Home .:. Pêche mouche .:. Matériel .:. Communauté .:. Montage mouche .:. Voyages pêche .:. Milieu .:. Vidéos

Peche mouche - Gobages.com

Comment cibler uniquement des truites ou des ombres

Comment arrivez vous a cibler uniquement les ombres à la mouche fouettée en surface ou sous la surface de l’eau durant la période de fermeture de la truite?
Prenez vous par incident des truites?
On peut inverser également la question lors du début de saison ou la truite est ouverte et l’ombre fermée notamment pour la reproduction?
Pour ma part, j’ai déjà pris quelques ombres en sèche dans la même veine d’eau ou j’avais pris une ou plusieurs truites et à chaque fois j’ai changé de zone pour éviter de les déranger.
Maintenant lors de la fermeture d’une des deux espèces je ne pêche plus les rivières où il y a de cohabitation des deux.
En l’attente de vos réponses, conseils et expériences.

Entièrement d’accord avec toi. Quand la chasse ouvre, il faudrait fermer la pêche. Ça éviterait que les moucheurs prennent des truites en faisant semblant de pêcher les ombres. :rofl:

Encore entendu aujourd’hui au bord de l’eau.

Fred

D’abord je crois qu’il faut dé-dramatiser, se n’est pas un crime de se tromper, celà arrive a tout le monde. Ensuite les gobages d’ombres sont rarement en bordure et les gobages bruyant en pleine eau sont assez typique des ombres. Mais il y a des exceptions…

A+
J

Je n’ai posé que des questions sur la pêche à la mouche fouettée et fait part de mon infime expérience sur les questions posées.
Le sujet porte sur le ciblage de deux espèces de poissons qui cohabitent dans certaines rivières avec des dates d’ouvertures et fermetures parfois différentes.
Comment les cibler facilement lorsque l’on pêche uniquement à la mouche?
Libre à chacun de vouloir partager ses connaissances et ses expériences.

PS: on peut pêcher et chasser Également toute l’année en fonction des espèces et de la réglementation mais ce n’est pas le sujet ni la bonne rubrique sauf erreur de ma part.

Merci John
Heureusement que l’erreur est humaine et que l’on a le droit de se tromper.
C’est bien pour cela que je souhaite progresser sur ce sujet grâce à des personnes bien plus expérimentées que moi .
J’ai souvenir d’un 14 juillet ou sur le même poste lors d’un pré coup du soir sur des fourmis ou j’enchaînais ombres et truites tous bien calibrés sans pouvoir faire la distinction sauf durant le combat ou le comportement est différent…
Mais bien incapable de faire la différence sur les différents Gobages qui étaient tous selon moi identiques.

C’est toujours un peu le problème quand les niveaux sont bas, les veines qui conduisent les mouches sont concentrées, truite et ombre y cohabitent. C’est pas facile de trier, avec un peu d’observation on peut quand même essayer, soit a vue, soit en essayant d’interpréter la forme des gobages…

A+
J

1 J'aime

Ce n’est pas le sujet car dans ce cas, les deux étaient ouverts. :upside_down_face:

Si je parle de chasse, c’est que nos détracteurs sur la Dordogne emploient très régulièrement l’argument de fermer l’ombre en même temps que la truite. Comme ils sont souvent aussi chasseurs et que mi septembre ils swtichent sur la chasse, ça ne les dérange pas le moins du monde.

Après comme dit John, il faut dédramatiser. Les secteurs où on pêche l’ombre l’automne se comptent sur les doigts d’une main en France. 99 % des truites protégées par la fermeture de la première catégorie.

C’est avec l’habitude qu’on fait la différence entre des gobages d’ombres et de truites. Une fois qu’on a compris, en sèche, c’est moins de 10 % d’erreur.

Et je vois dans ton post un nouveau troll géant.

Fred

Il n’y a qu’en nav et éventuellement en sèche qu’on peut distinguer les deux espèces quand elles cohabitent. Impossible en naf ou en noyée. Au streamer, on ne touche en principe que des truites. Au bout de 40 ans de pratique on arrive effectivement à distinguer les gobages mais on peut se tromper. Ce n’est pas dramatique quand on relâche systématiquement le poisson immédiatement…

Oui, la distinction des 2 poissons est relativement facile à faire.
Tout comme il est facile de distinguer le gars qui, tourné vers la berge, pêche délibérément l’ombre en période de fermeture et qu’il dira qu’il s’est trompé, si tu vois ce que je veux dire … :joy:

Sur cette histoire de berge je ne serai pas si catégorique.
Sur la dordogne j’ai deux spot à gros ombres où si tu ne pêches pas la bordure, ben, tu ne feras que des petits .
Les quelques gros et très gros sont à 1 ou 2 m de la berges avec un peu d’eau sous les nageoires.
donc oui je pêche aussi les bordures pour les ombres. Et je sais pourquoi.

