Varier les plaisirs

https://www.gobages.com/news/varier-les-plaisirs

11 Likes

Bien joli spécimen… !

Merci :wink: . il y en a eu plusieurs comme celui-ci et d’autres plus petits,

A plus,

Patrick

Salut Pat
Joli black, une peche bien sympathique, c"est vrai qu’il est assez fantasque ce poisson !
A+

En étang privé il n’y a pas de réglementation, mais sinon on est bien en période de frai du black bass en juin ?
Après, le cousin veut peut-être en limiter le nombre.
:thinking:

Je n’ai vu aucun nid.

Après vérification, tu as raison, ouverture le 1/07. Ils sont bien sûrs tous repartis (bass, cheu-cheu et gardons) dans leur élément et ce quelle que soit la période, l’espèce de poisson et l’endroit où je pêche.

A plus,

Patrick

3 Likes

Il est superbe ce black bass :heart_eyes:
Bravo et merci pour ce retour

Super Pat,

joli black bravo, va falloir que je m’y mette un de ces 4 !!!:relaxed:

c’est rigolo, car habitant en gironde pêcher le black bass (qui devient très vite éduqué) c’est quasiment mon quotidien…et c’est la fête du slip quand je vais pêcher la truite…et pour d’autres c’est l’inverse :wink:

C’est vrai que je n’habite pas dans une région où ils sont très présents. Mais il y a quelques années, quand je bossais sur Toulouse, j’y étais tous les soirs avec Diptéria, Paco et chourros; Sans parler des sorties fréquentes sur le Lot avec Daniel.

Quel poisson fantastique à pêcher,

A plus,

Patrick

Rien d’anormal à cela. Je suis comme toi, quand je me ballade en France, et que je pêche un peu partout, je prends pas mal de poissons blancs: chevesnes, gardons, rotengles, et autres poissons à la mouche, (brèmes), cela m’est facile. Mais si je suis sur une rivière à truite, j’en prends, mais beaucoup moins que mes partenaires de pêche.
Je pense qu’il y a deux raisons à ce fait: toute ma formation, mon éducation de pêcheur s’est faite sur des canaux et rivières de type “plaine”, (de Charente Maritime), où les truites ne sont pas légion, voire inexistantes. Même si plus tard, j’ai pêché des carnassiers: brochets, sandres, perches, toujours pas de truites. Leurs moeurs, leurs habitudes, les spécificités de leur pêche ne me sont pas familières. Cela tient d’évidence à nos lieux de vie. Il est évident que si tu habites dans le Marais Poitevin, tu verras moins de truites que si tu habites à Navarrenx.
La deuxième raison, c’est qu’il y a, j’en suis persuadé, en nous, une prédisposition, une facilité à appréhender plus facilement une espèce qu’une autre. Exemple: sur la Maronne, à Argentat, je n’ai eu aucun problèmes à pêcher des ombres, alors que les truites: zéro. C’était la première fois que je rencontrais ce poisson, mais cela m’a semblé facile, à l’inverse de mes compagnons de pêche, ce jour là. Va comprendre !
En conclusion, je me suis fait à cet évidence, je ne suis pas, et je ne serais jamais un bon pêcheur de truites, je suis un pêcheur de chevesnes, et gardons . Et cela ne me traumatise pas. Du moment que je suis dans la nature, et à la pêche ! De plus, cela ne m’empêche pas de prendre quelquefois… une belle truite !

Mais comme il n’est jamais trop tard pour se perfectionner. Après cette sortie avec patpêche, où j’ai pu admirer sa technique, et prendre ainsi une belle et sympa leçon de pêche. Je vais me mettre à approfondir la pêche au black-bass. Et puis, comme dirait Patrick… Varions les plaisirs !

3 Likes