Dordogne la rivière espérance

C’est la fonction principale d’un barrage avec les avantages et les inconvénients.
Les rivières n’ont plus rien de sauvage avec les barrages c’est ainsi !!!
L’environnement ils s’en fichent totalement tout en faisant semblant de prendre en considération les enjeux environnementaux, c’est l’argent qui prime, convention ou pas, accord ou pas accord!!!
Après s’il n’y avait pas les maudits barrage qui ont exproprié mes ancêtres et d’autres habitants des gorges de la Dordogne, ça ferait bien longtemps qu’il n’y aurait plus de truites et d’ombres du côté d’Argentat.
Il faut y voir le positif !!!

Ouais mais non @John78 , là ils sont entrain de la tomber à 30 cubes d’un coup. Ça fait une baisse de 40 cm en une demi journée.

Ça va stériliser toutes les plages d’un coup. C’est minable. Le 19 janvier le débit naturel était à 700 cubes. Et là j’ai du mal à croire que ça puisse baisser si vite de manière naturelle. Tu le sais comme moi, hormis sur un gros coup de froid qui bloque les écoulements d’un coup ce qui n’est pas le cas, les fins de décrue sont très progressives.

Bref, tu as beau chanter que c’est normal, je pense que c’est un grave préjudice. J’ai pas trop le temps d’y monter, mais je pense qu’il ne faudrait pas chercher trop longtemps pour trouver des frayères à sec comme ce fut le cas sur la Maronne lors des baisses récentes.

Tu vas être content toi qui considère que la truite peut se pêcher toute l’année, il ne va pas falloir attendre longtemps pour voir des pêcheurs dont de nombreux moucheurs sans scrupule aller les cartonner avant l’ouverture.

Fred

2 Likes

C est ce que j avais écris hier soir , que la hauteur d eau correspondait au débit naturel.
Mais effectivement c est pas possible que le débit naturel passe de 700 à 50 m3 en si peu de temps en plein hiver.
Et 30 m3 ce matin !! Comme en plein mois de juin ou juillet !!!
Ils font ce qu ils veulent avec la chaine de barrages et le resultat est lamentable pour la santé des habitants de notre chère rivière…

Et cette nuit ils ont aussi coupé la Maronne. Tout l’aval va être touché.

Mais bon il paraît que c’est normal car c’est le débit naturel (ce qui reste à prouver à mes yeux).

Les chiffres ne sont pas encore accessibles pour le moment mais ce matin je mets le débit reconstitué de la Dordogne entre 50 et 60 m3/s et celui de la Maronne entre 5 et 6 m3. Ça devait nous faire au moins 60 m3 à l’aval de la confluence. On n’aura pas 40 m3 sortant des barrages.

Passer de 250 à 150 en trois heures n’a quasiment aucun impact car la surface de lit mouillé varie très peu.

Passer de 80 à 40 est beaucoup plus impactant car cela découvre des plages de galets et de sables qui sont colonisées par de nombreux êtes vivants. Plus ça baisse plus chaque m3 compte.

Fred

1 Like

Aie aie aie, on vit vraiment une époque formidable…

1 Like

Et dire que certain prônent la réalisation de barrage pour pêcher dans les tailwater :roll_eyes:

À ce sujet, je conseille à tous passionnés par la Dordogne cet excellent bouquin, qui raconte en détail la construction des grands barrages, et la vie à cette époque.

3 Likes

Le débit naturel reconstitué M+D a cette heure il est de 65m3/s. Ca sert a rien de gueuler sur internet.

A+
J

Débit actuel 45 à Beaulieu soit 35 Argentat + 4 Maronne + 6 d’apports latéraux.

Tu nous annonces 65 de débit reconstitué. + 6 d’apports latéraux. Donc on devrait avoir 71 à Beaulieu.

Il manque donc 26 m3/s soit à peu près 30 % du débit et c’est pas grave ?

Remarque ça sera plus facile pour aller pêcher feu la réserve de Beaulieu aujourd’hui. :rofl:

Fred

Oui c’est grave cette gestion anarchique des débits, 50 ans que ca dure, on fait quoi pour que ça change ?

A+
J

Depuis 50 ans, les choses ont bien changé grâce aux instances piscicoles, à quelques assos de protection des eaux et rivières, au soutien de l’état, d’epidor, de Migado, d’Ecogéa, de l’agence de l’eau AG, d’EdF, des autres usagers de l’eau.

Je pense qu’il y a un consensus dans la vallée pour protéger la rivière qui se manifeste par ce défi éclusées, la gestion des étiages, une vigilance et un suivi continu des instances impliquées dans la protection de ce joyau.

Ecogéa a bien documenté les dégâts lors de la baisse de la Maronne. Un rapport est sorti. Je l’attends.

Ce matin, il y a du monde sur le haut pour veiller au grain. Sur Argentat, les nouvelles sont plutôt rassurantes pour les frayères. Tant mieux.

Plus bas entre Beaulieu et Tauriac je n’en sais rien. Heureusement la Cère crache 60 cubes ce qui va éviter des déconnexions de bras en aval.

Fred

2 Likes

Vu ce qui vient d’être écrit, ils ont bien raison.

La vie est tellement plus belle avec les barrages :butterfly: :hibiscus: :fishing_pole_and_fish: :blush:

peut être une étude ! :rofl:

Mais heureusement qu’on a les constats et les études sur les éclusées, l’éclusée du 21/01 se fut un carnage sur les ammocètes de lamproies de Planer et plus grave encore sur les larves de lamproies marines. Il faut des preuves.

A+
J

1 Like

Bonjour,

Le barrage du Sablier n’avait il pas été vanté, à sa construction, pour atténuer les pics de débit de la chaine de barrages d’amont ?

à +

Oui, mais au siècle dernier ( Mise en service l’année de ma naissance 1958, c’est dire si c’est vieux :joy: ), a sa mise en service, il avait déjà une turbine de mémoire.

Certes … Mais les barrages, dédiés à l’écrêtage des lâchers des barrages plus amont, sont aussi équipés généralement de turbines qui fonctionnent … à débit constant !

Selon l’usage qui en est fait, comme la Langue d’Esope, ce peut être le meilleur comme le pire.

à +

Les éclusées viennent de la Maronne, et dans une moindre mesure de la Cère, pas de la Dordogne (pour le moment).

A+
J

Pour le moment

à +

Tout dépend du pas de temps dans le transfert des masses d’eau @John78 car la principale fonction d’un barrage c’est ça.

Au pas de temps horaire ou journalier, on va parler d’eclusées certes mais sur la Dordogne, ce sont aussi des transferts de masses d’eau à plus long terme qui posent problème. Alors on ne les appellent pas forcément éclusées mais c’est le même principe.

En ce moment ils stockent de l’eau ce qui accentue la baisse de niveau pour la turbiner plus tard à un moment où cela rajoutera peut être de l’eau par rapport au débit naturel.

Ces transferts qui peuvent être inter-saisonniers sont tout aussi dommageables pour le milieu. Les stockages d’eau l’été par exemple, au moment où la rivière en a le plus besoin sont très pénalisants.

De même que le stockage lors des crues pour turbiner plus tard…

Bref, même sans éclusées journalières, les barrages et les transferts de masses d’eau qu’ils entraînent peuvent être très dommageables.

Fred

4 Likes