A deux mains si vous le voulez bien!

Bonjour à tous,
Un petit retour sur quelques saisons de pêche de la truite avec des cannes à deux mains, qui je l’espère, pourra aider de nouveaux pratiquants.

Les rivières : La pêche de la truite avec une canne à deux mains (Spey Trout) ne fait de sens que sur des rivières suffisamment larges et pas trop profondes. Les deux techniques principales sont la pêche avec un train de mouches noyées ou la pêche au streamer. Il est aussi possible d’utiliser ces cannes pour une pêche à distance avec un indicateur (THINGAMABOBBER) et des nymphes plombées mais ce n’est pas ma technique de prédilection.

Les cannes « Spey Trout » font entre 10’6 et 12’ et couvrent des soies de puissance #2 à #5 (norme « deux mains » soit 3 numéros de plus que la norme une main : Deux Mains (DH) #3 = une main(SH) #6).
Les plus polyvalentes étant les soies de #3 & #4 qui correspondent donc à une soie une main #6 et #7. Plus la canne sera longue plus vous pourrez lancer loin et maitriser la dérive, mais attention une canne longue (12’) et moins maniable et ne sera pas forcément un avantage sur des rivières de tailles moyennes ou pour le streamer. Une longueur d’environ 11’ est assez polyvalente.

Les soies : ils existent beaucoup de modèles dans le commerce et on peut aussi « construire » ses propres lignes (voir les différents articles sur le site). Il y a des grandes familles de soies, les soies avec un profil triangulaire avec un long ventre décalé vers l’arrière (type Rio Single Hand Spey, Lee Wulf), les soies Switch qui sont assez similaires aux précédentes mais avec un ventre plus compact, les soies Scandi et finalement les Skagits qui sont courtes et trapues. N’importe quelle canne peut lancer n’importe quelle soie du moment que le poids correspond à la puissance de la canne. La technique de pêche visée va déterminer le type de soie à utiliser. Pour faire simple si vous voulez pêcher avec un train de noyées vous pouvez utiliser n’importe quelles soies citées ci-dessus sauf les Skagit, pour le streamer c’est l’inverse.
Les soies Scandi et Skagit peuvent êtres d’un seul tenant (comme les soies à une main) ou composées d’un running/shooting line et d’un fuseau. L’intérêt d’avoir une ligne « composée » c’est de pouvoir changer de fuseau pendant la partie de pêche sans trimbaler plusieurs moulinets (Scandi / Skagit) et cela permet d’économiser un peu car un fuseau et moins cher à l’achat qu’une soie complète. Cela permet aussi d’avoir des têtes de poids différents si on a des cannes de différentes puissances avec un seul moulinet. Cependant une ligne complète et plus simple à gérer et permet parfois de pêcher « court » plus facilement car il n’y a pas de raccord dans les anneaux.

Quelques mots sur les « running line » ou « shooting line ». Les running en nylon (type fil de pêche) sont pas chers et permettent de lancer loin (petit diamètre et peu de frottements) mais par contre ils ne sont pas vraiment confortables et ne permettent pas non plus de bien guider sa dérive (mending). Je préfère les running avec une âme tressée et un « coating » qui ressemble à des soies de petit diamètre.

Le moulinet : Comme pour la pêche à une main ce n’est qu’une réserve de fil mais il doit pouvoir accueillir des soies, qui dans le cas des skagits, sont volumineuses. Il est important qu’ils équilibrent bien la canne. Pour des cannes truites (#3 ou #4) de 11’ à 12’ un poids à vide autour de 170/180g fera parfaitement l’affaire (ex les anciens Loop XACT 8/12 en composite). Il est préférable de prendre des moulinets à bâti fermé (full cage) pour éviter que le running se coince entre la bobine et le bâti.

Passons maintenant à des exemples concrets.

