Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Projet de barrage sur l'Aulne, l'Hyères et l'Ellez dans le 29


#1

Bonjour à tous,
un projet destructeur de plus, déjà que l’Aulne n’est plus que l’ombre de lui même, la faute aux écluses et aux prélèvement d’eau, un projet est mûr: la construction de 3 bassins de retenus sur l’Aulne , l’Hyères et l’Ellez, pour plusieurs millions d’euros, tout ça pour baisser de qqs centimètres les crues à Châteaulin. Seront sacrifiés l’amont ces 3 cours d’eau, car la zone d’influence de ces bassins est énormes, on parle de plusieurs kilomètres… Amis pêcheurs mobilisé vous: https://www.ouest-france.fr/bretagne/chateaulin-29150/poullaouen-des-retenues-d-eau-pour-les-crues-de-l-aulne-5782182


#2


comme on peut le voir les zones d’influences sont ENORMES, c’est la fin des salmonidés et bien d’autres espèces sur ces secteurs… font pas les choses à moitié ces élus.


#3

Salut,
pour illustrer ce type d’aménagement voici une vidéo de simulation.


Effectivement on traite les conséquences, comme d’habitude… Mais ces BV bénéficient de programmes de restauration des milieux aquatiques + reconstitution du bocage. ça va pas vite mais ça a le mérite d’exister. Les BV concernés ne sont pas les plus dégradés de Bretagne, loin s’en faut; et il me semble qu’ils ont toujours été soumis aux inondations. Ces dernières ont lieu majoritairement près de la côte, les villes touchées (durement) sont sur ou proches des estuaires, zone sensible avec la conjugaison des phénomènes de marées…
On parle bien dans ces cas précis de protection de biens et de personnes.
Je n’ai pas encore vu passer d’étude d’impact sur ces projets…mais les temps d’inondation des zones sous influence de ces ouvrages ne seront pas important je pense. L’impact sur la faune sera limité à mon avis. Il y aura aussi un impact sur les fonctionnalités hydrauliques des zones humides (remblais pour construction des ouvrages), mais ces surfaces seront obligatoirement compensées, sur le même BV (normalement).
Je manque néanmoins de données/connaissances quand même pour crier au loup aussi vite… Si tu as ça en magasin?!
A+

#4

ces études sont à sens unique en général et n’ont qu’un but prouver que le projet est acceptable.
Il n’y a pas d’enjeu “inondation” , Châteaulin est inondé? quoi de plus normal pour une ville bâtie au bord d’une rivière d’avoir de temps en temps les pieds dans l’eau? Les dégâts sont réglés par les assurance, il n’y a pas d’autres pb.
Il y a une une commission parlementaires suite aux inondations de 2012 qui ont touchées la Bretagne, dans ses conclusions, cette commission mentionne que les effets des crues sont largement amplifiés par les médias, localement, on a le pieds dans l’eau, et après? Cette commission indique aussi, dans le cas de Châteaulin ( en 2012) que des barrages sont à l’étude mais que l’idée semble abandonnée et que de tout façon ces barrages sont peu efficaces.
6 ans plus tard, les élus chopent la compétence GEMAPI et ressortent les vieux dossiers (jugés inefficaces) qu’ils financent à grands coups de millions et détruisent ces cours d’eau.
Car l’effet des mises en charge sera catastrophiques pour ces milieux , déjà moribond, ils sont prévus pour des crues biennales, qui ces dernières années se répètent tous les 6 mois.


#5

Merci de ta réponse, le dimensionnement et la modélisation hydro sont des données importantes effectivement pour juger de l’impact.


#6

il est bien gentils l’écologue de service, quand il prétend qu’il n’y a que peu de salmonidé sur l’hyères, je suis prêt et pas que moi a lui prouver le contraire et sur place s’il le veut.
amis pêcheurs bretons mobilisont nous contre ces projets destructeurs,


#7

d’autant que si la volonté de lutter contre l’effet des crues est réelle, les millions sont là pour le prouver, une autre solution est toute trouvée: supprimer le canal sur lequel ne passe jamais aucun bateau, et reconnecter l’Aulne avec ses plaines d’expansion de crues, le remettre dans son lit.
C’est LA solution puisque elle permet de gagner sur TOUS les tableaux: lutte contre les crues, amélioration de la qualité d’eau, continuité écologique (anguille saumon), économique (grâce au dvlpt du tourisme pêche , l’Aulne redeviendrait une rivière mythique pour le saumon), la promenade au bord d’une superbe rivière (et non pas un canal) grâce au hallage, des économies de gestion d’un canal fantomatique, les économies de non création de ces barrages…
mais ça va pas plaire à une vingtaine de personnes qui ont créé une assos pour la sauvegarde du canal et qui font un lobbying du diable
Ce qui est choquant c’est que la commission parlementaire de 2012 dit clairement que l’effet des crues n’est pas si catastrophique, que les barrages sont inefficace , et pourtant…


#8

Bonjour,

Les aménagements de protection contre les crues sont très lourds au plan financiers si l’on veut qu’ils tiennent ou/et soient efficaces lors des très fortes crues. Donc les concepteurs font avec les budgets alloués et “ça pète” ou/et c’est dépassé à la première très forte crue que l’on qualifie d’exceptionnelle pour justifier la reconstruction des aménagements à l’identique ou leur choix s’ils ont tenu.

