Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Slovénie, Croatie et Bosnie


#85

Hé John du calme ! ou à tu vu que je prenais position pour quoi que ce soit ? tu change pas d’un forum à l’autre tu tranche, tu taille et basta, c’est vraiment pas une façon de faire ça aller je me casse de ce post ça va encore mal tourner.

Yves


#86

Moi aussi j ai fais un peu de salmoniculture intensive et extensive… je me suis pas toujours éclaté lol

Autant en intensif les poissons sont marqués mais je me rappel avoir sorti des poissons en bassin en terre très peu chargés au m3 avec de bon géniteurs et les poissons avait une super conformité.

Quand on regarde la photo postée plus haut le bassin pourrait faire des choses sympa…

J ai vu une fois des ombres issu de pisci et ils étaient parfaits.

Donc on peut s interroger meme si les poissons sont nickel a mon avis :wink:


#87

@Yves
Je te casse pas du tout :wink:, je te dis juste que sur une rivière sur la Ribnik qui est pavée de salmo de souche a priori autochtone, ca sert absolument a rien d’en rajouter comme malheureusement celà se pratique sur plein de rivière touristique des balkans.

A+
J


#88

Bonsoir,

Tout à fait john78 : le tourisme-pêche des troupes italiennes et austro-hongroises durant le Premier Conflit Mondial avait été dramatique pour les rivières de Slovénie et de Croatie ! Pas de no-kill : la pêche à la grenade était le moyen d’approvisionnement des troupes. Sans parler des civils qui pêchaient au filet et autres pour eux et pour approvisionner les troupes.

Le seul élevage connu étant à l’époque celui des fario et AEC, les repeuplements s’étaient faits, entre les deux guerres, avec ce qu’on avait.

Idem pour le le Second Conflit Mondial.

Source : M. Svetina, M. SVETINA. Directeur du Service des Pèches et de Pisciculture de Slovénie qui a entamé les programmes de restauration des espèces autochtones à partir des années 1960

Rebelote plus localement (Bosnie et Croatie) pour les conflits des années 1990.

à +


#89

Je n’ai pas eu le loisir de connaitre M. Svetina en 1960 mais par contre depuis il y a un site web bien foutu des scientifiques du Balkan Trout Restoration Group qui regroupe toute les initiatives et recherche récente sur les truites locales

www.balkan-trout.com

Je cite :

Il semble relativement clair que se ne sont pas les guerres qui sont responsables principalement de la disparition de la truite marbrée en Slovénie, mais bien les alevinages en salmo non-autochtone qui ont atteint un pic dans les années 80. Les guerres et l’occupation ont quand même le dos large sur ce sujet aussi…

A+
J


#90

Non Yves, pour moi ce n’est pas peut être, c’est sûr.

Bien sûr, Nut, où il y a de la pêche intensive et de grosses population de poissons, il y a recours à support, c’est logique.

Ce n’est pas ce que disent les locaux en tout cas et la pisciculture et les alevinages aujourd’hui permettent de remettre les espèces autochtones à leur place ou à peu près.


#91

un vrai tu l’amour ce john.

Et sinon les balkans pour la pêche c’est bien ?

A chaque voyage je me fais des trip sur la pêche en nymphe a vue alors que c’est souvent la seche a vue qui est la plus marrante des pêches.


#92

C’est une introduction d’espèce due à l’homme tout comme le silure le black bass en France ou la truite en NZ ou Argentine ou même les steelheads ds l’est des US. Soit on considère que l’introduction est nocive soit non. Je ne comprend pas ta sélection d’espèce " à la carte" meme si en apparence l’ombre sur la Dordogne c’est “sympa” et le silure moins. Épargne nous tes “nuisances” pour d’autre espèces. Les ombres ont certainement également modifié l’écosystème de la Dordogne peut être invisible pour nous


#93

Sur la Dordogne, il y avait des truites farios ; elles sont toujours là et la souche n’a pas changée.

Et le saumon. Il a disparu mais bien avant l’arrivée de l’ombre. Donc, cette introduction n’a pas boulversé les populations de salmonidés autochtones.

Pour la Slovénie, bien sûr que c’est une pêche totalement artificialisée à grand renfort d’alevinages. Comme le dit Didier, c’est sans doute partout comme ça dans la région. Celà n’empêche pas de prendre du plaisir à la peche dans ces rivières mais il ne sert à rien de le nier.

Fred


#94

I[quote=“fly.only, post:93, topic:3425”]
Donc, cette introduction n’a pas boulversé les populations de salmonidés autochtones.
[/quote]

Ok donc c’est bien une introduction à la carte.

Voici un article intéressant

L’ombre commun (Thymalus thymalus L.) est naturellement présent dans le bassin du Rhône et du Rhin mais il a été introduit dans la plupart des rivières de France car il est très apprécié par les pêcheurs (en particulier les pêcheurs à la mouche) pour sa combativité. Son introduction n’a pas été sans conséquences car comme pour la plupart des espèces introduites, il apporte une concurrence trophique qui peut déstabiliser les populations autochtones.

Source: Barbat-Leterrier A., Guyomard R. & Krieg F., 1989. Introgression between introduced domesticated strains and mediterranean native populations of brown trout (Salmo trutta L.). Aquatic Living Resources, 2, 215-223.


#95

Re,

On lit tes commentaires : 1906 !

