Mouche noyée débutant

Elles cassent les codes.

Fred

J’ai jamais réussi avec une bille en noyée, sinon les mouches un peu moins fournis ça peut faire la différence je parle de hackles fins et aérés et aussi de corps pas trop gros, faut quand même coller à ce qui éclos et se limiter à la famille des sedges avec des mouches touffus ça va te restreindre la pêche, n’hésite pas à couler une ou 2 de tes mouches sèches de type araignée imitant des éphémères de taille et de couleur en rapport avec ce que tu vois sur l’eau.( un mollard dessus et et rinçage en secouant la mouche à l’eau vive et c’est parti tu as une sèche pour la noyée!!!)

Ok faut que je fasse plus fin je vais essayer

bonjour, je me greffe au sujet
j’essaie de me mettre aussi à cette technique depuis 2/3 saisons, histoire de pouvoir pêcher avant/après les gobages
certains jours, j’ai eu de bons résultats
mais les 2 premières sorties de l’année,j’ai attaqué en noyée,avant de voir les 1ers gobages et ensuite passer en sèche, et les deux fois, pas de prises, pas une seule touche
Alors que , j’en suis sur, les poissons étaient dehors, c’était à chaque fois juste avant l’éclosion, et ça gobait régulièrement par la suite
je pêche dans les pyrénées, j’utilise une soie intermédiaire, je mets 2 mouches: une march brown en pointe, et une grise en sauteuse (les deux mouches présentes lors des éclosions)
je précise que j’ai pris plusieurs poissons en sèche le reste de la journée

1 Like

Personnellement, surtout en début de saison, je mixte les mouches avec en pointe soit un petit streamer foncé lesté soit une grosse nymphe hirsute (H 10 long, bille laiton 4,5 mm noire ou cuivre + phoque foncé) et en sauteuse une noyée H 12 ou 14 dont le corps est fait avec du fin fil de cuivre rougeâtre tourné autour de l’hameçon.
En petite rivière, j’ai de bons résultats avec ce tandem en pêchant aval avec une canne très douce (très important sinon on rate trop de touches) et une quasi absence d’animation. Le poisson se ferre ainsi tout seul.

Bonjour à tous merci pour toute votre aide et vos conseils :slightly_smiling_face:. Malheureusement j’enchaîne les capots en noyée depuis l’ouverture j’ai donc décidé de prendre une demi journée avec un guide.

Ce n’est pas une pêche compliquée quand on a trouvé la bonne demi-tension de la ligne. En effet, trop tendu, on pêche trop haut et trop détendu on pêche creux mais on sent mal les touches. Le plus important: une canne parabolique douce (refendu, fibre de verre…) sinon on rate beaucoup de touches.
En début de saison, raser les berges et les obstacles pour en faire sortir les truites.

Le plus important n’est absolument pas la canne car en action de pêche, elle sert principalement à lancer.

Non, le plus important, c’est le frein du moulinet. C’est lui qui encaisse la touche. Réglé trop mou, ça ne se ferre pas, réglé trop dur, c’est la casse.

Durant les émergences, privilégie les zones avec un m d’eau et un courant assez faible. En début de saison, les truites sont fainéantes et aiment bien venir lézarder sur ce type de plage.

Fred

2 Likes

Désolé mais je ne partage pas ce point de vue. Une canne raide génère beaucoup plus de ratés à la touche qu’une canne douce dans les pêches aval s’entend.
En presque 40 ans de PALM, je n’ai jamais connu en rivière (en réservoir cela peut arriver) de touche de truite ou d’ombre suffisamment profonde pour tirer de la soie du moulinet…
Vos truites de la Dordogne doivent être dopées par rapport aux nôtres!

1 Like

Quand tu lèves la canne à la touche avec le moulinet bien réglé ça sort un peu de soie même avec une truite de 25 cm. Si c’est réglé trop mou, la bobine s’emballe, tu perruques la soie et tu perds souvent la truite. Si c’est réglé trop dur… tu casses .Pour moi aussi en noyée, tout se joue au moulinet.