Au final ces aménagements coutent plus cher que les biens mal protégés construits là où ils ne devraient pas être … C’est pourquoi les Pouvoirs Publics/Assurances essayent parfois de racheter à des prix décents les biens sinistrés, mais les propriétaires refusent souvent. Donc on “aménage” ce qui est éminemment électoral …

à +


#9

30 000 € rien que pour l’étude, dont le principe est validé, comment l’Etat peut encore dire non alors qu’il laisse la collectivité engagé ces sommes , rien que pour l’étude…


#10

Re,

“Des ouvrages IMPRESSIONNANTS, huit mètres de haut et 65 m de large” ça ne fait pas très sérieux niveau article. On ne sait rien de la nature de ces études : études initiales, étude d’impact, ni où en est la procédure … Pas mieux en magasin ?

30 000 € pour quelques millions d’€ d’investissements, ne me choque pas : on voit souvent beaucoup plus, surtout quand il y a beaucoup d’amis, voire frères, qui grenouillent autour … Il me semble que pour l’inutile mare à canards de Sivens, destinée à l’irrigation de quelques amis maïsiculteurs et à donner un peu d’activité à la CACG, on était à beaucoup plus …

Pour le reste, il y a un maître d’ouvrage, une collectivité territoriale, apparemment le Département, qui a pris, ici, une décision d’aménagement que ne relève pas obligatoirement de ses compétences. Et la Puissance Publique, l’État, chargé du contrôle de légalité et de délivrer le ou les permis d’aménager au regard du respect des textes. Donc rien de choquant ! Ce n’est que le partage des compétences liés à une décentralisation que les collectivités territoriales trouvent insuffisante quand ça les arrange et pesante quand ça les arrange pas …
On ne peut pas pleurer que l’État se mêle de tout et vouloir tout de ce même État en lui demandant de se mêler de tout …

à +


#11

ce qui est choquant ce n’est pas la somme engagée, mais que la collectivité croit qu’elle a déjà carte blanche pour son projet délirant, sous prétexte que l’étude à 30 000€est validé, malgré les enjeux environnementaux, l’Etat n’a pas mis en garde, il n’a pas dit qu’il y avait bcp de chances que ce soit refuser (populations mulettes, saumon, truites etc…), la collectivité aura beau jeu de dire quelle a déjà trop investi pour accepter un refus…


#12

Re,

Pourquoi mettre en garde ? Les chargés du projet au niveau départemental sont des benêts qui ne connaissent rien au Droit de l’urbanisme ?

Concrètement au niveau procédure, il en est où ce projet ?

à +


#13

diagnostic environnemental, autant dire ficelé, y’a plus qu’à mettre du papier cadeau autour, si les pêcheurs, car il n’y aurait guère qu’eux à se mobiliser, ne se font pas entendre, s’en est fini de l’hyère , de l’Ellez et de l’Aulne. Déjà que l’Odet va en prendre plein la tronches avec une vingtaine de ralentisseurs construits sur son cours…


#14

Contre les crues mon œil, je verrai plus pour l’agriculture :hot_face:


#15

ça fait partie des secteurs les plus humides de Bretagne, je pense pas qu’il y ait des besoins d’irrigation, je pense que les élus ont 2 objectifs: 1 - lutter contre l’effet des crues à Châteaulin (qu’on sait amplifiées par le canal), 2- pérenniser le canal au lieu d’un rivière vivante, canal dédié à une navigation fantomatique, canal qui coûte une blinde à la communauté en entretien , bref le canal est la cause de tous les problèmes… des élus aveugles.


#16

pour l’instant c’est l’immobilisme des pecheurs qui prime, je suis abattu,desespéré.


#17

côté Finistère, c’est sûr ça bouge pas bcp, je pense que la fédé est bien trop confiante dans le fait que les services du préfet ne laisseront pas flinguer la population de mulette perlière de l’Ellez, car si le barrage se fait s’en est fini des mulettes. A mon avis, la collectivité s’en fout totalement, comme des populations piscicoles (truite et saumon en tête), et le Préfet, comment dire… c’est le Préfet. Par contre, côté côtes d’Armor, si ça bouge pas encore, c’est parce qu’à mon avis , ils prennent juste connaissance du dossier, et la , ça risque de pas plaire, parce que l’Hyère va prendre une sacrée claque, et l’Hyère , il n’y a que dans le 22 qu’elle ressemble à une rivière.
Mais au delà du cas de l’Aulne, Hyère et Ellez qui seront foutus, on peut aussi parler de l’Aulne canalisé qui sacrifie probablement un des plus beau secteurs à saumons de France, de l’Odet qui va être défiguré par les barrages, de l’Ellé, Isole , Laïta, du Queffleuth avec un projet de pls barrages à l’étude, de l’Elorn?


#18

oui rico ,mais ur l’élorn, ils vont tomber sur un sacré os,tu connais l’aapma?


#19

il y a moins de risques sur l’Elorn, mais dans les autres cas…, ça va bientot être la misère dans le 29.


#20

ben si les pecheurs laisse leur terrain de jeu aux technocrates,techniciens etc, c’est tres mal parti.pour l’instant ,et je suit tous ça de prêt ,rien n’y personne ne bouge.
quand je vois aussi bien sur le 29 que sur le 22 le nombre de pecheurs en saison ,je me dit que les amenageurs ont de beaux jours devant eux.