Pêche avec un train de mouches noyées.
Personnellement j’aime utiliser des cannes de puissances #3 (ou #4) pour cette pêche.
Je préfère utiliser des soies complètes (Rio Single hand Spey ou Airlo Switch Float ou Chinoises modifiées…) plutôt qu’une ligne composée. Au bout de ces soies j’ajoute un poly/versi leader de 7’ intermédiaire ou coulant.
Le coulant permet de pêcher un peu plus creux mais aussi de ralentir un petit peu la dérive.
Au bout de mon poly-leader je place un micro-anneau ou un micro-ardillon qui me servira à ajouter mes pointes. Ensuite je fais mon train de trois mouches avec du 22 centièmes fluo-carbone en mettant environ 70cm entre chaque mouche. A noter que j’utilise des grosses mouches toute la saison, hameçon de 10 en moyenne.

Exemple de configuration :
Canne HOH Trout Spey 11’3 #3 ou Redington Hydrogen 11’3#3
Moulinet « large Arbor » grande capacité taille 9/10 (en une main).
Soie Rio SHS #6 (Tête de 10m40 ~ 34’) ou Airflo Switch Float #3 (Tête 8 m ~ 26’).
Poly leader 7’ + train de mouches.
Attention, lorsque vous débuterez, il n’est pas évidement d’utiliser une soie avec une tête longue.
Dans tous les cas il faut éviter de dépasser 3x la longueur de la canne.
Dans l’exemple ci-dessus la 26’ sera plus facile à lancer que la 34’.
C’est souvent pour cela que l’on a tendance à débuter avec des Skagits qui en plus s’utilisent majoritairement avec un ancrage dans l’eau « waterborn anchor» et nécessitent pas d’avoir un timing parfait. Cela permet de pêcher rapidement sans trop d’apprentissage mais ce n’est probablement pas la meilleure stratégie. Avec le recul il me semble bien plus judicieux d’apprendre le « single spey » avec une soie relativement longue (par rapport à une Skagit).En effet, qui peut le plus peut le moins.

Pêche au streamer.
Les cannes #3 et #4 permettent de pêcher sans problème avec des streamers pas trop lourds. Si vous voulez envoyer des streamers volumineux et plombés, les jours venteux, vous pouvez monter jusqu’à une canne #5. Cependant si vous prenez des truites de 30cm avec une canne de #5 ça risque de ne pas être très fun, la canne étant un peu surdimensionnée.
Pour cette pêche j’utilise des Skagits (Running + tête) de préférence (même si une Scandi peu envoyé un streamer léger). J’utilise différentes longueurs de têtes. Sur une rivière moyenne avec des postes marqués je vais préférer une tête très courte (11’ ou 14’ comme les anciennes Rio Max Trout ou les OPST commando). Cela permet de viser au plus juste les spots. c’est le cas aussi sur les rivières avec une végétation qui débordent sur l’eau. Sur les rivières plus larges ou pour « swinguer » un streamer j’utilise des têtes plus longues 17’ à 20’ qui ont un posé plus délicat (tout est relatif avec une skagit).
Pour compléter la tête Skagit j’utilise un « TIP » Mow Tip (Rio) ou un T-Flo (Airflo) d’une longueur de 10’ plus ou moins plongeant. Comme pour la noyée je place au bout de ce « tip » un anneau ou un émerillon soit directement sur l’âme soit au bout d’un nylon avec une boucle dans boucle. Ensuite j’ajoute entre 1m50 et 2 mètre de 25 centième de fluo-carbone et j’attache mon streamer avec un nœud type « rappala» pour qu’il est un maximum de liberté.

Exemple de configuration :
Canne HOH Trout Spey 11’3 #3 ou Redington Hydrogen 11’3#3 (comme pour la noyée).
Moulinet « large Arbor » grande capacité taille 9/10 (en une main).
Skagit courte (11’ à 15’) ou Skagit longue (17’ à 22’).
Tip 10’ (Mow, iMow, T-Flo, etc…).
1m50 à 2m de 25 fluo-carbone + Streamer (Lapin, Bucktail (mes préférés), intruder, …).
L’utilisation de Skagit très courtes nécessitera d’avoir des mouvements très compacts et lents pour ne pas perdre l’ancrage.

