Émergence du trichoptere

Bonjour à tous!
Avril rime parfois avec cul verts. Je n’ai jamais été aussi frustré que devant des poissons attablés sur des emergences de ces insectes. (En nymphe je parle parcequ’en sèche la frustration est parfois telle que j’abandonne!)
J’ai essayé pas mal de modèles, tailles, lestages, animations. J’arrive parfois à prendre mais toujours avec beaucoup de mal et de maniere presque accidentelle.
Je m’étais dit que cette année j’allais essayer de récupérer des nymphes pour les voir « en vrai ». Au vu du confinement c’est loupé !
Cela ne m’aura pas non plus donné le comportement de ces insectes entre fond et surface.
Montent ils doucement et régulièrement ?
Montent ils de façon sacadée?
Nagent ils à la façon des nymphes d’ephemeres?

Pour ceux qui pechent des poissons sur cette nourriture qu’elles sont vos meilleures imitations?
Et vos dérives? Inertes? Animations ? Si oui quel genre?

Merci de votre aide

Avec l’émergence des sulphures, l’émergence des trichopteres est également un problème très stimulant pour le pêcheur à la mouche.

Cela n’est pas spécifique aux cul verts. Une fois que tu as la solution pour un groupe, tu l’as pour tous en faisant varier taille et coloris.

En effet, une partie de la réponse est dans l’observation des insectes en cours d’émergence.

Le reste c’est faire des protos et aller les tester.

Il y a de bonnes imitations chez certains monteurs pros.

Fred

Merci pour ta réponse Fred…mais elle ne m’aide pas beaucoup :-).
Comment observer l’émergence d’un insecte ?? Pas évident à moins de capturer des larves et de les ramener dans un aquarium peut être?
En avril sur la haute seine ou d’autres il est interdit de rentrer dans l’eau avant mi mai ce qui complique encore l’observation…
Je comprends bien que tu n’ouvres pas ta boîte mais peux tu préciser les modèles des monteurs pro que tu as en tête ?

Ces emergences intenses mais tres courtes durent les bonnes années 2 voir 3semaines donc difficile également de faire de nombreux tests.
Parfois c’est 5mn de folie … Et fini…

il y a ça …

Oui merci pour ton aide.
Déjà essayé et déjà pris sur ces fressanes de m.Boisson que j’aime beaucoup mais pas la panacée dans ces situations… À moins que le problème vienne du pêcheur et donc de la dérive.

Pour bien comprendre, il faut être sur l’eau toute la journée et surtout au moment de l’émergence qui se déroule en milieu de matinée.

Si tu y vas le soir, tu seras au milieu d’un nuage de mouches nées bien plus en aval qui remontent la rivière pour compenser la dérive des larves et tu captetas rien.

Il m’a fallu 5 ans pour comprendre et mettre au point une mouche universelle. Et cela ne peut pas se résumer en un message dans un forum de discussion tu m’en vois désolé.

Fred

Oui tout cela je m’en suis aperçu assez rapidement.

j’ai bien observé les poissons se nourrir et que ce soit sous ou en surface ils font très souvent de grands écarts.

Le même jour au même moment certains poissons ne prennent qu’en surface alors que d’autres ne prennent que sous l’eau sans gober une fois…

J’ai vu des larves, des insectes adultes des femelles avec le paquet d’oeuf, les exuvies…

Il me manque donc les nymphes…

Les nymphes sont très simples à observer. Le plus simple c’est de regarder un contenu stomacal.

Fred

Salut
Je rejoinds un peu Fred ou rien ne remplace la présence accrue au bord de l eau et sur l observation régulière.
Les culs verts vu que tu en parles ,c est assez limité dans le temps.Sur la Dordogne tu peux rallonger un peu cette notion de temps si tu attaques sur la partie aval et en remontant jour après jour vers l amont les eclosions étant un peu décalées entre l aval et l amont.Ca te permet d augmenter un peu plus les occasions d en trouver et de faire des tests.
Après il n y a pas de recettes miracles,j utilise souvent plusieurs imitations si j echoue comme pour d autres insectes;mais globalement perso c est plutôt le gobage et la façon dont le poisson prend l insecte qui m oriente sur le choix de la mouche que sur l insecte en lui meme

