Spot à streamers

Bonjour

Pêchant principalement dans les Hautes Alpes, je n’ai jamais pêché au streamer, je pense tout de même qu’il y a des spots, à certaines saisons, qui s’y prêtent bien.
J’ai sélectionné deux images ci dessous sur une rivière bien connue de la région.

Ma technique de pêche est simple et est tirée de la stratégie Nymphévolution à savoir pêche en NAFet pêche en duo sèche/nymphe. Ceci étant, sur les deux spots sélectionnés ci dessous, notamment zone B sur le spot 1 et en zone C sur le spot 2, je trouve que le streamer se prête bien au jeu.

La zone est calme donc ma straégie consisterait à pêche en duo sèche nymphe. Le problème est qu’il y a beaucoup de fond et mine de rien, même si c’est un « bras mort », il y a du bouillon. La NAF est donc plus à privilégié ici avec une potence et un pointe en céramique qui va amené ma PT en potence directement au fond. Le problème ici c’est la transparence de l’eau qui fait que je vais être assez facilement repéré en NAF. Qui plus est, je trouve que pêcher en NAF dans autant de bouillon est assez hasardeux, y’a beaucoup d’eau, c’est assez déstabilisant je trouve. La NAF est utilisée (pour ma part), quand le courant est bien défini. Bref, tout ceci fait que je pêcherais bien avec un streamer dans ces zones. Je voulais savoir si vous étiez positif avec cela et quel streamer je pourrais utiliser, sachant que y’a pas de vairons dans les zones ou je pêche, et encore moins d’épinoches.

A noter que sur le spot 2, je pourrai rajouter un point D, à côté du point C pour clairement pêcher en duo sèche nymphe avec cette profondeur.

Au streamer tu comptes autant voir plus sur un réflexe territorial/d aggression que sur un réflexe alimentaire donc pas de vairons/épinoche ce n est pas un problème (d autant qu il doit y avoir des truitelles, un repas très apprécié des truites adultes)…

La difficulté va être de parvenir à présenter discrètement un streamer suffisamment profond.

1 Like

Le streamer sur poissons sauvages sollicités aux leurres modernes, au vairon manié et vraiment un truc chaud patate.

La truite fario adulte est un poisson prédateur qui à l’instar du brochet peut très bien chasser 15 minutes, bouffer une proie du quart de sa taille et ne pas ressortir de plusieurs jours.

Tout ça pour dire que tu peux très bien pêcher pendant 8 jours au stream non stop et n’avoir qu’une fenêtre de 15 minutes où les poissons seront dehors.

Ça exige un mental à toute épreuve. Car si tu n’est pas pleinement attentif, concentré, actif et alerte lors de cette fenêtre, tu peux passer à côté.

Une fois ceci dit. Les gros poissons qu’on cherche au stream sont les rois dans leur domaine. Ils n’ont peur de rien sauf des pêcheurs. Ils se baladent partout et peuvent donc venir chercher ton stream sur toutes les lettre de l’alphabet. Toutefois, ces beaux poissons se sentent en sécurité dans les zones où ils ne peuvent être vue depuis la surface. Donc en eau claire, très profondément.

En grande rivière, il faut savoir que 90 % de la rivière n’abrite que 10 % des poissons.

En gros, on cherche une aiguille dans une botte de foin, aiguille pas née de la dernière pluie et qui sort une fois de temps en temps.

Donc un conseil, si tu veux prendre un beau poisson au stream, laisse tomber tout le reste, pêche une saison uniquement au stream aussi souvent que possible, tu auras toutes les chances de connaître les bons spots de ta rivière.

Fred

1 Like

En complément du post de Fred, peut être aussi envisager de faire un guidage pour t’orienter plus efficacement. Il y a pleins d’excellents guides dans les Hautes-Alpes :wink:

1 Like

Tout est dit, je rajouterais que plus ton streamer est gros et plus il aura de chance d’intéresser une très grosse truite, en plus il doit être lourd pour aller au fond. J’ai remarqué que la montée d’eau est une période favorable à l’appétit des belles truites même légère si l’eau se trouble un peu. Pour pêcher profond, j’aime bien les imitations de chabot à tête plombée (3,5 g), canne soie de 8 pour le lancer.

2 Likes

Fred: entièrement d accord!

Tu peux aussi, comme je le fais depuis longtemps, placer ton streamer lesté en potence avec une nymphe pas trop lestée en pointe. Pour les petites rivières, un petit streamer suffit à intéresser les grosses truites.

1 Like

Beaucoup vont hurler, mais un gros woolybugger en dérive lente sous un indicateur, avec juste de toutes petites animations, sur un poste profond mais assez calme, ça fonctionne extrêmement bien…

4 Likes

Merci pour votre retour. A ce que je vois, c’est vraiment une pêche à part qui demande beaucoup d’investissement. Mais c’est comme tout dans la vie quand on veut réussir.
Merci du conseil Patate, ça peut, peut être, être bien comme première approche.

J’en ai déjà fait les frais en nymphes ! :grinning:

Pour les péchés classiques c’est à dire vers l’aval au streamer, les animations lentes voire inexistantes rapportent selon moi les plus beaux poissons…

1 Like

J’aurais eu tendance à pêcher en amont personnellement.
Pêcher en aval j’imagine que c’est pas aussi simple que de lancer 3/4 aval et de ramener à allure lente ou modérée la ligne ?

Comment réagit un poisson qui fuit un predateur ?

Il s’échappe doucement en remontant la rivière ? Il part vers le milieu ? Le bord ? Le centre de la rivière ?

C’est à ces questions qu’il est intéressant de répondre.

Fred

2 Likes

Il rentre à la maison, sous une souche, sous un rocher ou sous une pile de pont.

Comment peut il augmenter ses chances d’arriver en vie chez lui ? Et quelle stratégie lui permet de mieux y arriver ?

Fred

J’aurais tendance à dire d’y aller le plus vite possible, mais si on imite un poisson blessé il ne pourrait pas allé si vite que cela.

1 Like

C’est ça la plupart des proies qui veulent échapper à un predateur fuient le plus vite possible.

Il y a quelques stratégies qui visent à ne pas bouger ou faire le mort mais c’est pour empêcher la prédateur d’attaquer.

Car la fuite renforce le comportement agressif du prédateur.

Après, c’est de l’hydrodynamique.

Fred

1 Like

Belle théorie mais en pratique, en petite rivière, l’animation du streamer doit ressembler a celle du vairon mort manie donc être lente pour intéresser les eaux poissons.

1 Like

Oui, au vairon il y a différentes stratégies possibles. Le vairon animé lentement en est une parmi tant d’autres. Il y a aussi la godille avec un poisson ramené en travers assez vite qui marche bien.

Et si tu as vu des jeunes pêcher aux leurres modernes ou des vieux à la cuillère, tu vois vite que des actions très rapides fonctionnent aussi.

Donc je veux bien te croire, dans tes rivières lentes, de petite taille et privées du nord est de la France ta technique de dérive aval avec animation lente fonctionne. Mais as tu essayé que chose ?

Par contre là, on est dans un parcours de kayak en grande rivière alpine.

Fred