Et pour finir quelques remarques sur les modèles de cannes que j’ai utilisé ou que je possède (certaines ne se font plus mais on peut en trouver d’occase).
JMC Trout Spey soie #2 → Canne très légère pour une pêche en noyée light.
Redington Hydrogen 11’3 #3 → Canne assez nerveuse mais très légère.
HOH Trout Spey 11’3 #3 en 6 brins → Charge en profondeur, Super pratique en 6 brins (permet de transporter la canne pour alterner une main et deux mains sur un même journée), c’est celle que j’ai le plus utilisée cette année.
Redington Hydrogen 11’6 #4 et Claymore 11’6 #4. → la Claymore est plus lourde que l’Hydrogen et fait plus cossue. Mais j’aime beaucoup l’Hydrogen qui est super polyvalente.
G. Loomis IMX-Pro 11’11 #5 → très puissante, à réserver à nos grosses mémères. Elle fait presque 12’ ça se sent.
Shakespeare Switch 11’ 6/7 (qui est en fait une #5) – Rapport qualité prix imbattable. Action de pointe.
Il y en a bien entendu plein d’autres mais je n’ai pas eu l’occasion de pêcher avec :wink:

Voilou.
A+
Fred

9 Likes

Merci pour cet apport pratique et théorique. J’ai justement fait une demande sur Gobages pour une Hydrogène. Wait and see !

Bonjour Fred
Merci pour votre propre retour d’expérience sur les techniques de pêche en Trout spey avec des des cannes micro switch mais pour être franc je ne partage pas l’intégralité de vos propos, apres chacun étant libre d exprimer ses expériences …
Pour échanger et confronter nos visions differentes sur le profil des rivières la puissance des cannes la longueur des têtes des « soies » et autres… gobages à un outil vraiment efficasse et productif en plus du forum, c est outil qui se concrétise par les week end deux mains organisés tous les ans, si vous avez la possibilité d y participer il serait intéressant d aborder concrètement ces sujets à plusieurs au bord de l’eau canne en main, de plus cela donne la possibilité de tester d’] autres matériels et de partager sur les techniques de pêches et de lancers.
.Merci à Gobage d avoir été pionniers et d être toujours aussi impliqué i dans la mise en lumière de cette technique avec les premières vidéos mises en lignes il y a quelques années et l implication de personnes comme vous qui font part de leur expériences., Ceci étant je dois bien avouer pour ma part de ne pas avoir fait avancer le sujet sur votre post si ce n est l intérêt que lui porte mais il vrait que débattre sur les sujets que vous avez abordé demanderait à minima un Week end.

Mais pour évoquér le premier sujet que vous, abordez je me permet de poser une question, pourquoi ni aurait-il qu un intérêt à pecher en trout spey que les rivieres larges et peu profondes ( encore faudrait il à définir ces deux données) sachant que ce materil nous permet d evoluer de 10m à… et sachant que l on peut faire évoluer ces mouches, stream… sans lestage dans une colonne d’ eau rivière de 2m ? , sachant que cette technique peut être mise en application en lac comme en réservoir tout comme en bord de littoral pour la peche des mulets, bar loup ect…

1 Like

Bonjour JJM

Comme tu l’as bien noté c’est un retour d’expérience que j’ai voulu synthétique mais qui n’est pas exhaustif.
Concernant le type de rivière j’ai en tête celles de ma région, les alpes, donc l’Isère en 1ere et en seconde, le vieux Rhône, l’Ain, le Drac, l’Arc, la basse Romanche, la Durance et il y en a certainement pas mal d’autres. Il y a aussi toutes les rivières en Europe que j’ai pratiquée a une main ces 25 dernières années que j’essaierai bien à nouveau a deux mains les Balcans, Suède, Norvège, Pays de Galle,