Oui c’est le plus simple en effet. Mais je ne sais pas pratiquer…
Et sur le net on trouve beaucoup de choses sur l’émergence des éphémères mais sur les trichopteres émergents en pleine eau (qui sont très minoritaires à ce que j’ai compris) je n’ai rien trouvé

Merci pour ton aide. Effectivement le phénomène aval/amont comme pour tous les autres insectes ne m’a pas échappé.
Mais encore une fois compliqué sur cette seine ou autre…en plus de l’interdiction de rentrer dans l’eau avant mi mai (ce que j’approuve fortement!) c’est quasi une carte par village donc il faut faire des choix…

On est en plein dedans sur la Dordogne… :face_with_hand_over_mouth:

Le cycle de la bête est quand même particulier puisque les femelles s’imergent en rampant sur des bloc ou des branches, du coup il faut se concentrer sur le stade nymphal et éventuellement sur l’émergente, je doute que le stade imaginal soit bien productif, en tout cas des ronds j’en vois peu sur cette mouche. Je vais pas beaucoup aider Alex, mais a mon avis c’est une peche en noyée aval qui s’impose, peche que je ne pratique pas :pensive:, mais c’est par là que je commencerais.

A+
J

Bon ben des ronds sur cet insecte j en ai déjà observé pas mal et ils m ont permis souvent de faire mes premiers poissons en sèche de la saison quand je passe au travers des MB😅
Mais la plupart du temps sur la partie haute.
A contrario ,les eclosions massives se soldent souvent par un calme plat en surface et le tout début de l éclosion m a souvent apporté les meilleurs résultats.

2 Likes

Ah oui interressant, c’était sur de grosse émergence concentrée ou plutôt diffuse ?

A+
J

Merci pour ton aide John. Chez moi pas mal de ronds sur ces insectes à l’émergence. mais sans savoir pourquoi certains poissons ne gobe pas une fois alors que celui d’à côté ne prend qu’en surface.
J’ai la chance d’avoir des eaux claires et de voir les poissons s’alimenter sous la surface donc pêcher en noyée je ne le conçois même pas!
Je préfère encore observer ce magnifique spectacle sans pêcher que de prendre en aveugle en noyee. Le plaisir prime largement sur la prise.
Après s’il peut y avoir observation et prise en nymphe à vue …

Pour moi ces ronds interviennent le plus souvent quand c’est un peu prolongé. Mais toutes proportions gardées ça ne dure de toute facon jamais plus de 2h grand maxi. Et plutôt que diffu je dirais étalé. Plusieurs petites emergences plutôt que du goutte à goutte quoi

Sur la Dordogne correzienne, l’émergence est soudaine, massive et dure un bon quart d’heure.
Des poissons prennent en sèche au début surtout. Après j’aime plutôt la chute sur la rivière des culs verts accouplés, c’est beaucoup plus productif☺️

1 Like

Bonjour . La chute des cul verts accouplés??

Ca se produit à quel moment ça m’intéresse beaucoup?
Je n’ai jamais vu ça…et pourtant dans ces moments la j’en ai passé des journées du matin au soir au bord de l’eau…
Pour moi ça sort entre milieu de matinée et tout début d’aprem. Après ils sont dans la végétation et c’est la qu’on voit les femelles avec les œufs et pour finir des nuées d’insectes qui remontent le cours d’eau au ras de la surface. Une infime partie tape sur l’eau mais jamais observé de ronds sur eux et ensuite…et ben il fait nuit!

En fin de journée, ce que j’ai pu voir. Parfois l’après midi lorsque le temps est pluvieux.
Des poissons se mettent à table bien sûr.
L’émergence de l’insecte est ultra rapide comme tu as dû le voir.

J’avais fait un film sur l’émergence des culs verts mais ça date pas d’hier. C’est très simple à filmer car il y en a beaucoup et ils dérivent un certain temps au moment de l’émergence. Saleté de tension superficielle.

Si ça se trouve, il est dans un coin du site.

Sous l’eau, pense imitation ressemblante. Dès que c’est en surface, pense signaux. Les poissons déclenchent sur des signaux.

Si bien qu’au final, entre la bestiole et la mouche miracle, il y a un monde.

Fred