NAF : 1 ou 2 Nymphes?

Attention je lance le débat qui va faire le buzz et nous tenir chauds durant l’hiver, le titre me semble explicite mais je vais quand même développer :slight_smile:
Comme j’imagine pour pas mal de gens, j’ai commencé la NAF avec deux nymphes (nymphe à l’espagnole sans soie avec une canne de 11’), et je suis rapidement passé à une seule nymphe…

Les avantages du tandem de nymphes (et les limites à mon sens) qui en fait n’en sont pas réellement je trouve :

  • on couvre plus de hauteur d’eau avec deux nymphes (limite de la chose : avec une seule nymphe et avec quelques dérives il est souvent assez facile de cadrer la hauteur d’eau où le poissons est actif, d’autant que c’est souvent proche du fond… par ailleurs on est pas en compet’, ou en tout cas pas pressé au point de vouloir gagner à tout prix sur le temps de prospection initiale)
  • il est plus facile de trouver la bonne nymphe (limite : c’est plus un leurre à pêcheur qu’à poisson, pour ma part je fais 95% de mes prises sur des pheasant tail, à la limite avec un bille orange de temps en temps… c’est plutôt un non sujet à mon sens)
  • le côté rigolo de faire des doublés de temps en temps
  • c’est rassurant de se dire qu’on a doublé ses chances d’intercepter un fish

Ces points ont pour moi été très vite balayés par le gros avantage que je vois à pêcher à une seule nymphe : la précision du lancer et la qualité de la dérive qui me semble incomparables.
Mais comme j’aime bien réfléchir à ma pêche et me remettre en cause, je ne demande qu’à être convaincu de l’intérêt des 2 nymphes…

4 Likes

L’avantage des 2 nymphes c’est que tu peux mettre celle en pointe avec le bon lestage pour atteindre la profondeur désirée, et en potence je mets une nymphe discrète non lestée qui aura une nage plus planante. Je prends la plupart des truites sur celle-ci, mais je pense que c’est aussi parce qu’elle arrive en premier sur la truite.

Pour la truite, je trouve qu’une seule nymphe est plus pertinent pour la précision du lancer et qu’il faut rarement pêcher avec des très petits modèles. Pour l’ombre l’intérêt des deux nymphes est de descendre une micro nymphe avec le poids de la plus grosse. Sur des poissons difficiles une seule nymphe fait cependant parfois aussi la différence.

Ma pratique de la NAF c’est surtout début de saison (jusque mai on va dire) donc par eau plus fortes, et aussi en grand milieu, donc mes nymphes de base c’est du 12-14, parfois 16.
Du coup les petites nymphes à ombre je les garde pour plus tard, mais en NAV.

ça va dépendre aussi des rivières que tu fréquentes. J’avais vu une vidéo de Marcel Roncari qui montrait sa boîte de nymphes. Il n’y avait que des modèles au lestage assez modeste, et il expliquait pêcher dans le monde entier avec, que tout dépendait du lancer et de la dérive… Ok sur des rivières comme la Loue ou la Dordogne, mais dans les rivières de montagne au profil plus accidenté je doute que cela fonctionne, même avec un bon posé en cloche.

Merci beaucoup Maxime 14 pour cet article fort intéressant.
Pour ma part, je pêche souvent avec un montage à deux nymphes, la plus lourde en pointe et, espacée d’environ 50 à 60 cm, la potence plus légère.
L’Aude se prête bien à ce type de pêche.
Lorsque je pêche avec une seule nymphe, c’est surtout quand je dois prospecter dans les obstacles, ou bien quand j’enlève une mouche sèche ( et que j’ai la flemme de refaire des noeuds ). Le coup passé, je remets la sèche.
C’est plutôt alors une technique de pis aller, et pour les petites rivières.
Le fait de perdre deux nymphes d’un coup lors d’un accroc trop profond a le don de m’énerver au plus haut point :roll_eyes: !
Petit a parté, lorsque je trouve des nymphes, de façon étonnante souvent dans des arbres, elles vont par deux !

Ma question de fond c’est : y a t il une réelle plus value à cela ? hormis un aspect un peu psychologique, pour l’instant je retiens l’idée des longues dérives…

Quand tu as un fond avec des branches qui trainent , une truite qui fonce se caver… à une mouche tu as moins de chance d’accrocher et aussi de perdre un poisson à cause de la deuxième nymphe.
Perso je pêche le plus souvent à 2 mouches sauf si le parcours est technique ou alors à l’étiage dans très peu d’eau.