1 Like

Cela doit bien faire plus de vingt ans que j’ai commencé à faire des essais de cannes à deux mains pour soies légères, après avoir vu Claude R. lancer sur la Dordogne. Il utilisait une canne Guy Plas de 13’. J’en ai une toute pareille mais elle a été mal habillée par … on dira X avec des anneaux de type anneau de départ tout le long, et sans respect pour l’épine de la canne, il faudra que je la rhabille complètement car la fibre (Diamondback) est excellente en elle-même. J’ai d’abord pêché avec des têtes de lancer bricolées comme celles que l’on utilisait pour le saumon : une tête de 20-22 grammes prise sur des soies DT 11 ou 12 quand on en trouvait encore en Angleterre en « pas cher », et une running line prise sur la partie parallèle d’une WF7, le tout relié par le système de la « chaussette » qui permettait de changer de tête de lancer (flottante ou non). J’ai pris mes premiers saumons avec ce système. Puis sont apparues les soies très spécialisées. Mais pour la truite à deux mains rien ne vaut les vraies Spey Cast, qui ont un posé nettement plus délicat pour la pêche en noyée. Depuis je monte des blanks Toray chinois. Oui, je sais, c’est pas bien, mais Messieurs les Importateurs qui se goinfrent je veux bien acheter du français au prix français, mais pas du chinois au prix français. Même chose pour les moulinets : retrouver sur un catalogue français à 125 euros un moulinet que l’on trouve en Chine à 32 euros (prix client), cela fait cher du logo rajouté!.
Je préfère les vraies cannes à poignée Spey plutôt que les switch, c’est pourquoi je monte moi-même à partir de blanks nus. La seule difficulté c’est de trouver du beau liège, et là encore on ne trouve du bon liège - portugais - que sur des sites chinois, un comble!

5 Likes

Merci pour ce message ! S’il n’est pas exhaustif comme vous dites (et ce serait bien compliqué en quelques lignes) il a l’immense mérite d’être clair, détaillé et d’aborder les différents aspects techniques en plus du matériel. Donc à nouveau merci !
Concernant la technique « trout spey » j’avoue un énorme coup de cœur pour ce mode de pêche, à tel point que je ne pêche maintenant quasiment plus que comme ça : je ne peux plus être sur la rivière (la Dordogne pour ma part) suffisamment souvent pour cibler les éclosions qui sont il me semble de plus en plus sporadiques, et une canne à deux mains en rivière large permet de prospecter même par « temps calme ». Et s’ajoute à cela l’énorme plaisir des lancers Spey, et l’impression d’être à nouveau un débutant avec tout à apprendre/comprendre.

1 Like

Bonsoir Clem05,

Je partage complètement tes remarques.

Que ce soit sur sur la possibilité de pouvoir pêcher (presque) quand on veut (sans attendre les conditions parfaites qui cette année … ne sont jamais arrivées), le plaisir d’apprendre une nouvelle technique (qui permet par la même d’enrichir aussi la pratique à une main) et le plaisir de lancer qui même en l’absence de prise a quelque chose de magique.

A+
Fred

1 Like

Le seul inconvénient est qu’il existe énormément d’information en ligne au sujet du matériel et des différentes techniques, mais tout ou quasiment tout est en anglais. Un bon point de départ pour moi est d’oublier les numéros de soie auxquels nous sommes habitués avec une canne à une main, et de raisonner en grains, qui est une unité largement partagée par les fabricants des cannes et des soies trout spey. Et de ne pas s’arrêter au grain près quand on veut associer une canne et une soie ou shooting head ! Les cannes modernes ont une plage de tolérance assez large, et acceptent des variations de 30 à 60 grains assez facilement (soit presque 4 grammes de variation dans le poids du shooting !).
@FredG par curiosité quel nylon est-ce que tu emploies pour pêcher en noyée ? J’utilise du maxima chameleon en 15, suffisamment raide pour que la potence ne s’emmêle pas. Je me demande depuis quelques sorties s’il n’est pas un peu trop raide justement, et empêche un’‘ n peu les mouches en action de pêche ?

Bonjour

Pour la truite j’utilise du fluocarbon en 20 ou 22 centièmes de chez decathlon. Compte tenu que je peche avec des noyées en hameçon de 10 ca va bien et ca evite beaucoup les problèmes.

