbanne avec dans la semaine un concert gratuit (pour les spectateurs , l’artiste lui étant naturellement rémunéré).

Une année c’était Pierre Perret en concert.

Le soir venu, sans doute entre 2 et 3000 personnes étaient massées sur la place Lazare goujon pour assister au concert.

Et les gens ont attendu, attendu, attendu… pas loin je pense d’1h30 pas mal de gens avec des enfants sont partis.

Je vous laisse imaginer la bronca qui commençait à monter…

Finalement, Pierre Perret est arrivé sur scène et à juste dit “Je regardais le match de foot de l’équipe de France”…

Bref, total respect des gens qui l’attendaient…en démarrant sa prestation plus d’1h30 après l’heure prévue…

Il y a eu un beau concert de sifflets et de huées…

C’était mon mode bougon.

aplus

Paddy

1 Like

Si on va tant à la pêche c’est bien pour rencontrer des poissons, des insectes et …des humains.
Mais au fond, c’est surtout à la rencontre de soi-même que l’on va, de soi-même au milieu de rien…ou des autres.

1 Like

Je suis entièrement d’accord avec toi. Effectivement, l’un n’empêche pas l’autre puisque c’est…du hasard.
Par contre je n’ai pas vu de témoignages de rencontres de nouveaux amis (de grand et véritable amis) ?

Ben moi, j’ai rencontré @Jean-Yves à Monceau, au bord de l’eau. Je faisais un descente de reconnaissance et lui pêchait à la mouche. Je me suis arrêté, on a discuté et quelques années plus tard naissait ce site.

Comme quoi. :hugs:

Fred

1 Like

C’est une belle rencontre qui a fait beaucoup d’heureux!

1 Like