Bonsoir
Etant debutant , jJ avais tenté de questionner les gobnautes sur une façon d attacher les 2 nymphes…
Au cours d une partie peche en nymphe, j avais croisé une bande de pécheurs plutôt passionnés et bien meilleurs que moi en techniques et connaissances. L un d eux pechait avec deux nymphes mais avec un montage totalement différent…au lieu de faire une potence il attachait ses nymphes à la micro boucle ou Rolling je ne m en souviens plus… avec un bas de ligne différent en longueur biensur…il ne faisait pas de noeud au lancer…et d après ces dires ça pechait beaucoup mieux…
A tester…
Une nymphe pour ma part…ce n est que du NAV…
Cdt

L’utilisation de deux nymphes de poids différents dont la plus lourde est en pointe et la plus légère est en potence jusqu’à être une sèche, c’est une manière détournée de pêcher au drop shot ou bikini…
Je sais que je vais m’attirer les foudres avec cette vision :relieved:
D’autant plus dans une pêche loisir axée sur le plaisir et non sur la rentabilité servant à remplir les congélateurs.
L’utilisation de deux nymphes ou le tandem sèche nymphe permettent en effet de doubler les chances de prendre du poisson et d’optimiser au maximum les temps de pêche.
Certains diront que la pêche en nymphe au fil est extrêmement technique bien plus que la nymphe à vue, la sèche ou la noyée.
C’est selon moi de la pêche au toc nymphe avec une canne plus courte et encore avec l’allongement des cannes à mouche 11 pieds voir plus.
Je ne connais pas un pêcheur au toc qui pêche avec un hameçon équipé d’un verre et un autre hameçon équipé d’une teigne.
Cela étant je respecte la personne qui pêche en NAF a chacun son plaisir.
Si les conditions sont trop malheureusement trop compliquées et que c’est vraiment impossible en sèche je préfère me faire une vraie session de pêche au toc en lieu et place de la NAF.

2 Likes

Toc et NAF sont pour moi tout simplement incomparables. Elles n’ont quasiment rien en commun à mes yeux si ce n’est d’attraper des poissons sous l’eau.

Une ou deux nymphes ? C’est une bonne question.

En début de saison 90 % du temps, le poisson est pris sur la mouche de pointe. Donc la sauteuse ne sert pas à grand chose.

Lors des éclosions plus tard en saison : 90 % du temps sur la sauteuse. La pêche à deux mouches prend tout son sens.

Fred

1 Like

Une nymphe au bout d’un fil que le matériel soit une canne au toc ou une canne à mouche, je ne vois pas ce qui change mis à part le matériel hors de l’eau.

Donc il suffit de mettre q’une seule nymphe qui pêche dans la colonne d’eau souhaitée, c’est un peu plus sportif.

Tu n’as visiblement absolument rien compris ni à la technique, ni à l’essence de la pêche en nymphe au fil.

Continue à pêcher au toc. C’est comme la NAF. :joy:

Fred

2 Likes

Normal je pêche au toc avec une canne Anglaise et un véritable insecte mais avec un seul hameçon :crazy_face::crazy_face::crazy_face: voir une nymphe .
Personne n’a ton intelligence de Dieu qui sait tout sur tout !!!

Allez c’est reparti dans les attaques personnelles.

Si tu t’y connais dans la pêche au toc, inscris toi sur un forum de pêche au toc. Tu pourras y discuter avec des collègues sur les qualités d’une bonne plombée ou sur les dérives adaptées pour la sauterelle entre deux eaux.

Mais s’il te plaît, si tu veux pas te faire reprendre de volée, arrête de raconter des sornettes à des gens qui veulent des renseignements sur une technique de pêche à la mouche dont tu ne maîtrises visiblement pas les bases.

Merci.

Fred

Salut,
je pêche à une nymphe dans les conditions d’étiage ou de zone avec très peu de fond.
en pêchant amont fil à plat, c’est aussi ce que je privilégie.
sinon en majorité à 2 nymphes en jouant sur la hauteur de la sauteuse en fonction de la zone à prospecter.
quand les poissons sont collés au fond, je rapproche la sauteuse de la pointe à moins de 30cm, en mettant une nymphe très différente en type, couleur et en poids, ça fait souvent décoller le poisson du fond.
@+++

Richard, merci de ne pas continuer ton hs…
Bon pour l’instant je ne trouve pas d’argument tres convaincant pour la pecheà 2 nymphes (c’est un constat pas un reproche), je note tout de même l’argument de fred concernant la pêche pendant les éclosions…

N’étant pas du tout un expert en nymphe, je vais quand même tenter une comparaison avec la sèche que je pratique à 95% du temps. Il m’arrive en effet de placer deux sèches, l’une genre grosse tavanas ou sedge Goddard en potence et l’autre petite émergent en pointe 1 à 2 m plus bas. Et bien, les résultats sont surprenants d’efficacité quand la pêche est difficile.

3 Likes

1 nymphe et 2 nymphes ça ne pêche pas du tout pareil.
En règle général pour la truite :
1 nymphe pour les coups rapides, en eau courante et/ou pêche de précision (sous des branches par exemple)
2 nymphes pour pêcher les veines, dérives plus longues.

Sans parler de pêcher au bikini… même en mettant 2 nymphes de poids équivalent => a 2 nymphes ça coule plus vite et surtout la dérive est plus naturelle contrairement à ce que l’on entend souvent. Les 2 nymphes ne contrarient pas mutuellement leur dérive, au contraire ça permet de pêcher plus profond avec des nymphes plus légères et surtout les 2 nymphes créent un « ancrage » dans l’eau plus important. Les nymphes sont moins contrariées par la retenue de la bannière et draguent moins facilement une fois dans la veine.

2 Likes

Sur le principe ça ne me convainc pas mais je testerai !