Cordialement

1 Like

Bonjour et merci pour la suggestion, je vais me pencher sur les fluoro de Décat’ !
Petite astuce pour ceux qui pêchent au streamer avec un shooting Skagit : il est tout à fait possible de mettre un polyleader / versileader à la place d’un tip après le shooting. On gagne largement en discrétion et qualité de lancer. La tête Skagit se transforme en quelques sortes en ventre de scandi multi-tip un peu costaud.
Deux choses à savoir : il faut un polyleader de type Saumon, de 10 pieds au moins, pour équilibrer le système.
Pour ceux qui utilisent une tête Commando d’OPST, il faut attacher la tête à l’envers, càd le bout le plus épais connecté au running line.
La configuration que j’ai pu tester et qui marche très bien sûr des streamers moyens :
Canne Redington hydrogen #3 / SH OPST 220 grains / versileader Rio saumon 10pieds fast sink (de mémoire 75 grains). Ça envoie bien, précisément et surtout beaucoup plus discrètement qu’un ensemble Skagit + tip !

Bonjour

Concernant le poids des soies et le type Peter Charles de la chaine youtube hooked4lifeca vient de sortir une serie de vidéos sur le lancer spey très intéressante. C’est en anglais mais pour ceux qui ne maîtrise pas la langue de shakespeare vous pouvez activer les sous titres en traduction automatique. Dans l’épisode #2 il explique la différence entre les soies et le « poids utile » des soies. Bon visionnage !
A+

Bonjour. Je suis venu à la « deux mains » par nécessité: autant mon premier voyage saumon s’était bien passé sur la rivière dégagée où l’on pouvait pratiquer à une main ou en DH overhead, autant l’année d’après sur les mêmes pools, avec l’impossibilité de s’avancer, avec la végétation juste derrière les épaules, ce fut très limité. J’ai appris, j’ai fait ce qu’il fallait dans ce but, et les stages Gobages sont super pour cela. Maintenant dès que je sors des ruisseaux tarnais c’est pour utiliser les switchs ou DH. De l’ablette (#2) au silure (#10) en eau courante de préférence mais j’ai pris du brochet en gravière.
En ce qui concerne le trout spey (je me force à utiliser tous ces mots anglais), je tiens compte des indications du fabricant, mais j’essaie un maximum de soies, et celle qui me convient n’est pas forcément celle qui paraissait la plus adaptée sur le papier… D’ailleurs j’en ai qques une que le copain J2M vient de me passer qui vont voir l’eau bientôt ! Je me souviens il y a peu de temps avoir fait pitié à l’un de mes formateurs qui m’a vu merdoyer avec une soie qui remplissait pourtant tous les critères… Donc, pour telle canne, une ou deux soies qui ME vont bien. En noyée je pêche à deux mouches, parfois une seule; bas de ligne en deux brins, voire monobrin, pointe en 16 mini, sinon 20 le plus souvent, de fluoro basique Decath, qui va très bien pour le saumon aussi.

3 Likes

Bonjour, je vois 2 produits, dont Soft, et jamais d’indication de force de rupture/diam .
Quelle différence(réelle) entre soft et le 1er ?
Merci par avance pour vos infos .

C’est ce qu’il faudrait faire à chaque fois dans l’idéal, mais c’est rarement possible. Le poids de la soie ou tête de lancer va faire changer l’action de la canne : mettons que pour une canne de 250 grains j’utilise une soie de 215. La canne va travailler dans la partie supérieure du blank, ce qui peut beaucoup mieux convenir à mon style de lancer qu’une soie de 250 ou pire 275 grains qui va plus charger et faire travailler l’intégralité du blank.


Voilà ce que j’appelle le fluoro basique

3 Likes

Tout le monde en dit du bien de ce fluoro, faudra que tu m’en Laisses une petite longueur que je teste ça en nymphe pour voir… :wink:
En début d’année ? :grin:

1 Like

:+1:
Pareil, j’ai eu aussi de très bons retours sur ce fil !!

1 Like

Patpeche me l’a fait adopter …avec satisfaction.

1 Like

C’est mon fil de prédilection pour le bonefish…c’est dire :wink:

1 Like

Idem :blush:, depuis 2 ans, quand une bobine de stroft se finit, je passe sur ce D4, sans souci, voir bonheur au vue de la facilité de disponibilité et du prix.

Bon, il vient de changer cette année en étant plus souple sur les petits diamètres et raide sur les grands.

1 Like