A+

1 J'aime

C’est aussi le cas au printemps ou les ombres fraient dans peu d’eau. Donc à ce moment là, pour éviter de les prendre alors que leur pêche est fermée, il vaut mieux éviter ces zones.

Fred

Chez-nous aussi les gros ombres sont plutôt sur les bordures profondes, comme les truites d’ailleurs. En général les gobages sont différents, plus secs et marques pour les ombres, plus discrets pour les truites mais il y a beaucoup d’exceptions de sorte que l’on n’est jamais sur. Quant aux lieux, ils peuvent être partout et j’ai connu des endroits réputés à ombres où je n’ai pris que des truites. Alors…

J’en ai pris essentiellement accidentellement sur la Sioule sur des débuts de saison…Petite rivière bien connue des moucheurs et également sur une rivière normande.
Une année ils fréquentent un endroit et une autre ils seront sur un autre secteur cela est de ce fait assez aléatoire.
Du coup tu penses être tranquille et hop ils sont sur un spot mélangé avec des truites voir des tacons.
Pour avoir pêcher avec dés compétiteurs aguerris qui pêchent essentiellement en nymphe même constat.
Il faut dire aussi qu’en sèche, on passe malheureusement plus de temps à pêcher l’eau que les Gobages sur une partie de pêche.
Une année a tel endroit, l’autre année ça peut radicalement changer, et quand tu te décides de les chercher tu as l’impression qu’ils ont disparu de la rivière.
Cela fait partie aussi du charme de la pêche à la mouche !!!
Une chose est certaine c’est que la truite se cale bien plus facilement, l’ombre peut continuer de se nourrir après de multiples mauvais passages de mouches et ainsi de donner de belles leçons d’humilité.
On pourrait peut être penser que chaque rivière a ses spécificités!!!
Pour la basse Dordogne je l’ai totalement délaissé ( trop de pêcheurs qui te coupent devant) au profit de la Cere et de la Maronne. De ce fait pas d’expériences automnales sur cette région.

J’ai pêche la Cere il y a bien longtemps. Quelques ombres en plus des truites nombreuses mais de taille modeste à l’amont de Vic sur Cere.
Immense plaisir.

Quant à cibler les ombres, en-dehors de la nav et de la sèche à vue quand c’est possible, je ne vois pas de solution fiable à 100%.

Ça me rassure au moins je ne suis pas tout seul à faire le même constat.
Pour selon certains, cela paraît simple de repérer les Gobages avec un peu d’expérience.
Sur la Maronne j’y ai pris également des ombres en sèche avec une population de truites intéressantes mais cela date de quelques années.
Sur la basse Dordogne, j’ai été invité par un guide local pour une matinée de pêche à la mouche, il m’a fait laissé ma canne en voiture pour me mettre en main une canne avec un streamer en pointe plus deux fameuses bibi, on a balayé les grands spots et grands courants en se déplaçant en voiture d’argentat a Beaulieu.
On avait touché sur les spots ombres, truites et tacons.
Cela remonte également dans le temps, j’avais découvert un nouveau mode de pêche à la mouche auquel je n’ai pas du tout accroché !!!
Je préfère de loin la sèche en torrent de montagne et la sèche à vue ou la nymphe à vue .

tu avait 2 noyées et 1 streamer? ou j’ai mal compris?

Le guide avait tout cela sur la canne qu’il m’avait mise en main!!! Et lui avait la même chose.
Un gros bazar à lancer!!!
Mais cela remonte à bien plus de 10 ans .

ok du coup ton streamer chassait tes 2 mouches en animation tirées? tu as réussi a sortir des poissons avec ce montage? si ou que sur le streamer j’imagine? ça me fait penser a mon fiston qui avait fait une journée leurre avec un pro…ça mordait pas du coup il lui avait fait fait un montage avec un mini leurre souple de 2cm suivi par un plus gros…et la il avait sorti des perches avec et souvent sur le petit leurre… j’étais sur le cul!!

Le streamer en pointe avec un lancé trois quarts aval et animation en fin de dérive comme en noyé.
De mémoire on a pris des poissons sur petit streamer et bibis de Guy Plas en pêchant les grosses veines d’eau.
C’était une expérience mais ce n’est pas ma conception de la pêche à la mouche malgré les résultats.