Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Peche mouche - Gobages.com

Barrage et agriculture

Bonjour vu sur faceboock
Sans doute certains d’entre vous avez eu l’information.

Barrages et agriculture : les deux mamelles de la régression dramatique de la biodiversité de nos rivières.

Futura-Sciences: Biodiversité : 88 % des gros animaux d’eaux douces ont disparu en 40 ans.

Fred

1 J'aime

Un ensemble de photographies sur une France sans agriculture, un livre époustouflant que je recommande vivement

https://livre.fnac.com/a12622624/Stephane-Durand-20000-ans

1 J'aime

La septième extinction de masse sera la notre.
Même avec tout l’or du monde, on y passera tous.
A moins que ! Il faut garder espoir

bonsoir
Après le livre de Fred VARGA: humanité en péril, puis actuellement : Hubert REEVES : le banc du temps qui passe , c’est avec plaisir que je ferais l’acquisition de cet ouvrage
Merci pour cet échange

1 J'aime

Bonsoir,

Le lien de @JPC56 me renvoie sur une erreur 404 alors que je lis très bien le lien de @fly.only

Suis-je le seul dans ce cas?

Un ensemble de photographies sur une France sans agriculture, un livre époustouflant que je recommande vivement

https://livre.fnac.com/a12622624/Stephane-Durand-20000-ans
noté!

1 J'aime

Bonjour à tou(te)s,
j’écris ce message comme on jette une bouteille à la mer car l’espoir fait vivre.

Le Haut Allier vit en ce moment même une catastrophe écologique majeure avec la mise en péril des actions menées par le conservatoire national du saumon sauvage.
Cette catastrophe porte deux noms :

  • Déconstruction du barrage de Poutès et déversement des alluvions dans l’Allier la rendant marron et impropre à la pratique des activités liées à l’eau.
  • Cyanobactéries liées à la pollution du lac (de barrage) de Naussac (du fait d’une pollution du CHapeauroux).
    Pour ceux qui ne connaissent pas ces rivières, ce sont de fabuleux endroits ou ombres et truites sauvages farouches se méritent après une approche ultra technique t une pêche irréprochable bref du bonheur en barre avec plus de capots que de résultats (mais on s’en fiche).

Les autorités concernées sont informées et … ne font rien à part inviter les pêcheurs à :
1/ ne pas consommer leurs prises (avis aux viandards)
2/ pêcher en amont de Poutès

Ci dessous quelques liens édifiants

Merci de partager les amis pour moi je vais re commencer à vomir …

Amicalement

Renaud

Avant de parler de catastrophe majeure, il faudrait avoir des chiffres, des données, des faits.

  • Parce que sous Poutes, la valeur écologique de l’Allier était déjà très amoindrie, en cause le débit réservé et le pavage du lit (presque plus de transit sédimentaire). Le problème des vidanges et autres « transparences » de ces barrages est connu, c’est moche, ça pue, ça fait pas du bien au milieu, mais la résilience des systèmes est généralement rapide…
  • Quand aux cyanobactéries, se sont des organismes photosynthétiques, donc de surface, la prise d’eau de Naussac étant sous 30m d’eau, soit j’ai pas compris le message, soit il y a un sérieux soucis dans le raisonnement.

Et soyez pas trop gourmand quand même, parceque les 10M3 de flotte a 12°C qui sorte de Naussac pour alimenter l’Allier, y a un paquet de rivière en France qui en aurait bien besoin et qui crève a petit feu (si c’est pas déjà fait) dans cet été interminablement sec…

A+
J

4 J'aimes

John,
Je collecte mes informations auprès de techniciens des Fédérations de pêche 43 et 48 qui me confirment bien ce que j’affirme.
Si la résilience des milieux est une certitude, le problème posé n’est pas la permanence de la situation mais sa gravité.
En effet, Naussac est le seul réservoir d’eau à cette période qui a la capacité de maintenir le débit de l’Allier pour contribuer au refroidissement des centrales nucléaires sur le Loire.
Je veux bien entendre la prise d’eau sous 30 mètres etc … toutefois, mon message est le suivant :
Les pollutions engendrées par la vidange de Poutès et le soutien du débit par Naussac (et qui ne sont que temporaires si on suit votre raisonnement) impactent de façon majeure le biotope actuellement.
C’est comme si on disait « Le plastique dans le mer ? Pas grave dans 1000 an la résilience du milieu aura fait son oeuvre » vous aurez raison sur la résilience mais quid de la temporalité ?
En attendant, quand je retourne une pierre, je ne vois plus de larves de mouches de mai ni de phryganes.
Est-ce « être gourmand » que de vouloir sauvegarder la « dernière rivière sauvage d’Europe »? Je ne crois pas. Chaque coup qui lui est porté la fragilise un peu plus et à mon sens, le principe de précaution s’applique pleinement.

A vous lire

Ah au fait ! Le Chapeauroux est un affluent de l’Allier donc la pollution de la première finit invariablement dans la deuxième.

Bon essayons d’avancer, c’est a dire ? Il y du poisson crevé ? De la casse sur les invertébrés.

A+
J

Ben à cette saison, c’est vraiment pas la période où on a le plus de chances de voir des larves sous les cailloux. Toutes les espèces qui émergent au printemps ont pondus, les larves sont minuscules pour la plupart et elles ont des aptitudes à descendre dans la nappe.

Donc elles sont relativement difficiles à trouver et quelque peu protégées.

Cela ne préjuge en rien de la qualité de l’eau qui coule actuellement mais ce n’est pas forcément inquiétant.

Fred

1 J'aime


sur le Blavet , écluse de Boloré. Tous les ingrédients sont réunis afin de démontré le je m’en foustisme : Pompage agricole, Micro-centrale . L’APPMA est dessus avec la fédé 56 espérons que cela avance.