Salut
En noyée à ma connaisance il y a toujours eu les deux écoles (voir les écrits anciens de De Boisset, Carrère, etc), soit la touche est amortie par le scion de la canne ce qui impose une canne douce, soit la touche est amortie par le frein du moulin finement réglé et dans ce cas peu importe l’action de la canne. Personnellement je pratique la deuxième et ça me va bien, j’ai appris comme ça, et ça ne m’empêche pas d’aimer les cannes assez douces :wink: mais j’ai connu de très bons pêcheurs en noyée qui utilisaient l’autre technique avec bonheur.
à+
Bertrand

1 Like

Je peux t’assurer que les truites et ombres de la Dordogne te mettent parfois de telles « châtaignes » que le moulin fait du bruit :wink: il a intérêt à être bien réglé et il ne faut pas pêcher trop fin (en noyée pas de souci à ce niveau).
Je trouve que c’est notamment cette touche qui rend magique la pêche en noyée dérive aval.
Il m’est même arrivé en fin de dérive dans un grand courant puissant de me faire quasiment arracher la canne des mains :sweat_smile: inutile de préciser que le poisson c’est décroché … par déconcentration je tenais assez mal la canne mais quand même … ça réveille :laughing:

Cette année, j’aurais pas pêché beaucoup. Je pêche avec une canne raide, j’ai trois touches, je prends trois poissons de plus de 50 dont deux thons. Pas un raté, pas une tape à vide.

Ce qui fait rater les poissons, c’est la soie détendue quand on pêche le scion relevé. Le poisson prend, la soie se tend, mais comme c’est mou, le fer rentre pas.

En direct canne basse, le fer accroche aussitôt si le frein est bien réglé. La canne ne sert à rien. C’est le moulinet qui pêche.

Bon Bal, toutes nos truites ne mettent pas toutes des coups de canons. Surtout à cette saison. Il faut ferrer environ un poisson sur trois en ce moment. Ce sont parfois des tanches à la touche. Tu sens juste une lourdeur. Tu as intérêt à ne pas dormir dans ces cas là.

Fred

2 Likes

En y réfléchissant bien, je me demande si une canne relativement souple avec un frein un peu “souqué” ne revient pas au même qu’un canne raide et un frein moins serré.
Dans le premier cas, c’est la canne qui joue le rôle d’amortisseur, alors que dans le deuxième, c’est le moulinet …

Tu m’étonnes !!! et quand tu pêches le saumon c’est méga kiff.

D’ailleurs je ne pêche en noyée que pour cet instant magique :heart_eyes:

1 Like

J’y trouve un côté reposant. On peut réfléchir à d’autres choses en pêchant. C’est moins prenant intellectuellement que la sèche.

Fred

hello
je viens mettre mon grain de sel dans cette discussion.perso j’aime bien la noyée en grande riviere , sans doute la meilleure pêche de prospection qui soit.
j’ai longtemps pratiqué avec une canne parabolique de 11 pieds ,une boileau. le gros avntage a mon sens c’est que ce genre de canne permet un arraché et un replacement de la ligne sans faux lancé, donc sans seché les mouches qui pour ma part ne sont jamais lestées.
pas de faux lancé ,plus de temps effectif dans l’eau pour les mouches,plus de dérives au bout du comptes.
toujours et uniquement une soie flottante avec un bas de ligne a noeuds tout ce qu’il y a de plus normal.,mais un replacement de la soie sans failles ,des mendings encore et toujours, les mouches pour moi ,ne doivent jamais etre a la traine derriere la soie,sauf si ont décide d’accelerer la dérive .
j’aime beaucoup ces grandes dérives qui vous tienne en haleine a chaque instant.

1 Like

En noyée aval il faut être toujours concentré sur sa soie, scion à ras de l’eau, contrôler la dérive de la soie par des mendings amont afin que les mouches descendent au maximum, moulinet bien réglé pour éviter la casse, bas de ligne en 20 centième pour éviter le vrillage, potences de 5 à 7 cm, pas de faux lancers qui sèche les mouches, je fait deux dérives pour un pas vers l’aval et ainsi de suite, concernant les mouches je plombe ma mouche de pointe ça aide à faire descendre le train de mouches. C’est une pêche très agréable surtout les châtaignes dans le poignet.

1 Like

On est d’accord sur l’importance des dérives. En revanche, dans le grand Est, les belles truites (+50 cms, mon record perso en France: 75 cms…) font les touches les plus discrètes, tant au streamer qu’en noyée. Or je pêche très classiquement c’est à dire avec une boucle dans la main qui retient la soie et une canne douce. Ainsi, avec une canne raide, tu rates 90% des touches.
Il est vrai que nos rivières n’ont absolument pas la taille de la Dordogne et que, vu la présence importante de l’ombre commun qui fait des touches globalement moins violentes que la truite (encore que…), je préfère la méthode aval “douce”.
Avec un seul faux lancer arrière, effectivement, tu ne sèches pas tes mouches.

1 Like

La violence de certaines touches d’ombres en noyée me surprend souvent. Je pense que c’est lié au fait que comme en sèche une fois qu’ils sont montés du fond pour venir cueillir la noyée passant entre deux eaux ou juste sous la surface, ils repartent aussi sec vers le fond.
à+
Bertrand

2 Likes