Et le front de 14-18 était sur la Soča (Isonzo) avec 12 batailles très meurtrières entre 1915 et 1917. Un million de “touristes-pêcheurs” des deux bords, avec le peu de moyens logistiques de l’époque dans cette zone difficile, qui devaient se nourrir comme ils le pouvaient ! Ça a dû secouer les rivières du coin !

L’introgression est donc bien ancienne au point que certains s’en étaient alarmés dès les années 1960, dont M Svetina qui avait pas mal publié … et en anglais. Le Balkan Trout Restoration Group et d’autres continue le combat. C’est l’essentiel !

à +


#96

Définitivement oui !
Pour moi c’est sûr j’y retournerai. J’ai trouvé des rivières magnifiques peuplées de poissons qui m’ont convenus. C’était le but du voyage et j’en suis ravi ! :smiley:


#97

@Ben, la concurrence trophique n’est rien en comparaison avec les hybridations inter spécifiques (style marmo X fario) ou intra spécifique (entre souches d’ombres ou de truites) induite dans les balkans par les lâchés de poissons de pisciculture.

Il n’y a qu’à voir les efforts qu’il faut faire pour retrouver une population de marmo à peu près pure dans les coins où il y a de la fario.

Mais bon, avec l’arc, ils ont aussi bien réussi la concurrence trophique entre espèces. Sont très forts les gestionnaires de ces pays.

Et entre une espèce, l’ombre, qui prend quelques insectes aux truites et les farios qui bouffent directement les ombres, je ne sais pas qui est le plus à plaindre entre les deux. Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’au final, l’introduction de l’ombre sur la Dordogne ait profité aux truites qui ont depuis une nouvelle source de nourriture dans leur environnement immédiat. Faute d’étude scientifique sérieuse, impossible de tirer des conclusions.

Fred


#98

Bonjour, il faut bien différencier la gestion entre la plupart des rivières de Slovénie et la Ribnik. D’un côté alevinage massif, de l’autre quand j’y suis allé il y a 2 ans, je n’en ai pas vu, ce n’est pas pour cela qu’il n’y en a pas eu avant. Retourne y Didier, je pense que tu verras une grande différence depuis 2008.


#99

Et j’y retournerai avec plaisir Yannick mais accorde moi le fait que s’il y a une différence c’est sur la fréquentation de pêcheurs qui a sacrément augmentée depuis.

Effectivement, sachant qu’il est souvent impossible (sans examen scientifique) d’identifier à coup sûr un hybride d’une véritable marmo.


#100

Oui en effet… quand ça commence à toucher à l’hybridation ça craint. Je pointait du doight l’intervention humaine sur l’introduction de l’ombre, (ou n’importe quel autre espèce que ce soit poisson ou non d’ailleurs).

Au même titre, la NZ ou Chili sont devenus par exemple, des destinations parmis les plus prisées "grâce " à l’introduction. Autres exemple plus proche, Mequinenza avec le silure ou black bass, incontournable pour tous les amateurs de carna. en Europe.


#101

Bonjour,

je me suis rendu à deux reprises en Bosnie et en particulier sur la Ribnik il y a de cela quelque temps.

Je prenais des truites de robes fort différentes. Beaucoup avaient la partie inférieure de la caudale râpée.

Qui aurait visiter la pisciculture située à l’amont du parcours? Produit-elle uniquement des arcs en ciel? Pourquoi les peuplements sont-ils très inférieurs en aval de la confluence?

Bref, je suis plus que dubitatif quand j’entends dire qu’il n’y aurait aucun apport de poissons sur ce parcours si populaire, si fréquenté.

Bonne journée,

Chris


#102

On m’aurait menti… les rivières des Balkans ne seraient pas ces joyaux inviolés, débordant de poissons sauvages et péchables à prix discount.
Je suis déçu :rofl::rofl::rofl:


#103

Il n’y a pas de miracle…
Dans tous les pays de l’est qui exploitent sur le plan touristique leurs possibilités halieutiques, le rempoissonnement est la règle. Avec plus ou moins d’intensité, mais généralement avec des poissons de qualité.
Même sur l’Ybbs en Autriche où la pêche coûte un bras j’ai vu des lâchers d’ombres…
Et les pêcheurs se bousculent pour ces destinations. En France, si la mentalité des pêcheurs évoluait, avec une pêche no-kill raisonnée et acceptée, dans beaucoup d’endroits nous pourrions avoir les plus beaux sites de pêche d’Europe, compte-tenu de la variété des rivières et paysages. Ce ne serait plus la pêche démocratique pour tous, mais ne vaut-il mieux pas aller beaucoup moins souvent à la pêche, avec une quasi certitude de s’amuser, que d’errer très souvent au bord de rivières vides ou peu s’en faut. Et nous dépenserions nos Euros chez nous! C’est toute l’organisation de la pêche qu’il faudrait revoir…


#104

Je suis tout à fait d’accord avec toi.

Nous avons sans doute compris que pour apprécier quelque chose, il fallait y mette un certain prix. Normal de payer une dizaine d’euros une place de cinéma pour certains mais il serait indécent de payer ces 10 euros pour une journée entière de pêche, cela doit être libre !

Merde, pourquoi je ne pourrai pas aller au ciné gratis, alors ?

Seulement, en France, c’est structurel et culturel d’être réfractaire à ce système et nous devons donc accepter que ceux là ne pensent pas comme nous.